musique

Director’s Cut, de Kate Bush

NDLR : La rédaction de Ladies Room a envoyé Director’s Cut, le dernier album de Kate Bush, à Mimi.

6 ans après « Aerial », l’énigmatique musicienne Kate Bush refait son apparition avec un projet singulier d’album. Le disque s’appelle « Director’s Cut » et reprend 11 titres de ses anciens albums « The Sensual World » et « The Red Shoes ».

Director’s Cut, de Kate Bush« Director’s Cut » est un ravissement pour les oreilles. La voix se fait caméléon, changeant de tonalité et de timbre. La musique est aérienne et enveloppante. Les influences musicales sont nombreuses : ballades irlandaises ou musique celte, rock n’roll, pop. Le style est romantique et poétique, fidèle au style de l’artiste.

Kate Bush a gardé les meilleures performances musicales des chansons originales et ré-enregistré plusieurs éléments, dont sa voix. Ces nouvelles interprétations donnent une nouvelle approche des chansons. Flower of the mountain, plus connue sous le titre original The sensual world, déborde toujours autant de sensualité mais la voix est plus mature. L’arrangement sonore de Rubberband Girl a une touche un peu rétro, comme pour nous rappeler que cette chanson date de presque 20 ans. « Director’s Cut » permet de redécouvrir certains titres comme Deeper understanding, plus que jamais d’actualité, ou l’intemporelle et magnifique This Woman’s Work.

Le plus intéressant dans la démarche de « Director’s Cut » reste le concept même de l’album qui, dès l’annonce de sa sortie, a été controversé. Kate Bush se permet de transformer son œuvre. On est là en plein dans le processus de création et destruction de l’œuvre par l’artiste. Et comme toujours dans ces cas-là, alors que certains crient au scandale, d’autres crient au génie de l’artiste. Kate Bush pose une des questions les plus pertinentes en art. A-t-on le droit de modifier son œuvre ? « Director’s Cut » ignore l’aspect rassurant de l’œuvre impérissable. L’artiste construit et détruit, cherche, invente. Alors évidemment, il y a le risque de décevoir et de perdre un public qui avait été conquis il y a une vingtaine d’années par ces chansons.

Kate Bush ne réussira peut-être pas à faire apprécier l’album pour ce qu’il est, mais elle réussit néanmoins à faire ce cet album une œuvre à part entière, pour les simples questions qu’il suscite. Et pour toutes ces raisons, « Director’s Cut » est bien plus qu’un simple disque. Une fois de plus, Kate Bush prouve qu’elle est une véritable artiste, libre et avant-gardiste.

Director’s Cut, de Kate Bush, Fish People/EMI, sortie le 16 Mai 2011

One Response to “Director’s Cut, de Kate Bush”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>