Back Room

Je n’ai qu’un pays, celui de ton corps…

Après les femmes entre elles, faisons dans la continuité et explorons les relations hommes-femmes lorsqu’elles ne se finissent pas en engueulade. En cela, j’ai été très inspirée par LE chanteur français des années 1980 qui envoie des phéromones en guise de notes, celui qui a fait mouiller toutes nos mères, j’ai nommé l’ami Herbert Léonard :

http://www.youtube.com/watch?v=bSGWD4aDVeY

(NDLA : A noter, outre l’iconographie de toutes façons 80’s – La bédé de métalleux, mais aussi la chemise bouffante et le costar/t-shirt de Bébert, le pull loose, la robe fendue et les dessous de madame… – un érotisme qui fait passer le film de seins du dimanche soir pour un dessin animé sur Gulli. S’emmerde pas, l’ Bébert… )

Que ce soit donc avec beaucoup de romantisme ou de manière plus passionnée, l’amour d’une femme pour son homme peut s’avérer fulgurant. D’autant que ce mois d’avril est particulièrement exceptionnel par sa température élevée. Si cela peut booster la libido de mesdames en couple…

One Response to “Je n’ai qu’un pays, celui de ton corps…”

  • Mythique cette vidéo! Moi aussi j’aime bien cet érotisme eighties, à grand renfort de permanentes et de grosses boucles d’oreilles cheap… Et les paroles sont pas mal non plus : “je n’ai qu’un péché ton triangle d’or” , “je découvre tes buissons secrets”..Héhé, ça a son petit charme désuet, vous imaginez que vos parents se disaient des trucs pareils?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>