My Space

Back To Black : Straight To The Light.

Amy Jade Winehouse, 27 ans au compteur, s’est éteinte le samedi 23 juillet dans son appartement londonien. La nouvelle vient de tomber : fatale, tel un couperet. Mes amis m’appellent tour à tour, comme pour m’annoncer le décès d’un proche, et ma réaction ne se fait pas attendre : Amy ne pouvait pas rêver mieux.

amy1Je défends bec et ongles Amy Winehouse depuis des années, en fan de la première heure. Cela n’a pas toujours été le cas. Je l’ai découverte assez tard, en réalité. J’en entendais parler depuis quelques temps, et c’est fin 2006 que je me souviens avoir aperçu le clip de Rehab, pour la première fois.

Usage de l’eyeliner outrancier, assez court vêtue et plutôt malingre, la vulgarité en étendard. Une belle voix, certes, et après ? « Cette fille est une connasse vulgaire qui chante son amour pour la cocaïne. Point net. » Je me trompais, ou pas vraiment.

Quelques mois plus tard, c’est outre-Manche que je la rencontre, enfin. Réellement. Ma première écoute de Back To Black est une révélation. Encore, et encore, et encore, sans jamais plus me lasser, jusqu’à plus soif.

A mon retour de Londres, les choses sont très claires dans ma tête : je dois tout connaître d’Amy, à commencer par son premier album, Frank. Sa jaquette me laisse perplexe : elle est méconnaissable, déconcertante… de jeunesse.

L’album est cependant une vraie mine d’or : malgré certaines ballades légèrement fleur bleue, elle conserve ce panache jazzy, et cette voix si particulière, tout sauf lisse, qui réveille le souvenir d’anciennes voix de la soul music d’il y a une bonne cinquantaine d’années, au bas mot.

Amy Winehouse est alors devenue ma religion. Cette fille, alors à peine âgée de vingt-quatre ans, assumant sa réputation sulfureuse, son existence subversive, devient mon icône. Mon modèle. Mon point de chute.

Ses frasques à répétition n’étant, à mon sens, que le reflet d’un mal-être qu’elle aura décidé de fondre dans toutes sortes de drogues, comme d’autres prient un Dieu qu’ils ne voient pas pour se donner bonne conscience.

Hier, samedi 23 juillet, Amy Jade Winehouse a été retrouvée sans vie dans son appartement londonien. Des suites d’une overdose, est-elle décédée. Sans vie. Décédée. Je me couche ce matin, le cœur lourd, avec l’espoir vain de pouvoir repousser sa fin. Amy, Amy, Amy, tu me manqueras. Embrasse le 27 Club pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>