Humeurs

J’ai 10 ans, je sais qu’c'est pas vrai mais j’ai 10 ans…

Quand avez-vous pleuré de rire pour la dernière fois ? Quand avez-vous sauté dans une flaque, rigolé devant la mouche qui pète, fantasmé devant un gâteau à la crème sans psychoter sur les calories ? Quand avez-vous eu envie de tirer les couettes de votre collègue qui se la pète, de tirer la langue à votre boss ? Depuis quand vous sentez-vous un peu serré dans votre habit d’adulte ?

J’ai 10 ans, je sais qu’c'est pas vrai mais j’ai 10 ans…A force d’avoir entendu trop de « grandis un peu que diable ! » et autres « comporte-toi en adulte un petit peu s’il te plait », j’ai l’impression fugace que certains ont renié leur âme de môme, leurs joies de gamins. Oh, bien sûr la nostalgie de l’enfance reste très en vogue. Les puristes cherchent leur madeleine dans Proust, les contemporains descendent des litres de bière et dissèquent le bonheur de leurs siestes comme on analyse ses névroses chez le psy. Mais quelle rigueur dans la recherche du temps perdu. Quel manque de fantaisie dans la gaminerie… Même Peter Pan est devenu une star des thérapies, dépossédé de sa magie, analysé, décortiqué… soigné.

Parfois, en croisant les messieurs Costard qui indexent leur rire sur les cours du CAC 40, les madames Loyale qui se détendent exclusivement quand le rideau se baisse, je me demande vraiment si on est bien tous égaux devant la régression. Parfois quand je croise les regards des autres posés sur nos délires, je me dis que je n’envie pas leur « maturité ». Je me dis en regardant leurs sourires qui n’illuminent pas leurs yeux, leur loisirs formatés, leurs lectures rationnelles, leur rire pondéré en toute occasion, que ce n’est pas ça être adulte.

Et entre nous si j’ai tort, si c’est ça, j’en veux pas. Si c’est ça, ne me demandez pas d’être raisonnable, sage comme une image. Ne me demandez pas d’être un exemple, ni de rentrer dans le moule. Je veux bien être une femme. Je veux bien être mère, je veux bien être une pro, et même un homme parfois. Je veux bien (et comment !) être une maitresse, une amante, une amie. Je veux bien assumer l’âge de mes artères (comme si j’avais le choix) mais laissez moi libre de rester une enfant. Parce que moi, j’ai dix ans. Je sais que c’est pas vrai mais j’ai dix ans…

Et pas besoin de pousser trop loin pour retrouver les réflexes immatures, pour glousser devant les productions Disney, pour pleurer devant E.T. , pour rêver, pour inventer des mots qui ne font rire que moi et font hurler l’ensemble des Académiciens, pour prendre des choses insignifiantes avec le sérieux d’une gamine, et aborder la vraie vie avec l’insouciance des bacs à sable.

Moi j’ai dix ans et j’aime ces allers-retours dans l’enfance, cette immersion permanente dans le paradoxe. J’assume d’être une grande qui a laissé un orteil dans l’enfance. Je revendique le plaisir de faire la quiche dans les magasins essayer n’importe quoi, jouer la star et faire des concours de grimace devant l’appareil photo. J’adore me shooter aux bombecs jusqu’à frôler la crise de foie, faire des chorégraphies de Mia Frye avec les cop’s et hurler de rire, me salir en chahutant dans l’herbe sans penser à la dose de détachant spécial qu’il faudra engloutir pour rectifier le tir. Et je prends même du bon temps à jouer à la grande quand je signe des papiers, quand je paye mon loyer, à faire comme maman quand je fais mon ménage, quand je peste sur mon repassage…

Le temps n’est pas mon ennemi. Qu’il se voit sur mon visage ou non qu’importe ? Je serai une mamie tôt ou tard, une vieille pomme acide toute ridée, mais malicieuse comme avant. Et je prendrai soin de rappeler à mon fils les joies d’avoir une âme d’enfant.

16 Responses to “J’ai 10 ans, je sais qu’c'est pas vrai mais j’ai 10 ans…”

  • Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!! J’en suis.

  • tu veux venir participer à un de nos concours de mangeur de Chamallow chez moi?
    Nous on a des bottes en caoutchouc pour faire plichplachplouch dans les flaques quand il pleut!
    Et je perds souvent aux courses d’escargots: le mien est toujours le plus lent!

    Attends, je crois que j’ai un Carmabar dans ma poche, on le partage? Bon je suis désolée, il a un peu collé au papier: il a eu chaud!

    Magadit “gardons notre âme d’enfant”! Je l’ai gardé… enfin je crois.

  • Néanmoins l’enfant n’est peut-être pas toujours comme tu le sous-entends.
    Néanmoins l’adulte sérieux n’est pas toujours dans la répression de l’enfant en lui.
    Gare aux amalgames, garder son âmes d’enfant et céder au diktat de la jeunesse éternelle ne correspondent pas au même concept.
    Et puis il y a cette catégorisation insensée: le complexe serait le propre de l’adulte, la simplicité celle de l’enfance. Sauter dans une flaque être amusant pour certains enfants, pour d’autre non, il en est de même pour les adultes. C’est la stigmatisation de l’acte en tant que régression comportementale qui finit par créer la classification: jeux d’enfants (âme d’enfant) jeux d’adultes.
    Personnellement, je n’aime pas trop les sucreries en sur-dose, ni les saut dans les flaques. Mais pour moi c’est une question de goût, pas de “maturité”.

  • comme tu prends les choses au sérieux… ;-)
    “C’est la stigmatisation de l’acte en tant que régression comportementale qui finit par créer la classification” : j’adore. ne change rien
    c’est peut etre de ça dont je veux parler. Quel besoin de dissequer à tout prix, de mettre dans les cases de vérifier que les cases sont bien adaptées, de juger ? Quel besoin de mettre des concepts savants sur des choses tres simples du quotidien ?
    Bien évidemment je ne parle pas de tous les adultes ni de tous les enfants. ;-)
    Je n’ai jamais parlé non plus de céder au diktat de la jeunesse éternelle, je n’ai pas dit que je préférais etre une enfant, mais simplement que je n’ai pas envie de d’oublier que j’en ai été une, et c’est cette enfant qui m’a forgée, et que mes gouts d’enfants mes délires etc ne m’ont pas quittée sous pretexte que j’étais devenue une adulte. Et que de fait je préfère la compagnie de personnes qui savent également oublier d’etre des grands, qui nont pas peur du regard des autres sur leurs délires et qui ont cette fraicheur et cette authenticité propre aux gosses.
    Je ne prétend pas faire une analyse manichéenne de l’adulte et de l’enfant. Je donne des exemples de choses qui me touchent moi (et je comprends que les flaques ne font pas vibrer tout le monde). Et si pour toi ce n’est pas le sucre mais les jeux vidéos, les courses en sac, libre à toi…

  • Merciiii pour cette bonne humeur!!! J’ai parfois de grands moments de sollicitude quand je me mets à faire la conne avec mes gosses ou ceux que je garde.. (je suis nounou).. Tu sais le regard inquisiteur de la mère parfaite qui te regarde jouer comme une gosse…
    Le gros blème, c’est que ce regard se pose sur les gosses aussi.
    J’essaie au mieux de faire grandir mes enfants, à leur rythme mais sans leur faire violence non plus! Aujourd’hui, quand on n’a pas une gamine de 8 ans qui marche comme une ado ou qui refuse de jouer aux barbies parce que c’est pour les bébés,on est une mère indigne!!! Bah moi, je suis désolée, à huit ans, on n’a pas à se préoccuper si sa jupe va bien avec les chaussettes, si on vient à l’école avec une tâche sur son tee shirt au risque de s’attirer les foudres des copines ou si on peut commander sans le dire à personne la dernière Barbie à la mode! A huit ans, on joue à cache cache, à la poupée, on fait des cabanes dans sa chambre avec de vieux draps percés… et on se fout de la couleur de ses pompes!

  • “c’est peut etre de ça dont je veux parler. Quel besoin de dissequer à tout prix, de mettre dans les cases de vérifier que les cases sont bien adaptées, de juger ? ” Dixit Magadit… C’est pas peut être… c’est ça !!!!! Tu es une fée, tu vois, tu sais…

  • je me sens moins seule! Amen!Merci pour ce texte, j’aurais eu l’impression de me répéter en l’écrivant, alors là je comprends qu’on est plusieurs.

    Moi pareil, je passe mes journées à faire et à apprendre ou manipuler des concepts, des faits….et le soir, quand je rentre ou que je suis avec mes amis….ben on se marre, on va voir des trucs que personne veut voir, une fois, on était les seuls adultes sans gosses dans une mini fête foraine et on s’est éclatés dans les autos tampons, dans tous les sens du terme….
    Je lis tout ce qui m’emmène loin, j’écoute tout ce qui me fait vibrer, et peu importe dans quelle case je suis. Si je suis dans celle de l’ado je m’en fous, j’adore, parce que moi je me marre tout le temps!
    Les gens qui ont besoin de dire ” ça c’est nul, si tu lis ça t’es ça, si tu fais ça c’est puéril, si tu écoutes ça et pas ça tu passes à côté d’un grand classique”….ben oui et alors? Et si c’était les gens comme ça qui passent à côté de quelque chose?

    Moi je dis c’est celui qui dit qui est: ceux qui ont toujours un truc à dire quant au comportement des autres, faudrait qu’ils se regardent un peu je pense…

  • Pour ma part, j’en suis encore à tourner la tête de tout côté quand on me dit “madame”, pour voir si c’est bien à moi que l’on s’adresse… Et ma mère, qui a gardé MON âme d’enfant, me demande toujours si j’ai bien éteint le gaz avant de sortir. Quand aux mots inventés, je me suis lancé dans l’écriture de notre dictionnaire familial avec mes filles, le dernier venu (de mot) est rapiditesse…. Alors, c”est dire combien j’adhère!! Nananèreuuuu

    Mimis

    Beb

  • Je suis dans le même cas que beeba. Quand on me dit madame, je regarde autour de moi pour la trouver la madame!

    Il ne faut pas prendre la vie trop sérieusement même si dès fois onne peut pas faire autrement…

    Pour ma part, j’adore sauter dans les flaques, manger tout plein de bonbons, faire des grimaces et jouer avec aux batailles de pouces… En général, je fais cela quand je suis avec des enfants (sauf manger des bonbons ça je peux le faire seule lol).

    Allez venez, on fait la course jusqu’à la cour de récré les filles! :p C’est moi qui vais gagner! :p :p :p

  • Que c’est bon d’être ici… si bien entourée : Merci les filles !!!!!!!!

  • “comme tu prends les choses au sérieux… ;-)”

    Je m’attendais à cette pique =)
    “Je n’ai jamais parlé non plus de céder au diktat de la jeunesse éternelle,”

    Seules les deux premières phrases te sont directement adressés, le reste de mon commentaire correspond à une réflexion plus générale.
    “Allez venez, on fait la course jusqu’à la cour de récré les filles! :p C’est moi qui vais gagner! :p :p :p”

    lol

  • Moi, au terme “adulte”, je lui préfère “responsable”, quand la personne majeure et/ou le parent doit faire preuve de responsabilité. La personne responsable, à mon sens, n’oubliera pas son enfance. Alors que, souvent, quand on invoque le fait d’être adulte, ça veux dire qu’il y a des choses qu’il est anormal de faire après un certain âge. Et même ça va plus loin, l’adulte – dans le sens restrictif que je donne alors au terme -, eh bien, ne supporte pas que l’enfant soit enfant et ait un comportement d’enfant.

    Désolée d’intervenir au milieu de posts plus légers que le mien et d’un article que je trouve très intéressant. Maintenant, je suis assez d’accord avec Le Mal, évitons les amalgames, et l’enfance n’était pas si merveilleuse que ça, puisque nous n’étions pas majeur/e/s et que je n’ai encore jamais connu personne qui n’a jamais attendu la majorité avec une certaine impatience. Moi c’était pour pouvoir voter.

    Christelle

  • @christellet78 : “L’enfance n’était pas si merveilleuse que ça, puisque nous n’étions pas majeur/e/s et que je n’ai encore jamais connu personne qui n’a jamais attendu la majorité avec une certaine impatience. Moi c’était pour pouvoir voter”.

    Wow. Euh… que l’enfance soit pas toujours, toujours merveilleuse, je veux bien, qu’on ait tous eu marre à un moment donné d’être enfant pour devenir adulte, ou majeur du moins, tout ça est caractéristique même de l’enfance. Je me souviens à juste titre à quinze ou seize ans, je me disais : ah, quand je serai majeure, ce sera plus simple, plus facile, je vais pouvoir faire plein de trucs. J’en ai vingt maintenant, et ma majorité ne m’a apportée que des responsabilités ; en aucun cas elle ne m’a rendue plus heureuse. En même temps, j’ai pas encore eu le temps de changer, et je pense que je ne changerai pas de sitôt, comme le dit Magadit.

    Tout dépend de ce que l’on était enfant : moi j’étais lunaire, animée par ma solitude, que je cultivais. Si toi tu te préoccupais déjà de tes devoirs civiques, soit. C’est très étrange, mais pourquoi pas. Pour le coup quand est venu mon tour de voter, je n’étais pas réellement enchantée.

  • @magadit : Et puis j’adore cette photo, elle est trooooooop mignonne !

  • Réponse à Rose H, oui je suis d’accord. Si tu lis bien le reste de mon commentaire, tu verras que je regrette que beaucoup oublie l’enfance, notamment ce qui est caractéristique : l’envie de découvrir. Moi-même j’étais souvent seule. En quoi c’était étrange ? Quand j’ai vu tomber le Mur de Berlin en direct à la télévision, j’ai tout de suite compris l’importance. C’est peut-être là que ça a commencé. J’avais 11 onze ans. Et ensuite, il y a l’ouverture des frontières… Et là mon envie d’apprendre et de découvrir augmentait encore.

    Mais comme j’ai toujours des positions modérées, j’ai évoqué aussi l’autre fait. En effet, si on peut regretter que certaines personnes oublient l’enfance, leur enfance, et ce qu’est l’enfance, de l’autre, je dis juste qu’il ne faut pas non plus l’encenser, car ce serait faire justement comme ceux qui ne supportent pas les enfants, et donc oublier l’enfance, leur enfance et ce qu’est l’enfance.

    J’espère que je me suis mieux exprimée. Je n’avais aucune intention de choquer, mais juste d’évoquer les deux aspects de la question. Et donc dire que par moment c’est bien d’être léger et qu’on n’a pas besoin qu’on nous le reproche, mais aussi qu’il faut savoir être sérieux quand il le faut.

    Christelle

    P.S. : en plus, j’ai beaucoup apprécié l’article.

  • Oh Mag, je me reconnais également. J’invente des mots aussi, je dis beurk, cracra et plein d’autres choses, j’ai des bonbons et des biscuits planqués pour pouvoir les manger moi toute seule, je vais au ciné voir des dessins animés et je kiffe, j’ai commencé la collection des dvd Disney parce que je le vaux bien, ma couleur préférée c’est toujours le rose, je suis une tueuse aux concours de grimaces, je suis la tatie que l’on invite aux anniversaires parce qu’elle fait la course en sac, garde son oeuf dans sa cuillère sans le faire tomber et assure grave à 1, 2, 3 soleil! A 10 ans je jouais encore à la barbie. Bref ça fait du bien et c-c- boudin à ceux que ça défrise ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>