musique

Corinne Bailey Rae takes you to The Sea.

Corinne Bailey Rae, l’interprète de Put Your Records On, ça vous dit quelque chose ? Mais si ! Cheveux bouclés, peau ambrée, voix cristalline…

Corinne Bailey Rae takes you to The Sea.Si ce patronyme ne vous dit rien, je compte bien changer cet état de faits, en admiratrice éperdue de son œuvre. Britannique d’origine, Mademoiselle Bailey Rae se fait donc connaître outre-Manche et outre-Atlantique surtout par l’entremise de son premier album éponyme, qui paraît en 2006. Le public découvre le talent de cette chanteuse soul qui ne ressemble en rien à ses congénères britanniques. Certains même voient en elle la nouvelle Minnie Riperton. Ce à quoi je réponds : Si vous voulez, du moment qu’elle ne nous claque pas entre les doigts d’un coup d’un seul, comme Minnie qui s’est éteinte à l’âge de trente et un ans, à la suite d’un cancer.

Enfin. Remportant le soutien de tous, elle ne cesse d’enchaîner les collaborations, toutes plus prestigieuses les unes que les autres. Elle aura notamment chanté avec John Legend et, dernièrement, figuré sur le dernier album de featurings de celui que je considère comme une pointure du free jazz pour ne pas dire l’initiateur, j’ai nommé Herbie Hancock.

Après le décès tragique de son compagnon, musicien également, en 2008, Corinne Bailey Rae puise dans ses blessures pour nous pondre son dernier opus, The Sea, qui est nettement une invitation au voyage. A mi-chemin entre de la pop soulful comme l’aurait fait une Janet Jackson dans Closer, certaines notes rappelant étrangement du Morcheeba dans Diving for Hearts, et une ode aux villes-lumière que ce sont NY et Paris dans Paris Nights/New York Mornings, Corinne Bailey Rae nous transporte.

En quelques mots concluants, Corinne Bailey Rae, c’est la relève soul britannique dont on rêvait tous, loin des dents cassées d’Amy Winehouse, du penchant pseudo-retro de Duffy ou encore de la vulgarité latente de Joss Stone.

Parce que je suis gourmande, je vous fais cadeau de sa prestation de janvier dernier, chez l’inénarrable Ellen Degeneres.

3 Responses to “Corinne Bailey Rae takes you to The Sea.”

  • De la pop soulful qui rappelle Morcheeba ?! Ouuuh Je cours télécharger ça ! Légalement bien sûr !

  • Ho non ! Je ne peux pas te laisser dire que Joss Stone est vulgaire ! Peut-être dans son style vestimentaire (mais on remarquera une nette amélioration ces dernière années…), Mademoiselle Joss Stone est très nature, mais je n’appelerai pas ça vulgaire ! À titre de comparaison, Céline Dion, pour moi, est vulgaire…
    Sinon, oui, Corinne Bailey Rae fait du bien aux oreilles. C’est le genre de choses que je ne peux pas me lasser d’écouter, un peu comme du Diana Ross à ses débuts, ou du Tammi Terrell avec Marvin #1 Gaye.

  • Céline Dion ? Ah oui, on a pas du tout la même notion de la vulgarité. Mais bon, j’ai rien contre Joss Stone, en soi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>