musique

La vie secrète des artistes #2 : Exsonvaldes

Suite à une discussion avec la regrettée Barb et Audrey A., j’ai décidé me lancer à la poursuite des artistes pour les interviewer et expliquer aux Ladies leur processus de création. Étant moi-même une journaliste musicale contrariée, j’adore écouter les artistes en ITW sur leur rapport à leur art. Cela donne une lecture intéressante lorsqu’on a parfois du mal à pénétrer une œuvre.

La vie secrète des artistes #2 : ExsonvaldesPour cette première interview, j’ai décidé de vous présenter un groupe dont je parle pas mal sur Ladies Room, Exsonvaldes. J’ai d’abord connu la copine de Simon, le chanteur, lorsque j’étais stagiaire dans une maison d’édition à Ivry/Seine, où elle commençait sa carrière d’attachée de presse. J’ai commencé à suivre la carrière du groupe, dont je trouvais le son sympa. Je les ai ainsi vus dans différentes configurations : en showcase dans une boîte parisienne, en appartement et en festival. Chaque fois, j’ai redécouvert d’autres potentialités. C’est donc un groupe assez agréable à voir sur scène, notamment en session acoustique, comme montre leur dernier opus, There’s no place like homes.

 - Présentez-vous tout d’abord…
Exsonvaldes est un groupe de rock de Paris. Nous jouons ensemble depuis maintenant 10 ans, mais tournons plus activement depuis 2004, année de sortie de notre premier album Time we spent together. Notre deuxième album Near the edge of something beautiful est sorti l’année dernière, et nous avons eu envie d’en faire la promo d’une façon nouvelle : en s’invitant chez nos fans pour jouer nos morceaux, à 4 mais sans aucun micro, pour des concerts en appartements. Le succès de cette expérience nous a donné envie d’enregistrer un album acoustique, reprenant le répertoire de ces concerts. There’s no place like homes est donc sorti le mois dernier.

- Comment définiriez-vous votre style musical et quelles sont vos influences ?
C’est difficile à dire. On dit souvent, simplement, qu’on fait du rock, ou de la pop. Les gens parlent sinon souvent de “rock indé”. Le plus simple pour répondre à cette question est je pense d’écouter notre disque ;-) Nos influences sont assez larges, mais nous nous retrouvons tous autour de Nirvana, le groupe qui nous a donné envie de commencer la musique, beaucoup d’indé américain (Pinback, Chokebore, Death cab for cutie…), et beaucoup de groupes belges (dEUS, Girls in Hawaii (dont ils ont fait la première partie en France, NDLR) …).

- À quoi pensez-vous le plus souvent lorsque vous écrivez vos chansons ?
Assez simplement, à nos vies. On raconte des expériences vécues, qu’on aurait pu vivre, ou qu’ont vécus des gens autour de nous. C’est un processus assez introspectif mais nous sommes toujours heureusement surpris de voir que beaucoup de notre public peut faire un parallèle entre notre textes et une partie de sa propre expérience.

- Je vous ai vus jouer unplugged et avec une grosse puissance sonore… Avez-vous l’impression de jouer le même répertoire à chaque concert ?
Pas vraiment. Les chansons sont les mêmes, mais nous n’avons pas l’impression d’être exactement le même groupe selon la formule. Et ces deux aspects différents d’Exsonvaldes nous semblent essentiels, complémentaires. Pour notre prochain album nous allons sans doute combiner au maximum ces deux facettes du groupe.

- Est-ce que votre inscription sur Myspace a en quelque sorte boosté votre carrière ?
Ce n’est pas que Myspace, mais plutôt Internet en général qui nous a aidé. Dès le début du groupe nous avons utilisé cet outil pour faire notre promo, trouver des concerts, etc. Nous sommes un petit groupe donc le bouche-à-oreille sur internet est pour nous très important. Et puis nous essayons de rester le plus en contact possible avec notre public, sur notre blog, Facebook, etc. C’est comme ça que nous avons booké une grande partie de nos concerts en appartements !

- Comment envisagez-vous les séances d’enregistrement et l’aspect promotionnel de votre carrière ? 
L’enregistrement est très important pour nous. On adore réfléchir à la production, aux arrangements. C’est souvent très excitant. Parfois difficile aussi, mais toujours très gratifiant à la fin. La promotion, ça vient ensuite. C’est une sorte de libération, une fois que la disque est terminé, d’aller le défendre auprès des radios, de la presse, etc. Mais le plus important pour nous après un enregistrement reste le passage sur scène. C’est là que tout se joue.

- Sentez-vous que vous avez gagné en visibilité auprès du public depuis que vous avez été participants à Ouï loves Myspace et lauréats du Tremplin FNAC 2009 ?
Le tremplin FNAC nous a aidés, c’est certain. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de jouer dans la cours du château de Vincennes. C’est un super souvenir. Pour Ouï Loves Myspace, pas vraiment ;)
There’s no place like homes, disponible chez tous les bons disquaires, et surtout à la FNAC.

One Response to “La vie secrète des artistes #2 : Exsonvaldes”

  • tu dis que tu es une journaliste musical contrariée, pas tant que ça jes trouve. Ton article donne envie d’aller plu loin et de les découvrir. Et puis tu sais il n’est jamais trop tard pour démarcehr le journaux musicaux. Continue à nous faire découvrir des groupes intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>