Back Room

Allume-moi !

NDLR : La bougie Jimmy Jane a été envoyée à Magadit par la rédaction de Ladies Room dans le cadre du partenariat avec Second Sexe.

Depuis que je fréquente les filles à la page, j’ai un peu l’impression d’être devenue le nouveau Nicolas Hulot du toy, le Allan Quatermain des accessoires love, le Jérome Bonaldi des trucs à piles. Depuis que je suis devenue une fille à la page, je suis devenue sexuellement branchée. Si si, n’ayons pas peur des mots. Bref quand cette fois-ci je reçus un petit colis discret de mes chipies préférées, je savais tout de suite à quoi m’attendre.

Allume-moi ! Jimmy Jane pour… ben pour masser. Normal pour une bougie, me direz-vous.

Chériiiiiii” hurlais-je alors d’une voix hystérique, viens voir ici, regarde un peu ce que les filles ont envoyé, on essaye, hein dis on essaye hein dis…” Bon je vous passe le couplet sur “Je croyais que t’écrivais des trucs sérieux de la vraie vie qui fait mal, des trucs profonds tout ça quoi”. Ça a duré un certain temps puis j’ai commencé à ouvrir le paquet et la déontologie journaliste du mâle a fondu comme neige au soleil ou glaçon sur la peau à mesure que le sang quittait son cerveau… Ça c’est l’avantage de faire de la pub sapée comme Tracy Lord.

Bref reprenant mon job de testeuse de la Foire de Paris, je dépiaute alors la bougie miracle de son écrin en carton, glousse d’anticipation en découvrant un joli pinceau pour jouer, des allumettes supra chic assorties, et surtout tombe en pâmoison devant l’odeur alléchante et pas trop entêtante du cadeau.

Mon enthousiasme grimpa à la vitesse grand V à l’idée de me faire malaxer sous les mains expertes de chériiiiiii à la lueur de la bougie avant de « prendre cher » comme vint me souligner romantiquement le mâle à mon oreille. Par contre on me la fait pas à moi mesdames, pas question de risquer mon corps sans avoir lu la notice de A à Z. Ben oui quoi, on m’y reprendra pas deux fois. Bref au temps pour l’énervement grandissant du mâle, me voici lancée dans une traduction, Harrap’s à la main, de ladite notice (mais pourquoi n’y a-t-il jamais rien en français ???)

Trente cinq minutes plus tard, me revoilou un peu paumée par la technique mais rassurée par le fait que je n’aurai pas la pointe des seins brulée au 3ème degré : la cire / huile fond à basse température. Ne restait plus qu’à réveiller la bête de l’homme endormi et nous voici lancés. Un peu d’huile chaude au creux des reins, un pinceau délicat pour titiller la chair, une douce odeur, une huile qui n’est pas immédiatement absorbée par la peau et qui permet de réaliser des vrais massages sans s’arracher la peau, un plan nickel pour des heures de papouilles pour les plus patientes, une entrée en matière hyper agréable pour les autres.

Pari réussi de notre coté, la jolie bougie ne quitte plus notre chevet et chériiiii est dorénavant réconcilié avec mon sacerdoce de blogueuse… Mon seul regret ? Un gout pas très glamour de savon. Dommage vraiment car une si bonne entrée en matière donne vraiment envie de goûter !

Bougie Jimmy Jane chez Second Sexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>