bouquin

Ma vie de poulpe de Wiebke Petersen

Une bande dessinée autobiographique en noir et blanc sous une couverture rose bonbon. C’est ce que Wiebke Petersen, illustratrice d’origine Allemande, nous propose avec « sa vie de poulpe ». Le poulpe c’est l’animal qui est à la fois la mère attentionnée, la copine aux potins, la sœur compréhensive, la fille aimante, l’amante aux fantasmes délirants, mais aussi la petite fille toujours un peu là au fond d’elle même et la femme active qui a choisi le dessin comme profession.

Ma vie de poulpe de Wiebke PetersenL’image du poulpe pour décrire le passage rapide d’un état à l’autre et le jonglage d’une chose à l’autre dans une vie trépidante. Un coup de crayon vif sur des évènements marquants ou des fragments de vie piochés au hasard. L’enfance et l’inquiétude de la petite fille sur ses origines et l’histoire de son pays pendant la seconde guerre mondiale. La famille. La rivalité entre sœurs. Les discussions légères autour d’un café. La sexualité et ses fantasmes. L’amour, les ex, l’adultère. Un peu comme un tableau où l’on regarde ce que l’on veut en premier. On prend ici et là, une page, un chapitre, un dessin, une phrase.

Cette BD s’inscrit dans la lignée des BD féminines autobiographiques, parfois romancées, légères ou profondes. Quelques idées : Pénélope Bagieu, jeune illustratrice Parisienne, nous raconte des bouts de vie sous les traits de « Joséphine ». Hellen Bruller, illustratrice et dessinatrice Française, avec « Je veux le prince charmant » et « Je veux encore le prince charmant » nous parle des préoccupations et déboires d’une femme compliquée. Plus sérieuse mais non sans humour, la BD en 4 tomes « Persépolis » – qui a d’ailleurs fait l’objet d’un film original – dans laquelle Marjane Satrapi nous raconte sa jeunesse en Iran sur fond historique et politique.

« Ma vie de poulpe » c’est aussi le passage du blog à la version papier, qui se développe de plus en plus actuellement. Pour exemples, Pénélope Bagieu – encore – avec « Ma vie est tout à fait fascinante » écrit à partir de son blog du même nom. Outre-atlantique, Julie Powell avec « Sexe, blog et bœuf bouguignon » reprend la base de son blog écrit pendant le défi de réaliser chacune des recettes de Julia Child, aventure portée à l’écran récemment. Sur son blog, Wiebke Petersen décrit et raconte avant même de dessiner. Ainsi, elle revendique la qualité des dessins de sa bande dessinée comme étant avant tout des croquis et des histoires. Ce qui explique le noir et blanc, le dessin pas trop fignolé, les mots souvent directs, une chronologie imparfaite. Ce qui compte le plus dans « Ma vie de poulpe » c’est ce que raconte le dessin.

Les aventures du poulpe sont éditées aux éditions Jarjille, une toute jeune maison d’édition indépendante stéphanoise qui privilégie « les mots et l’image », le rapport du texte et du dessin. Jarjille travaille surtout avec des illustrateurs et dessinateurs du coin, pour promouvoir les artistes locaux. Un côté intime et familier donc pour Wiebke Petersen qui s’est installée et formée professionnellement à St-Étienne lors de son arrivée en France.

« Ma vie de poulpe » est ludique et tendre. A découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>