musique

CosmoBrown : un Popman éclectique

NDLR : L’album de CosmoBrown a été envoyé à Mimi par la rédaction de Ladies Room.

Playin with ya’ est l’un de ces albums où dès les premières minutes on reconnaît un univers totalement éclectique. Dès la première piste, le ton est donné. Du rock et un peu de funk pour donner un Illusion électrique. Puis vient Popman, la chanson tend cette fois plus vers une pop pleine d’énergie. Quarter in the Slot nous déroute un peu, cette fois on ne sait plus bien quelles sont les influences de l’artiste et l’ensoleillé Catch the Sun nous rappelle vaguement un certain Mister Blue Sky des Electric Light Orchestra.

CosmoBrown : un Popman éclectiqueA chaque nouvelle piste, on est curieux d’écouter la suivante. Les pistes défilent. Au final, on obtient un album assez homogène rempli d’influences musicales diverses. De sons funky en airs classiques en passant par un bon son rock, on se demande vraiment qui est ce CosmoBrown. Et on adhère complètement.

Depuis plusieurs mois, le clip de I’m only playin’ with ya, premier titre de l’album, était diffusé tous les jours sur plusieurs chaînes. Déjà, on entrevoyait un style décalé et audacieux, tant par la couleur donnée au clip que par la chanson elle-même. En effet, CosmoBrown semble faire figure d’ovni dans le paysage musical français.

CosmoBrown, c’est qui ? CosmoBrown est né d’un coup de cœur de l’artiste pour le personnage de Chantons sous la pluie. A 15 ans, ce compositeur/interprète français revoit le film mythique qui a bercé son enfance. Son pseudo artistique est trouvé : ce sera Cosmo Brown.

Gavé de 45 tours dans son enfance, puis nourri toute son adolescence par la musique venue d’Outre Manche et influencé par des artistes tels que les Beatles, Queen, Supertramp, Missy Elliot, Style Council ou encore la musique américaine des années Motown, CosmoBrown redessine les contours de la pop en apportant sa touche personnelle. Il cite volontiers ses influences : rock, blues, jazz, soul entre autres. Pourtant, il qualifie sa musique de pop. Une manière pour lui de réunir un plus large public autour de son travail. La pop est plus accessible et surtout beaucoup moins élitiste que certains domaines musicaux comme le jazz. Et son choix de chanter en anglais ? La pop vient des pays anglo-saxons, la langue anglaise s’est donc imposée.

Plus jeune, il enregistre ses premières compos – aujourd’hui plus de 800 titres à son actif - et collabore avec, entre autres, Ashley Slater -leader de Freak Power avec FatBoy Slim -, Martin Rappeneau, Bang-Bang. Marc Collin et Ivan Smagghe – DJ et journaliste musical français – produisent Jumpin 4 Joy, premier maxi de Cosmo Brown. Mais c’est sur scène qu’il apprend son métier. Plusieurs scènes parisiennes l’accueillent. CosmoBrown joue, chante, affine son style. Il rencontre les musiciens qui deviendront son équipe de coproduction sur Playin’ with ya et collabore avec le saxophoniste de jazz américain Archie Shepp pour l’enregistrement de 2 titres.

Impatient de monter sur scène pour présenter l’album, CosmoBrown devrait faire une petite tournée dans l’hexagone dans les mois à venir. Puis il est prévu qu’il passe par la Suisse. Pour le reste de l’Europe, il faudra attendre encore un peu. Pour l’heure, il sera le 20 octobre sur la scène du Café de la Danse à Paris pour le lancement de l’album.

Mais il prévient déjà, sur scène, le style est explosif et peut surprendre le public… Playin’ with ya révèle une identité artistique incroyable et surprenante. Un album survitaminé parfait pour l’automne. A écouter sans modération !

Playin’ with ya, album de CosmoBrown : sortie le 4 octobre 2010 – Concert au Café de la Danse à Paris, 20 octobre 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>