Culture

La mode pour les nulles #6 : les égéries

“J’ai toujours respecté la mode, surtout la mienne,” disait Pierre Perret. Le filou n’avait pas tort, car en vous dévoilant cette nouvelle rubrique sur Ladies Room, on compte s’attarder sur la mode en général, avec tout ce qu’elle comporte de plus ou moins gracieux, et donc, sur toutes les modes, sur toutes VOS modes ! Oui, parce qu’on en a assez que la mode ne soit que l’apanage de ces midinettes en culotte courte atteintes d’égocentrisme photographique aigu ! Assez de ces rédactrices de mode se chamaillant à qui mieux mieux pour prendre la place détenue dans nos subconscients par Cruella d’Enfer ! Assez de considérer qu’un vêtement a une expérience de vie pareille à celle d’un poulpe ! La mode pour les nulles selon Ladies Room, celles qui ne laissent pas dicter ce qu’elles doivent porter ni comment elles doivent le porter. Sixième épisode de cette haute rubrique en couleurs ? Les égéries !

La mode pour les nulles #6 : les égériesQui sont-elles ?

Depuis que mode et showbusiness sont devenus intimement liés, a surgi une catégorie de personnages hauts en couleur au sein de la fashionsphère, pour le plus grand plaisir de la populace ; j’ai nommé les égéries. Oui, ces (jeunes) gens sont partout et s’immiscent dans les moindres recoins du processus publicitaire pour pousser l’individu lambda à s’identifier, le forçant à penser (à tort) qu’en portant telle marque, on fera forcément le rapprochement avec telle ou telle starlette. Pas tout à fait faux…

A quoi les reconnaît-on ?

Ma foi, c’est bien simple : l’égérie n’est plus elle-même, elle est une image de marque. Ainsi, lorsqu’on évoque l’envoûtante Anna Mouglalis, nos lèvres ne peuvent s’empêcher de susurrer Chanel. Mais les égéries, comme les saisons, se suivent et se ressemblent ! Il est aujourd’hui difficile de savoir avec précision qui est égérie, qui ne l’est pas, qui ne l’est plus. Mais c’est un peu comme chez les Miss France, une fois qu’on l’a été, ça colle à la peau.

Exemple : Kate Moss, le nez le plus enneigé de toute l’histoire de la fashionsphère... A elle seule, depuis plus de vingt ans, Miss Moss a été égérie de Longchamp, de Topshop, de Calvin Klein, de Burberry, de Roberto Cavalli… et j’en passe ! Et pourtant, certaines de ces marques l’ont gentiment remerciée il y a quelques années, après le scandale provoqué par des prises de substances illicites dans une posture anti-glamour au possible, avec son ancien boyfriend Pete Doherty… Elle n’en perd pas pour autant son statut.

Attention ! Il ne suffit pas d’apparaître dans une campagne pour devenir égérie. Et c’est là le plus triste : certains mannequins n’accèderont jamais à la gloire d’être un jour couronnés égérie, alors qu’il suffit juste à certaines starlettes d’être photogénique pour accéder au saint Graal. Triste vie.

De plus, il n’est pas surprenant de trouver pour la même marque plusieurs égéries, et une égérie pour plusieurs marques… Quand on sait que la reine du burlesque Dita Von Teese est égérie pour Perrier (glamour, vous avez dit glamour ?) et que, pour rester dans l’univers aquatique, la naïade des bassins Laure Manaudou l’est pour une marque lambda de landeaux pour bébé… Ça nous laisse pantois.

Notre avis sur la question ?

Nous, on adore les égéries, les vraies. Celles dont on ne parvient pas à se séparer parce qu’elles sont indétrônables : les Inès de la Fressange chez Chanel, les Charlotte Gainsbourg chez Balenciaga, les Christy Turlington pour Calvin Klein, Andy McDowell pour l’Oréal… Mais il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes, aujourd’hui ce statut ne vaut plus grand chose. On salue les bons choix d’égérie, cela va sans dire, mais on déplore surtout les erreurs de parcours, qui se font de plus en plus nombreuses ces dernières années…

Vous aussi proposez-nous vos trouvailles, décryptage, vocable de la mode en nous envoyant vos articles “La Mode Pour Les Nulles” à l’adresse de la rédaction

Revoir La mode pour les Nulles #1 : La Fashion Week
Revoir La mode pour les Nulles #2 : le burlesque
Revoir La mode pour les Nulles #3 : joue-la comme Mad Men !
Revoir La mode pour les Nulles #4 : les bons plans shopping sur Internet
Revoir La mode pour les Nulles #5 : les magazines de mode

3 Responses to “La mode pour les nulles #6 : les égéries”

  • je crois que dans “égérie” il y a aussi l’idée d’inspiration, de confusion entre la personne(l’égérie) et la marque, en ce sens je rajouterai Vanessa Paradis égérie de Chanel … (et certainement pas Lilly Allen)

  • @Mimi : Tu as tout à fait raison ! Pour Lily Allen, comme je le disais à Loou dernièrement, c’est en fonction de chacun, mais l’image casual qu’elle dégage (j’aime beaucoup son style et sa personnalité) ne collent malheureusement pas du tout avec les valeurs véhiculées par la marque Chanel.

    Choisir une égérie c’est aujourd’hui donner un sens à la représentation que la clientèle se fait de la marque, et avec Lily Allen, Chanel ne touche pas les mêmes clientes qu’en choisissant Vanessa Paradis, c’est presque antinomique et c’est dommage.

  • oui tout à fait, je trouve aussi que dans “égérie” il y a l’idée du temps, je sais pas mais ce mot m’évoque quelque chose à voir avec le temps qui passe, c’est pour ça que Vanessa Paradis est pour moi l’exemple de l’égérie par excellence, voilà, bref, chouette rubrique en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>