My Space

A celles qui râlent contre la réforme des retraites

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Tableau Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:”";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

C’est sûr pouvoir arrêter de
travailler tôt tout le monde en rêve. Certaines rêvent même d’être payer à rien
faire. Peut-être est-ce pour cela d’ailleurs qu’il y a des profiteurs du
système, qui travaillent suffisamment de temps pour toucher les allocations.
Ensuite, ils arrêtent de travailler, touchent les allocations. Puis, quand la
fin des allocations arrive, se remettent à travailler, etc….

C’est vrai, je le reconnais, nous
travaillons dans des ambiances stressantes, qui sont certainement plus
fatigantes que celles qu’ont connu ceux qui nous précédaient. Il y a aussi les
temps de parcours qui s’allongent à n’en plus finir. Je comprends tout
cela.  Mais, si la retraite à 60 ans
était ni plus ni moins qu’une chimère que l’on a voulu rendre réel pour faire
plaisir au peuple, un peu comme les 35 heures. Je reconnais : je suis
nulle en maths. Mais quand même, je sais bien que produire moins en dépensant
plus, non seulement çà fait de l’argent en moins, mais aussi des embauches en
moins. Aurait-on voulu nous prendre pour des cons ? A vouloir décrocher la
lune pour faire plaisir au peuple, on ruine le pays.

Souvent, je regarde les
actualités sur les sites de quotidiens. J’y trouve souvent des articles en
rapport avec l’actualité qui sont très intéressants. Notamment la semaine
dernière, où l’on pouvait lire que notre pays faisait la une des journaux un
peu partout à l’étranger. C’est normal me direz-vous, la France est le pays le
plus visité au monde. Il est réputé pour sa gastronomie, ses vins, ses parfums.
Eh ben non ! Ce sont les grèves, et surtout les manifestations dont le
monde entier parlait. Je ne sais pas si vous réalisez, que dans beaucoup
de  ces pays, parlant de la contestation
qu’il y avait chez nous, il y a des habitants qui vivent sous le seuil de
pauvreté, que beaucoup aimeraient avoir un travail, ne mangent pas à leur faim,
ne savent même pas ce que c’est que de pouvoir faire grève. Certains risquent
la prison, voire la mort s’ils contestent les décisions du gouvernement en
place. La vie ne s’arrête pas aux frontières de l’Europe!

N’oublions pas qu’aux Etats-Unis,
le système de retraites est le suivant. Chaque travailleur a droit à une
retraite moindre et s’il n’a pas les moyens de cotiser à des assurances
privées, n’aura pas les moyens de vivre avec cette retraite. Beaucoup sont donc
obligés de travailler. Je suis allée dans l’Ouest Américain au mois de Juin.
C’est terrible de voir tous ces gens âgés d’environ 70 ans être caissier dans
un supermarché (les caissiers travaillent debout, il n’y a pas de
chaise !), serveur dans les restaurants, à porter des plateaux qui sont
lourds. Ils ont tous le même profil : minces, voire maigres, tristes. Et
comme tous les travailleurs américains, ils n’ont que 2 semaines de vacances
par an. Cà vous fait rêver ?

Face à tout
cela, peut-être pourrions-nous réfléchir à deux fois avant de nous plaindre, de
râler. À entendre certains, on a l’impression qu’on vit dans le pire des pays
qu’il y a sur terre, alors que pour moi, beaucoup de français font figure
d’enfants gâtés.

 

Moi non plus,
cela ne me réjouit pas de travailler jusqu’à un âgé avancé, je ne sais pas dans
quel état physique et psychique je serais à ce moment-là. Soyons reconnaissants
d’avoir un système de retraites, soyons reconnaissants d’avoir – enfin –  un gouvernement qui ne ferme pas les yeux
face à un problème majeur. J’ai lu qu’apparemment, cette réforme aurait dû être
faite il y a vingt ans. Cela sous-entend qu’à l’époque où l’on nous a promis la
retraite à 60 ans, elle n’était probablement pas finançable ! Et si
c’était pareil pour les 35 heures, de quelle façon devrons-nous payer pour
redresser la barre ?

 

Que
préférez-vous ? Que l’on vous promette des choses irréelles, juste pour
que vous arrêtiez de râler ou que l’on vous dise franchement les choses?

 

J’allais
oublier : prendre la décision de bloquer l’économie d’un pays dans
l’espoir de faire plier un gouvernement alors que ce pays est en pleine crise
économique, je doute que cela soit une attitude responsable. Et si nous
trouvions un autre moyen que les grèves pour dire notre mécontentement ?

2 Responses to “A celles qui râlent contre la réforme des retraites”

  • T’as une carte de l’UMP ?

  • Chère BritBrit, j’adore ta réponse! Franche et directe.
    Non, je n’ai pas la carte de l’UMP. Et promis, personne ne m’a payée pour écrire ce texte! Mais, peut-être qu’un jour je l’aurai.
    Ta réponse résume assez bien les réflexions de la plupart de mes connaissances à qui je partage mon avis sur ce sujet.
    J’ai voulu profiter du côté anonyme qu’il y a ici pour donner mon point de vue, sachant aussi que, parfois, une autre façon de voir les choses permet d’élargir le débat.
    Ce texte partait d’un ras-le-bol de ces gens qui râlent, alors que leur vie n’est pas si atroce qu’ils voudraient bien le faire croire.
    Je suis quand même consciente que beaucoup galèrent pour jongler avec boulot stressant, vie chère, temps de transport qui s’allonge, notamment des femmes qui doivent en plus accumuler plusieurs boulots à temps partiel et assurer avec leurs enfants qu’elles élèvent seules. Parmi ces gens-là, peu ont la possibilité de changer de vie. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. D’où mon texte assez incisif, je le reconnais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>