Back Room

Baiser : le nouveau réflexe éco-responsable

On croit encore que l’écologie c’est pas glamour. Limite que ça sert à rien tiens. En parlant d’une femme écolo, on pense plus souvent aux femmes mal épilées, mal fagotées qu’aux enjeux de la nation, qu’à la sauvegarde de la planète.

Baiser : le nouveau réflexe éco-responsablePersonnellement ce matin, rassasiée pomponnée j’ai eu une révélation. La lumière m’a touchée. J’ai connecté les 3 neurones qui me restaient en cette fin de semaine pour me lancer dans une étude sexo-énergétique indispensable. En effet d’après des études super très sérieuses, les français consommeraient en moyenne 13 piles par an pour un total d’un milliard de piles. Ah ah ! Que nenni que miche. Je vous vois messieurs les truands des sondages, on nous manipule, on nous endort… La preuve.

Sachant qu’une femme use en moyenne 4 piles AAA dans ses toys par mois. C’est une moyenne… pour des femmes exigeantes, parce qu’entre nous, y’a pas pire qu’un toy qui vibre mou. Quoi ? Un mec qui bande mou ? Vous avez raison c’est pire. C’est même inacceptable. Dans ce cas ladies, hurlez juste NEXT et retour à vos piles.

Bref, sachant également qu’en France nous sommes un peu plus de 32 millions de femmes de plus de 15 ans. Sachant que si je prends en comptes les 7.5 millions de gays qui eux/elles savent jouer. Je pose 3 je retiens 1. Bonant-malant ça nous donne 1,725 milliards de piles englouties sous des soupirs et des cris chaque année. Pour un peu ça ferait rêver. Alors ? Hein ? On nous ment, je vous le disais !

Et puis au-delà des stats bidouillées, vous allez me dire qu’on avait qu’à prendre des piles rechargeables plus économiques, plus écologiques. Admettons. Il est vrai que les piles rechargeables auraient donc jusqu’à 32 fois moins d’impact sur l’environnement que les piles jetables. Admettons bis. N’empêche. Vous avez surement déjà dû en mettre dans votre vieux walkman cassette… et vous retenir de vous jeter par la fenêtre en écoutant le dernier Madonna sonner comme un slow d’Amanda Lear. Alors l’écologie je veux bien. Mais jusqu’à preuve du contraire, y’a que le lapin de Duracel qui tortille des fesses jusqu’à ce que Madame soit satisfaite.

Mais c’est pas le pire. Imaginez que chaque pile pèse 23 grammes, nous croulons sous le poids mesdames de 39 000 tonnes de batteries chaque année. Un petit conseil, pensez à respirer au prochain orgasme surtout, au risque de vous étouffer. Tenez c’est à surveiller dans les faits divers : voir si l’écrasement est la première cause de mortalité chez la femme…

Mais c’est encore pas le pire (toujours pas). Restez concentrés mes chéris, on reprend les calculs. Le temps de remonter mes lunettes, d’essuyer un peu la buée et je repars au tableau. En admettant que le prix moyen d’un toy soit de 15€, que chaque femme en possède un (c’est encore une moyenne …), que le prix de 4 piles soit de 5€50 (qu’on ne vienne pas me dire que c’est pas documenté ça…). On salive sur la calculette et ça nous donne un joyeux 2.9 milliards d’euros. Si c’est pas de l’orgasme solitaire plaqué or ça !

Alors avec tout ça, et à la veille du sommet de Copenhague, je dis qu’il est temps de prendre les choses en main. Il est temps d’agir, faisons fi de la fatalité, de la passivité… Soyons citoyennes mesdames, ayons le geste eco-responsable !
Baisons.

10 Responses to “Baiser : le nouveau réflexe éco-responsable”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>