Back Room

Emmanuelle Poinger – Onze histoires à lire seule les soirs de match de foot

L’équipe de France de football, sauf cataclysme mercredi à Saint-Denis, est bien partie pour se qualifier pour la Coupe du Monde 2010.

Emmanuelle Poinger – Onze histoires à lire seule les soirs de match de footJe vous imagine donc, mesdemoiselles et mesdames, durant ce mois de juin propice aux rencontres très coquines et aux rapprochements amoureux au sein des couples, vous sentir durant cette période aussi désirables qu’une cuisse de poulet israélien génétiquement modifié. Vous aurez beau mettre les jupes les plus courtes, les décolletés les plus aguicheurs, rien n’y fera, vous serez transparentes par rapport à ces 22 énergumènes en short.

Résultat, bon nombre de couples se disputent lors des événements sportifs. Monsieur, pourtant cadre si distingué, se transforme en beauf avec son survet et sa bière, ne vous apporte aucune considération… Et vous êtes à deux doigts du divorce pour cause de frustration sexuelle.

Joie ! Une solution existe enfin… C’est comme cela qu’est présenté ce petit recueil de nouvelles dont je vais vous faire maintenant la fiche de lecture.

L’auteur

Présentée comme une femme jeune et jolie, Emmanuelle Poinger est originaire de Toulon et travaille dans l’administration. Ce recueil de nouvelles est le premier livre qu’elle publie. Son domaine d’exploitation est la conséquence désastreuse du foot sur les rapports amoureux. Elle dissémine donc ses petites histoires où les hommes en prennent pour leur grade.

Le pitch

Comme le nombre de joueurs de foot dans une équipe (vous l’aurez compris), il y a donc onze histoires. Onze fantasmes de femmes exploités où nos soeurs les femelles ont un beau rôle, laissant les hommes dans un rôle de soumission ou de passivité complète, voire ne comprenant rien à ce qui lui arrive. Cela va de la secrétaire qui se fait livrer des sushis à l’inspectrice de la brigade des douanes sous une couverture très spéciale, en passant par la minette casse-cou, la modèle du peintre ou la demoiselle qui essaie sa robe de mariée.

En gros, Emmanuelle Poinger développe ceci : si les hommes sont capables de se rabaisser devant la télé, ils seraient bien capables de se rabaisser pour combler les désirs de leurs compagnes. D’où cette volonté de dépeindre des hommes fous de désir, empreints de la même fougue que devant un OM-PSG pas annulé.

Potentiel érotique

Fluctuant. Car il y a une vraie irrégularité dans l’écriture d’Emmanuelle Poinger. Si certaines histoires sont effectivement troublantes (devinez pourquoi je raffole des sushis ;p), d’autres paraissent s’essoufler (comme la minette qui fait de l’auto-stop sauvage ou l’ado qui surprend une lettre de sa maman…). Mais le fait qu’Emmanuelle Poinger ait pris le parti d’écrire des nouvelles permet aisément de déguster ces coquineries petit à petit ou de manière plus goûlue.

Emmanuelle Poinger,  11 histoires à lire seule les soirs de match de foot, Éditions Blanche, 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>