Humeurs

La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiques

“J’ai toujours respecté la mode, surtout la mienne,” disait Pierre Perret. Le filou n’avait pas tort, car en vous dévoilant cette nouvelle rubrique sur Ladies Room, on compte s’attarder sur la mode en général, avec tout ce qu’elle comporte de plus ou moins gracieux, et donc, sur toutes les modes, sur toutes VOS modes ! Oui, parce qu’on en a assez que la mode ne soit que l’apanage de ces midinettes en culotte courte atteintes d’égocentrisme photographique aigu ! Assez de ces rédactrices de mode se chamaillant à qui mieux mieux pour prendre la place détenue dans nos subconscients par Cruella d’Enfer ! Assez de considérer qu’un vêtement a une expérience de vie pareille à celle d’un poulpe ! La mode pour les nulles selon Ladies Room, celles qui ne se laissent pas dicter ce qu’elles doivent porter ni comment elles doivent le porter.

Huitième épisode de notre rubrique où nous nous faisons partie, mais jamais juge : les mannequins atypiques.

Avec un peu de recul, la notion de différence est présente partout, même au sein de cette catégorie que la société semble ériger en modèle : les mannequins. Il n’est pas de tout repos d’être modèle de nos jours, et certaines de ces déesses en papier glacé ont bien plus à défendre qu’on ne saurait l’imaginer… Voyons plutôt.

  • Le mouvement plus size
  • Les mannequins plus-size sont opposées, dans le monde du mannequinat, aux mannequins taille 0 qui courent les défilés de mode. Maigres pour la plupart, elles sont d’ailleurs taxées de “cintres”, car c’est en quelques mots leur rôle : porter de la manière la plus neutre qui soit un vêtement. Avec un peu d’optimisme, on pourrait penser qu’ainsi, n’importe qui peut se projeter dans le vêtement en question.
  • La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiquesCertains créateurs, tels que Mark Fast, décident de prendre le prêt-à-porter au mot, et créent des vêtements dans lesquels ils font défiler des mannequins toutes morphologies confondues. Ressortent de cette mode de la femme plantureuse et pulpeuse deux mannequins, qui à elles seules donnent le change aux mannequins plus size : Crystal Renn et Tara Lynn.
  • La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiquesToutes les deux ont été confrontées aux complexes quant à leur poids, et ont subi des régimes drastiques pour perdre aussi bien cette masse qui semblait déranger leurs employeurs plus qu’elles-mêmes, que leur joie de vivre. Après s’être faites plus de mal que de bien, elles sont aujourd’hui toutes les deux très demandées en tant que mannequin, et défilent aux côtés de modèles classiques, sans ciller.
  • Pour information, Crystal Renn oscille désormais entre une taille 42 et une taille 44, quand sa comparse Tara, elle, assume fièrement sa taille 48.
  • Lea T., mannequin transgenre
  • La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiquesOn entend parler de Lea T. depuis l’an dernier, date à laquelle le mannequin défile pour la première fois pour Riccardo Tisci, directeur artistique de la maison Givenchy. Depuis, c’est l’obsession. Très médiatisée, le mannequin ne ment pas sur son identité, et la sphère mode ne voit rien à en redire. N’est-ce pas là le signe de l’acceptation de la différence d’autrui ?
  • Diandra Forrest, mannequin albinos
  • La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiquesDiandra Forrest correspond en tous points au mannequin classique : grande et élancée, elle est pourtant atteinte d’albinisme, une maladie génétique qui touche les pigments de la peau. D’origine afro-américaine, malgré sa blancheur maladive, elle a su s’imposer parmi les modèles les plus prometteurs et impressionnants de sa génération. Un bel exemple pour qui considère l’albinisme comme un handicap.
  • Aimee Mullins ou la force du handicap
  • La Mode Pour Les Nulles #8 : les mannequins atypiquesEt en parlant d’handicap, Aimee Mullins est elle aussi un individu à part. Amputée des genoux à l’âge d’un an, elle devient athlète handisport de très haut niveau, et défile en 1999 pour Alexander McQueen. Par la suite, elle est photographiée notamment pour le calendrier Pirelli en 2002, et nommée en 2004 parmi les personnes les plus belles au monde par le magazine People.
  • Cette liste, loin d’être exhaustive, met en exergue le fait que certaines personnalités ont choisi de faire de leur différence une force. Alors quand on vous dit que la beauté n’est pas une question de normalité, mais plutôt de différence, il serait vraiment temps d’y croire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>