Culture

Faites votre toile !#1

Se cachent parmi les filles à la page nombre de cinéphiles aguerries devant l’Éternel, qui nous font souvent le plaisir et le privilège de nous faire part de leurs critiques cinématographiques, et ce en toute humilité, bien sûr ! La rédaction de votre magazine préféré a donc décidé de vous donner un petit coup de pouce afin que vous n’ayez plus de raison de ne pas vous rendre en salles obscures pour de petites séances bien agréables ! Retrouvez désormais notre pot-pourri des meilleures sorties ciné de la semaine : Ladies, faites votre toile !

La rentrée cinématographique est des plus chargées en cette fin de mois de septembre ! Après les sorties plus ou moins remarquées du dernier film de Christophe Honoré, la présence prépondérante de Roschdy Zem à l’affiche, le teen movie Simon Werner a disparu ou encore le docu-fiction sur la vie d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé, on ne sait vraiment plus à quel saint se vouer ! Cette semaine, l’actualité cinématographique selon Ladies Room met l’accent sur trois films sous les projecteurs du dernier festival de Cannes dont un film d’horreur avec Yolande Moreau, des films servis à la sauce hollywoodienne, Isabelle Huppert en Vénus de carrefour et enfin un road movie nicaraguéen. Suivez le guide !

  • Faites votre toile !#1La Meute : Film franco-belge d’1h25 interdit aux moins de seize ans, dans lequel Yolande Moreau tient le rôle d’une propriétaire au bar encline à la vulgarité, bouchère à ses heures perdues, recevant en sa noble demeure un Benjamin Biolay apathique et une Emilie Dequenne dégingandée.

Synopsis incompréhensible (ou dénué de sens, à choisir), bande-annonce trouble, La Meute a tout l’air du genre de films que l’on regarde avec la volonté de voir du sang. Et pas que : des scènes d’infâme boucherie pouvant virer au grotesque, registre dans lequel le cinéma belge est passé maître. La raison “voir Yolande Moreau dans un film d’horreur présenté au Festival de Cannes” pourrait également être recevable. Et ça compte aussi, bien évidemment, pour Benjamin Biolay. Encore faut-il que cela sauve l’intérêt du film, qui a l’air franchement pauvre.

  • Faites votre toile !#1Les Amours Imaginaires :  Dans ce film d’1h35 signé par Xavier Dolan, François et Marie, amis, tombent amoureux du même jeune homme, Nicolas, pour lequel ils se livrent une lutte sans merci, entre taquineries, envolées lyriques, drôleries.

Il suffit de prononcer le nom du jeune prodige du cinéma francophone pour mettre tout le monde d’accord. Acclamé au festival de Cannes, il n’en faut pas plus pour nous convaincre. On ne crachera pas sur Les Amours Imaginaires, mais on ne donnera pas non plus le bon Dieu sans confession à ces tout jeunes adultes habités par le démon (de midi ?)

  • Faites votre toile !#1Trop loin pour toi : Avec Drew Barrymore et Justin Long, ce film d’1h41 signée Nanette Burstein met l’accent sur les relations longue distance. Erin et Garrett viennent de se rencontrer, se plaisent énormément, or Erin déménage… Ils décident de rester ensemble, pour le meilleur… et pour le rire.

Drew Barrymore s’est enfin trouvé un mec, génial ! Tu sais quoi ? On va en faire un film : on va les mettre tous les deux dedans, ça va être bien !” Hollywood sait y faire. Drew Barrymore a retrouvé l’amour dans les bras de Justin Long, qu’elle avait rencontré sur le tournage de Ce que pensent les hommes… Alors un film sur les relations longue distance avec son nouvel amoureux, c’est un peu téléphoné… Blablabla, une fois de plus, on nous envoie une comédie romantico-soupe au lait, à éviter au cinéma… et puis non, allez, c’est toujours ça de pris. Quoiqu’un visionnage plutôt le dimanche après-midi, une fois sorti en DVD, affalées dans le canap’ avec le pot de glace Vanille Stracciatella, c’est pas mieux ? Avec comme cerise sur le gâteau l’espiègle Christina Applegate, qui s’est faite rare au cinéma depuis l’incontournable Allumeuses !

  • Faites votre toile !#1Sans queue ni tête : Une prostituée à son compte, un psychanalyste. L’une veut suivre une analyse pour s’évader. L’autre veut s’évader de l’enfer des analyses. Chassé-croisé sentimental où ni l’un ni l’autre ne sait où se trouve la queue, où se trouve la tête. Isabelle Huppert et Bouli Lanners sont les interprètes de cette comédie dramatique d’1h30 signée Jeanne Labrune.

Un peu le film passe-partout de la semaine, celui sur lequel on ne peut pas véritablement cracher et pour lequel on ne se réjouit pas totalement… Parce que les acteurs sont bons, que l’histoire se tient, que c’est subversif :”ooh, une prostituée avec un psychanalyste !”… tout en restant un peu bourgeois, quand même.

  • Faites votre toile !#1Wall Street, l’argent ne dort jamais : Oliver Stone s’attaque à Wall Street dans cet opus de 2h16, avec Michael Dougla, Shia LaBoeuf et Josh Brolin. Gordon Gekko, après avoir purgé sa peine pour délit d’initiés, sort de prison avec comme fan n°1 son beau-fils, lui-même aspirant au beau monde de la finance. C’est sans compter un combat de coqs duquel personne ne sort indemne…

Michael Douglas, d’accord. Shia LaBoeuf, mouais. L’héritage Transformers reste en travers de la gorge, en réalité, pour ce dernier. Josh Brolin remet les compteurs à zéro de par son interprétation dans Harvey Milk… Pas ennuyant pour deux sous, sans être franchement révolutionnaire : parfait pour de l’entertainment, donc. Pour ce qui est de la notion “crise économique, rapport avec l’actualité, critique du système”, on demandera à Oliver Stone d’y aller à fond. Ou pas du tout. Avec ça, ça peut être vraiment pas mal.

  • Faites votre toile !#1La Yuma : Yuma, c’est son prénom. Elle veut devenir boxeuse, malgré la pauvreté, malgré la guerre des gangs, malgré tout ce qui la sépare d’Ernesto, étudiant en journalisme, dont elle tombe amoureuse. Florence Jaugey dépeint en 1h24 l’itinéraire particulier de cette jeune femme avec des rêves pleins la tête, des songes dans ses bras et ses pieds.

 Touchant parce qu’initiatique, parce qu’éprouvant, parce que concernant une minorité, et tout ça sur fond de guerre des gangs. Sur le principe, ça flaire le bon film. Juste comme ça, mais aussi parce que sur une minute trente de bande-annonce, on y croit !

  • Faites votre toile !#1Un homme qui crie : Maître-nageur dans un établissement touristique de N’Djamena, Adam perd son emploi lors du rachat de l’hôtel par des propriétaires étrangers. Remplacé par son fils, le film conte en 1h32 le combat d’un homme déchiré par l’honneur et le sacrifice. Mahamet Saleh Haroun, Prix du jury au Festival de Cannes cette année, est notre coup de cœur de la semaine.

Un titre fort en symboles, pour un film criant de vérité. Parce que le cinéma africain et notamment tchadien a besoin d’un porte-voix, que cette histoire est marquée par les errements d’un homme torturé par sa conscience, de la difficulté des choix que tout un chacun prend dans une vie… Et puis le Festival de Cannes se trompe rarement, ce prix du jury est certainement mérité ! Quoique

  • On vous invite à nous faire part de vos avis critiques ! Bonne(s) séance (s) à toutes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>