Histoires

Ou quand la magie de la fête foraine opère encore (enfin presque…)

J’ai toujours aimé les fêtes foraines. Depuis l’enfance. L’odeur, les lumières, la musique et les manèges.

Ou quand la magie de la fête foraine opère encore (enfin presque…)Il y avait cette grande fête foraine vers chez mes parents, toujours en plein mois de novembre parce que sinon c’était pas drôle, et où il faisait toujours très froid ! Mais au milieu de tout ça on avait même pas le temps d’avoir froid. Il ne fallait juste pas oublier les gants pour se cramponner dans “La chenille” quand ça allait trop vite.

Et puis, on grandit avec cette impression que cette fête est pour les enfants. Plus personne dans mes amies n’aime monter dans les manèges. Alors, je me suis faite une raison ! J’allais quand même faire la désespérée de l’enfance jusqu’à aller faire du manège à la fête foraine toute seule ! Ou comment repousser l’âge adulte de manière pathétique (mais c’est un autre sujet…).

Pourtant, hier soir à l’occasion d’une feria dans ma nouvelle région d’adoption, j’ai nommé le Sud-Ouest bien aimé, mon amoureux m’a emmenée à la fête foraine. Et instantanément, des étoiles plein les yeux j’ai eu l’impression d’être revenue loin en arrière et de revivre la magie de mes jeunes années. Les odeurs ont pas changé, la musique a pas changé, on dirait presque les mêmes forains ! Mais les manèges me direz vous ?

Les manèges de nos jours, ça dépote, ça décoiffe et ça secoue. Je suis montée, toujours aux côtés de mon amoureux, dans une espèce de tourniquet infernal où, 10 fois, j’ai cru qu’on allait se scratcher et où j’avais envie de crier très fort ma peur, mon adrénaline et mon excitation.

Des sensations si fortes que quand tu descends du manège, tu peux même plus marcher tellement t’as les jambes qui tremblent d’avoir eu l’impression de t’envoler dans le ciel. La moitié des spectateurs a vu la moitié de mon bide parce que j’avais pas pensé à rentrer mon tee shirt dans mon short. Mais je m’en fous, je suis allée à la fête foraine.

Et même si toute barbouillée que j’ai été les 12 heures qui ont suivi (parce que c’est ça la différence quand t’es grand, c’est que les manèges, ça te retourne l’estomac parce que t’as bu l’apéro avant :-) ), je suis allée à la fête foraine et en suis rentrée des étoiles plein les yeux ! Même si à cause de cette horrible manège j’ai même pas réussi à manger une barbe à papa ;-)

(cc) Jared Zimmerman

3 Responses to “Ou quand la magie de la fête foraine opère encore (enfin presque…)”

  • J’aurai presque pu écrire cet article, tant je suis comme toi, une rêveuse, bercée par les souvenirs des fêtes foraines. Et je t’avoue que c’est bien ce côté kitsch avec les affreux dessins bariolés sur les manèges qui m’amusent alors que je trouvais ça juste “cool” quand j’étais petite. J’aime l’odeur, les lumières, l’attitude des personnes qui se baladent… Et j’ai presque envie d’avoir peur en faisant le train fantôme, comme lorsque j’étais petite. Bref, merci pour ce joli article, et je te rassure : il y a encore plein d’adultes qui aiment cette douce régression :)

  • @ Loou : à mon sens être bien dans sa vie d’adulte passe aussi pas des moments de régression qui nous permettent l’espace d’un petit moment de croire en la magie des choses ;-)

  • Oh moi aussi, mois aussi, j’adore les fêtes foraines (et même qu’à un moment, j’aimais bien aussi les forains…)
    Y en a une super à bordeaux, deux fois par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>