Histoires

I’ll be Up Up and Away…

La dernière fois que je vous ai écrit, j’avais 10 kilos en trop, les cheveux cracra, pleins de dettes, les jambes lourdes, et plus beaucoup d’amis. Je venais perdre ma grand-mère, mon appart, mon chat, et à peine sortie d’hôpital, j’ai plaqué mon job alimentaire et Monsieur Hopkins tant qu’à faire. A vrai dire, tout ce qu’il me restait c’était ma mère et mon meilleur ami pour surmonter mes problèmes.

I’ll be Up Up and Away…Je m’étais donnée un an. Je me suis demandée ce que je voulais faire de ma vie, ce à quoi j’aspirais. Dans un premier temps, je voulais me sortir de cette merde sans nom. Ensuite, je voulais une vie où le commerce et l’écriture se conjugueraient.

Il m’a d’abord fallu le temps de craquer, hurler, pleurer sombrer sur le canapé de chez le Blond, avec les boyaux tordus et l’œil mort.  Je dormais le jour, écrivais la nuit et cumulais les conquêtes (ne me regardez pas comme ça, on le fait toutes bandes d’hypocrites) Et puis on m’a prêté un Laptop et je me suis mise à pondre des articles sur Zemmour.

Au passage je remercierai jamais assez le Blond de m’avoir hébergé et laissé me remettre de ce tourbillon. Tu m’as RIEN demandé. Tu m’as juste laissé pleurer et dormir. Et si aujourd’hui je suis heureuse, c’est aussi grâce à toi.

Et puis un soir, en remontant l’avenue de Belleville, j’ai rencontré un ange avec des yeux bridés noisette et le plus beau sourire du monde. Il avait l’humour efficace, le regard calme,  et l’air serein du garçon bien dans ses pompes. La première chose que je me suis dit en l’apercevant fut  « Ouh, ma fille, la nuit va être belle ! ». Et puis il m’a fait sa fameuse recette de tagliatelles au saumon, suivi de sa fameuse (très mauvaise) imitation de Le Pen. Et il a conclu (même pas honte). Mais on ne se connaissait pas vraiment.

Et puis y a eu cette nuit ou il a du m’emmener à l’hôpital et ou il m’a fait rire avec des blagues de pipi. Et j’ai compris qu’on pourrait faire équipe.

Aujourd’hui, nous venons de nous installer dans un joli deux-pièces du coté de Place d’It’ où mes paires de chaussures côtoient ses consoles de jeux. Le tout dans une ambiance de sashimis maison, de saison 2 de Misfits et de parties endiablées de boxe sur Wii. Nous fêtons notre premier anniversaire, et une jolie bague orne mon annulaire. Tout est simple : grosses marrades, sexe, soutien mutuel et concessions. Et ça a l’air de rouler.

Dans la foulée, j’ai retrouvé un job de vendeuse en prêt-à-porter. Une pression de fou, des horaires de merde, des conditions physiques pourries, le tout pour un salaire de misère. Mais fallait bien commencer quelque part : valider un CDI pour obtenir un appart.

Mais cette boutique était pleine de cadavres dans les placards et l’ambiance était tellement toxique que certaines de mes collègues se fanaient à vue d’œil.

J’ai laissé mes « encadrantes » se défouler sur moi, et des que ce fut possible, je suis partie, en faisant le plus de grabuge possible, et j’ai sauvé ma peau. Je ne peux pas tout dire, mais à l’heure où je vous parle, mon ancienne patronne est poursuivie pour détournement de fond et harcèlement moral (et pas par moi). Et toutes celles qui m’ont fait du tort ont payés le prix fort. Mais dans le fond, je suis contente d’être passée par là. J’ai perdu 5 kilos sur les 10 qui ornent ma zone abdominale, j’ai acquis un moral d’acier et un putain de caractère.

Aujourd’hui je suis Responsable Adjointe de site dans une société de service où l’humain est très pris en compte. A tel point que je me suis faite taxer de « requin » par mon boss ! Moi ! Enfin, je gagne bien mieux ma vie, l’ambiance est plus saine, et ma mission est plutôt fun. En parallèle, je donne des cours d’anglais. J’adore ça.

Je n’ai pas abandonné l’écriture, mais au vu des événements cités, je devais reconstruire ma vie. Ayant retrouvé un rythme apaisé et un certain équilibre, je peux à nouveau prendre le temps pour moi. Et pour vous.

Et puis en parallèle j’ai fait un milliard de trucs ! Passer mon permis, écrire un sketch (que j’ai toujours pas joué sur scène) tricoter une écharpe (pas finie), courir de concerts en spectacles, de gala de l’Unesco au Drink de LR, je me suis fait des super-copines, j’ai démarré l’écriture d’un livre, je suis redevenue brune, fait un tour en Irlande dans la nouvelle Coloc du Blond qui est plus que jamais, et même de loin, un membre de ma famille. Le tout en gardant des ongles, des cheveux et une épilation impeccable.

Et, malgré moi, j’ai appris l’organisation. J’écris dans le métro, mes ongles de pied sèchent pendant le petit déj’, je rentabilise le moindre temps d’attente et j’en fais 10 fois plus. J’ai toujours fait dix mille choses à la fois, c’est juste qu’aujourd’hui, je les fais mieux, et je me fais confiance. Rien ne m’est hors de portée.

Il y a un an je suis tombée. Et j’ai été rattrapée au vol par ceux qui m’aiment. Je m’étais donné comme défi de refaire ma vie « en mieux ». Et c’est allé très vite.

Ce soir, je me regarde dans le miroir, le cheveu lisse et brillant, l’œil reposé, le sourire Ultra Bright et l’ongle manucuré. Mon visage ne porte aucun stigmate, et pourtant il y  a eu un avant et un après. Mais ce soir,  je savoure cette vie qui me ressemble, cette passion qui m’anime, et l’amour des miens. J’estime avoir payé tout ça assez cher.

Cet article est terminé, l’appart est briqué,  nos amis nous attendent. J’enfile ma robe préférée, embrasse goulûment mon fiancé, m’offre un dernier sourire dans la glace avant d’attraper mon sac et de filer.

Je suis indestructible. Et très bien entourée. Quand y en a plus, y en a encore. Désespérément optimiste. J’ai pu remonter la pente la plus raide jusqu’ici. Et même si tout s’écoule, alors je reconstruirais. Encore plus durement. C’est ma force. MCF a deux ans. La première année fut celle de la compréhension. La seconde, de l’action. La troisième sera celle de la consécration.

(cc) seeveeaar

2 Responses to “I’ll be Up Up and Away…”

  • Un article que j’aimerais pouvoir écrire un jour. C’est génial ce que tu es parvenue à faire. Je te félicite pour ton courage et te souhaite pleins de bonheur. Il est temps que moi aussi je me lève et me prenne en charge… mais cela fait des mois que je le dis, et je tiens à peine deux jours… Peut-être que la vie à la fac m’aidera à concrétiser mon envie de changer, malgrè les pbs financiers qui ne disparaitront jamais. Néanmoins, je le redis : bravo à toi =)

  • Merci! je suis très touchée et te souhaite plein de courage!

    Je peux eventuellement te donner des petites pistes pour bien demarrer ta reprise en main:

    Il faut commencer par se bosser LA bonne question: Si tu savais que tu ne raterais jamais rien, quelle serait la vie dont tu rêves?
    Imagine la. Avec qui tu te vois vivre, l’homme (ou la femme) que tu veux a tes cotés, le genre d’amis que tu te vois fréquenter, le job detes rêves, l’endroit ou tu te vois vivre…

    Ensuite, quand quelque chose ou quelqu’un se présente a toi demande toi si c’est conforme a cette image.

    En ce qui concerne les travaux qui requiert ta volonté (régime, arreter la clope, faire des économies…) souviens toi bien de ça: tu es capable. les choses peuvent etre durs, voire très dur, mais presque tout est possible.
    Et quand tu te sent sur le point de craquer, rappelle toi de l’état de bonheur et de fierté que tu ressentira quand tu aura obtenu ce que tu veux.
    Rappel toi aussi que tu as le droit de craquer. Ne t’auto-flagelle pas, et recommence.

    Ce sont des conseil que je te donne en toute humilité. Et je ne suis pas encore moi-même arrivée a destination. Mais ils ont marché sur moi! Je te souhaite pleins de bonnes choses, et merci encore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>