Humeurs

De l’art de se compoter devant un match de foot quand on n’y connaît rien.

Prenons trois situations de la vie quotidienne…

De l’art de se compoter devant un match de foot quand on n’y connaît rien.Premier cas : Horreur ! Vous êtes tombée amoureuse. Malheureusement, le plan le plus romantique que le Tiny de base ait trouvé est de vous emmener un jour au stade avec lui regarder PSG-Macchabi Haïfa. Au stade ? Oui, vous savez, le seul truc en France qu’il y ait dans chaque patelin avec les églises et les mairies. Bref, ça fait deux choses (avec l’église), vous savez que cela existe, mais depuis votre plus tendre enfance, vous n’y avez jamais mis les pieds. Vous êtes bien allée au Starfloor de David Guetta à Saint-Denis, mais vous ne vous doutiez vraiment pas qu’on puisse jouer au foot dans un truc aussi grand…

Deuxième cas : Ce soir, comme tous les mercredis soirs, c’est votre feuilleton préféré, Grey’s anatomy sur TF1. Malheureusement,  ce soir sur TF1, c’est 1/4 de finale de la ligue des Champions : Manchester United-Bayern de Munich. Si vous avez de la chance, Tiny se contentera de quitter le costar-cravate pour un survêt troué et un T-shirt dégueulasse. Il s’affalera donc devant la télé avec un pack de Despé et, de temps en temps, se grattera les parties en rotant. Vous avez honte, mais si vous n’avez pas déjà fui chez votre mère, filmez-le : au moins, vous avez un bon moyen de le faire chanter et une bonne preuve en cas de divorce pour faute. Si vraiment, vous n’avez pas de bol, vous verrez débarquer ses collègues de boulot avec les bières, les chips, les survets troués et les t-shirts dégueulasses, mais aussi avec des cornes de brume. Vous voici donc avec un appartement qui ressemble à un champ de foire pendant le match et à une décharge municipale après le match. Et qui se tape le ménage… ?

Troisième cas : Vous sortez avec vos copines dans votre pub préféré. Vous remarquez qu’il y a plus de beaux mecs que d’habitude, et même que vous êtes les seules filles du pub. C’est normal : ce soir, c’est France-Espagne. Vous vous dites : C’est super, tous ces beaux gosses, on va pouvoir aller en chasse, miam miam. Que nenni. Déjà, si vous n’y connaissez rien, on se demande même ce que vous faites dans un pub un soir de match. Toutes les filles le savent : les mecs devant un match de foot nous considèrent comme invisibles, à moins de s’habiller vraiment pouffe. Misère, misère, Tant d’hommes, tant d’hommes et quelques garces aussi, parfois, chantait le poète Christophe Miossec.

Mais que faire alors ? Ne vous inquiétez pas, Tata Giovanna est là pour vous donnez ses précieux conseils de mordue du football…

Premier cas : Fondez dans la masse

Le propre du match de foot dans un stade est que les supporters sont tous regroupés derrière leur équipe. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle l’ensemble des supporters le 12e homme. Même si vous ne comprenez rien, vous êtes devenue un mouton de Panurge. C’est le propre de l’effet de groupe. Et je dirais même qu’au Parc des Princes, si vous avez le malheur d’avoir des places dans le kop de Boulogne, faites gaffe : votre côté le plus malsain peut ainsi se révéler au grand jour, et vous pouvez y aller à coups d’insultes et de gnons.

Ce qu’il faut faire :

- Apprenez et chantez les chants de supporters. Si t’es fier d’être Auxerrois, tape dans tes mains…, Oh Stade Rennais, allez, allez…, voire pour les plus aguerries (et Marseillaises) d’entre vous : Parisien, je n*** ta mère sur la Cane, Cane, Cane, Canebière… Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, les chants de supporters sont quasiment les mêmes dans tous les stades. Donc vous pouvez ainsi supporter n’importe quelle équipe de foot française…

- Crier quand il y a un but, huer quand une décision de l’arbitre ne convient pas au petit groupe qui vous entoure… Ne l’oubliez pas, vous êtes un mouton de Panurge.

- Arborer le t-shirt, la casquette ou l’écharpe à la couleur de l’équipe. Certains délires fashion  sont tout aussi bienvenus, comme les perruques de clown.

Deuxième cas : Faire semblant de s’intéresser… ou fuir

Le domicile conjugal a ceci de particulier qu’un match de foot peut vite être considéré comme une agression pour la vie de couple. Étant donné que vous êtes devenue transparente pour lui, comme pour vos « invités », il y a là encore deux solutions.

Ce qu’il faut faire :

- Si vous êtes gentille : vous essayez de vous intéresser au match. Mais surtout, évitez de poser des questions, Tiny (et ses collègues) vous répondra(ont) par des onomatopées, voire par Tu me (nous) fais chier, quand vous le(s) dérangez vraiment. Au mieux, vous vous installez à côté de lui et vous vous dites intérieurement : Tiens, celui-là, il est chou, et puis celui-ci, quelle belle paire de fesses, miam. En gros, rincez-vous l’oeil sous motif de vous intéresser, et même avec le consentement de Tiny avec ça. Au pire, vous apprendrez les règles plus tard.

- Si ça vous fait vraiment chier, partez chez une copine, votre mère, la voisine, au Pink Paradise,  profitez-en pour vous épiler, faire une blanquette de veau… Au moins, pendant ce temps-là, Tiny ne sera pas sur votre dos. Enfin une vraie soirée de célibataire s’offre à vous…

Troisième cas : Profitez-en pour observer les travers les hommes et les accepter

Quoi de mieux que de se retrouver en milieu hostile pour faire une étude anthropologique des détenteurs de pénis digne du regretté Claude Lévi-Strauss. Car les hommes, lorsqu’ils sont en meute devant une activité qui exclut naturellement la présence des femmes (l’inverse est vrai aussi), offrent une nature peu séduisante.

Profitez donc de l’abus de mojito pour vous dire, avec vos copines, que même le petit blondinet avec sa petite gueule d’ange peut s’avérer être un bourrin. Nobody’s perfect… Et vous avez toujours envie de finir votre nuit avec lui, c’est que vous avez en partie compris la nature des hommes. Bravo !

Ce genre de soirées entre filles – aller dans un pub un soir de match – est à prescrire après une rupture amoureuse, voire durant une longue période de célibat.

Voilà, maintenant, vous savez quoi faire face à un match de foot… À bientôt pour de nouveaux conseils.

P.S. : Cela marche aussi avec les matches de rugby.

(cc) Tiago Rïbeiro

3 Responses to “De l’art de se compoter devant un match de foot quand on n’y connaît rien.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>