musique

Alela Diane, l’étoile montante de la folk

Lundi 4 avril , vient de sortir dans les bacs, le 3eme album de la belle et jeune Alela Diane intitulé “Alela Diane and Wild divine“. Retour en arrière sur sa biographie.

Alela Diane, l’étoile montante de la folkAlela Diane Menig est née le 20 avril 1983 à Nevada City, Californie, est une chanteuse et une compositrice américaine, dont les chansons sont imprégnées d’un style psyché folk proche de celui de Nick Drake. Alena Diane est l’héritière d’une lignée de chanteuses qui possèdent un rayonnement propre à ceux que beaucoup qualifient de ‘vieilles âmes’. En grandissant dans une famille de musiciens, la jeune artiste a été bercée par la musique de ses parents toute sa jeunesse. Au départ, l’atmosphère de la maison familiale était plutôt folk, variant au fil des ans vers des styles plus variés. Alors qu’elle est en voyage à San Francisco, Alela décide d’apprendre la guitare et commence à écrire ses propres chansons.

L’année suivante, elle compose plusieurs chansons qui se trouvent sur son premier album, ‘The Pirate’s Gospel’. Au départ, l’album est seulement distribué à quelques connaissances et aux personnes qui venaient assister à ses concerts. Petit à petit, l’opus a fait son chemin jusqu’en Europe, où il sort en 2007. Les critiques l’applaudissent, saluant un univers riche et contrasté.

En effet il s’agissait déjà d’un album superbe, à ne pas rater les titres :Pirate’s gospel” et ” Foreign Tongue“. Elle a une voix sublime et le mélange avec un peu de gospel ne gâche rien, bien au contraire !

En 2008, Alela prête sa voix à un album de 10 reprises folk intitulé “The Silence of Love“, du projet “Headless Heroes“. Dans cet exercice, la chanteuse reprend des titres de Nick Cave à Vashti Bunyan en passant par I am Kloot. Elle est donc incitée à quitter son registre habituel, pour cohabiter avec des compositions plus complexes et un fond sonore souvent bien plus riche et arrangé.

Son 2e  album “To be still“, sorti en février 2009, mêle allègrement des sonorités du folk américain et du folk anglo-irlandais. Ainsi, hier je me suis mise à écouter son nouvel album car j’avais adoré “Pirate’s Gospel” !

J’écoute la première chanson “to begin” et là, les premières notes me disent quelque chose, je les ai déjà entendues quelque part, mais où ? Je l’écoute à nouveau pour m’en imprégner et je cherche… C’est comme si elles me disaient quelque chose mais en accéléré !

J’ai trouvé !…

C’est exactement le même début que “Dreamer” des Supertramp, mais en plus lent pour Alela Diane !

Voilà, pour la suite, je vous laisse découvrir…

9 Responses to “Alela Diane, l’étoile montante de la folk”

  • Alors juste une petite mise en cause – je me la pète – de ton titre. Alela Diane, ça fait genre 4 ans qu’on nous serine avec. Donc si c’était resté une étoile montante du folk, cela aurait été inquiétant. Une valeur sûre aurait été approprié, comme terme. Bon, moi et mon mode biatch, je sors…

  • Personnellement, je n’en ai absolument jamais entendu parler. Peut-être est-elle omniprésente dans ton microcosme Storia, mais franchement des artistes hype (dans le sens premier du terme, à savoir tapage médiatique), j’en connais une flopée et cette Alela Diane n’en fait pas partie. Il suffit de taper son nom sur Google, personne n’en parle, un Taratata en 2009, la Blogothèque en 2008 et merci, bonsoir.

    Pour une Selah Sue j’aurai été plus que d’accord avec toi, là je pense que le titre de Kiliwatch est plutôt cohérent. Just saying :)

  • Merci à Rose H d’avoir pris ma défense!!ça fait plaisir!!!!
    et n’hésitez pas à écouter cet album et à me faire des retours sur ce que vous en pensez!!!!

  • Bon ben faudrait peut-être que j’arrête de lire les Inrocks et Rock’n'Folk… :)

  • et surtout que j’arrête de fréquenter des folkeux aussi…

  • @Storia : Clairement. Les Inrocks et Rock & Folk se touchent clairement la bille mutuellement, tant mieux pour ceux qui suivent (genre nous), mais bon, c’est pas la vraie vie…

    @Kiliwatch : J’écoute présentement White As Diamonds, c’est pas mal, faudrait que j’approfondisse. Si j’ai une révélation, je te le ferai savoir !

  • lors de la sortie de son premier album, on disait d’elle que c’était un mélange de cat power et de coco rosie, c’est à peu près ça!

  • alors j’ai écouté un peu et j’aime bien, un son un peu différent des deux autres albums, il y a des touches un peu country (long way down)… la voix est un peu différente aussi il me semble.

  • La vérité, c’est que j’étais persuadée que le folk était mainstream, alors que pas du tout. J’ai l’impression d’être coupée de la réalité… *pleure comme une rémie qu’elle est*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>