musique

Song’s Story’a #1 : Smells like teen spirit

Certaines mélodies sont originales et le resteront. D’autres font l’objets de reprises, ou covers selon nos amis anglophones. Après moult palabres avec moi-même, j’ai donc décidé de faire une petite histoire d’une chanson à travers sa création et ses covers. Première chanson que je m’en vais traiter : Smells like teen spirit du groupe Nirvana.

Song’s Story’a #1 : Smells like teen spiritChanson qui a initié le mouvement grunge sur un plan international au début des années 1990, elle fit la gloire immédiate de la bande à Kurt Cobain, Dave Grohl et Krist Nosovelic. Si bien qu’on réduisit bientôt ce groupe à cette simple chanson, alors qu’à vrai dire, Nirvana a un son beaucoup plus complexe, moins codifié, jouant davantage sur les dissonances ou les distorsions (choses que l’on ne retrouve malheureusement pas dans Nevermind, contrairement à Lithium ou In Utero).

Écrite et composée par Kurt Cobain, cette chanson est une histoire banale de mal de vivre à la sauce ado, comme en témoigne la phrase la plus marquante du refrain : Here we are now, entertain us… Si la musique – et surtout le riff de gratte – est inspiré d’un titre obscur de 1977, Kurt a eu l’idée du titre quand il a vu – selon la légende – une de ses copines graffiter Kurt smells like Teen Spirit (Kurt sent le Teen Spirit, un déo spécial ados), une façon de balancer qu’il avait une copine. Kurt Cobain a donc décidé d’en faire une chanson avec des paroles suicidaires comme il savait en écrire, mais cela reste mesuré par rapport à certaines de ses chansons :

“Load up on gunsbring your friends
It’s fun to lose and to pretend
She’s over-board self-assured
Oh no I know a dirty word

Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello.

With the lights out, it’s less dangerous
Here we are now, entertain us
I feel stupid and contagious
Here we are now, entertain us

A mulatto
An albino
A mosquito
My libido
Yeah

I’m worse in what I do best
And for this gift I feel blessed
Our little group has always been
And always will until the end

Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello.

With the lights out, it’s less dangerous
Here we are now, entertain us
I feel stupid and contagious
Here we are now, entertain us

A mulatto
An albino
A mosquito
My Libido
Yeah

And I forget just why it taste
Oh yeah, I guess it makes me smile
I found it hard, as hard to find
Oh well, whatever, nevermind

Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello, how low?
Hello, hello, hello.

With the lights out, it’s less dangerous
Here we are now, entertain us
I feel stupid and contagious
Here we are now, entertain us

A mulatto
An albino
A mosquito
My libido

A Denial”

Les ados du monde entier se reconnaissent donc dans le cynisme des paroles associé à la violence des guitares. À cause de cela, ma soeur, puis moi, avons porté des chemises à carreau et des jeans troués, le tout accompagné de cheveux gras. Nous aussi – surtout ma soeur –, nous avons gueulé que, de toutes façons, qu’on crève, ce serait du pareil au même. Bref, cette chanson a eu tout d’une chanson générationnelle, et Kurt Cobain, en bon guitareux underground, ne l’a pas supporté, au point de se tirer une balle.

Bien que la chanson soit très connotée rock-underground-des-bas-fonds-de-Seattle, il y eut tout de même deux-trois reprises assez intéressantes. Évidemment, j’ai préféré ne pas vous exposer de reprises vraiment rock, parce que le mimétisme pour une cover n’est pas, pour moi, gage de qualité. Autant l’avoir écrite soi-même dans ce cas.

La plus précoce et la plus évanescente :

http://www.youtube.com/watch?v=e-cY3JDp5t0&feature=fvst

Tori Amos, dès 1992, dans la lignée de Crucify, nous expose une splendeur de piano-voix. Une version très fluide, comme si la version originale avait été chantée par un ado et celle de Tori par sa copine romantique. Je l’ai redécouverte récemment, par un jeune homme très sensible, visiblement. Dans le genre reprise piano-voix, on a difficilement fait mieux, mis à part Scala.

La plus éloignée de l’originale :

Le canado-libanais Paul Anka serait à Kurt Cobain ce qu’un poulet de chez mémé serait à un poulet en batterie : une incompréhension. Et pourtant, le crooner n’a pas hésité à faire une reprise très Broadway du tube. Bon, quand on connaît l’original, on peut se tirer les cheveux. Mais en même temps, ce côté un petit peu Sinatra n’est pas pour déplaire quand on veut parler musique à sa grand-mère.

La meilleure (selon moi) :

http://www.youtube.com/watch?v=KlS4_BLHjRg&ob=av2nl

Lady Patti Smith signe une reprise folk à la Dylan, sur son album Twelve (2007), et je pense que si Kurt Cobain avait vieilli, c’est de cette manière qu’il l’aurait chantée. Chantée à la roots, avec un vrai son ricain de l’intérieur. Un exemple de classe par cette icône rock coutumière du fait.

À bientôt pour de nouvelles aventures…

3 Responses to “Song’s Story’a #1 : Smells like teen spirit”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>