Histoires

Du Latin Corner comme lieu d’échange sur la condition féminine…

ndlr : Cet article a été choisi par Pomme pendant sa semaine de rédaction en chef.

Je voyais sur FB quelques petites allusions de l’amie Aud sur un lieu parisien hors du commun. Elle parlait de mecs mignons, de filles hystériques et de sperme du serveur. Il n’en suffisait davantage pour attirer ma curiosité sur ce lieu si féminin. Alléchée, je propose donc à Aud d’établir une petite soirée dans ce lieu. Nous fixons une date : ce sera ce vendredi soir, 25 septembre.

Du Latin Corner comme lieu d’échange sur la condition féminine…Parlant du projet à Tiny, le voici qui me fait légèrement la moue, au point d’insister pour prendre l’apéro avec moi vendredi soir. Je crois que c’est lorsque j’ai évoqué le nom de sperme du serveur (dont j’avais depuis vu la définition sur Youtube – cela me rappelle un peu le rêve de jeune fille d’un restaurant, rue Falguière, mais là n’est pas le propos…) que Monsieur Tiny Boy fut quelque peu décontenancé par le projet. N’en déplaise à Tiny, je suis encore une femme libre.

Nous voici donc vendredi 25 septembre 2009, 20h30. Nous arrivons, Tiny et moi, au Latin Corner. Dans un premier temps, comme dans tout lieu select, un homme d’une certaine corpulence et doté d’une certaine cervelle de moineau trie sur le volet les clientes. Première remarque : un homme ne pénètre pas seul au sein de l’établissement. Tiny doit donc son droit d’entrée au fait que je suis une représentante de la gent féminine. Dernière remarque qui facilite mon entrée : Mes copines sont à l’intérieur.

En effet, Aud et Mayafeels sont déjà attablées devant un cocktail. Je leur présente donc Tiny qui se sent quelque peu mal à l’aise dans cet endroit. Je remarque la déco très rococo – éclairage ponctuel très vif, décoration murale à base de carrelage, lampadaires baroques auxquels sont négligemment jetés des soutien-gorges. Classique, je me décide donc pour un Cosmopolitan.

Dans une musique criarde, nous discutons tous les quatre de choses et d’autres. Aud et Mayafeels kiffent la vibe, tandis que Tiny se désespère de la bande son entre électro et Mickael Jackson. Nous voyons défiler les clientes, entre lâchage d’un soir et véritable putasserie vestimentaire. J’en veux pour preuve cette demoiselle à la table voisine, pourvue d’une forte poitrine, qui a passé son temps à remonter son décolleté et remonter ses seins.

De temps en temps, nous voyons arriver des bandes de filles, dont l’une d’elles a les yeux bandés. Le serveur qui l’accueille guide la demoiselle en la prenant par les mains, qu’il ne tarde pas à poser langoureusement sur son corps bodybuildé. Car oui, l’intérêt du lieu est qu’il n’y a que des serveurs, et aucun d’eux, bizarrement, n’a les abdos Kro.

Vers 21h, première alarme de la soirée. Nous voyons un feu d’artifice, et les serveurs ont soudainement très chaud. Nous retrouvons donc ces braves garçons se diriger vers quelques demoiselles et se dévoiler jusqu’au boxer. Ouh… Très hot. Tiny est consterné, Mayafeels et Aud beaucoup moins. Oui, c’est une alarme pour le sperme du serveur. Voyons en quoi cela consiste.

Voici la recette de ce fameux cockail : vous prenez une demoiselle chauffée à blanc (par son anniversaire, son enterrement de vie de jeune fille…), un serveur chauffé à blanc, une banane, de la chantilly et un cocktail à l’aspect lacté. Le serveur s’avance vers la demoiselle et utilise la banane agrémentée de chantilly comme substitut phallique. Il ne reste à la demoiselle de manger ladite banane sans les mains… Avant de finir avec la boisson lactée. Ambiance garantie…

Nous voyons donc cette ambiance limite hystérique deux ou trois fois dans notre soirée. Si bien qu’Aud se tâte pour commander ce fabuleux cocktail. Surtout que les serveurs nous appellent toutes chérie et galvanisent les demoiselles à coups de Vous voulez voir du serveur à poil ? Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaais !

Bilan de cette soirée sympathique :

- Un troupeau de filles en rut, c’est pire qu’un stade de foot…

- Faut-il vraiment en arriver aux mêmes extrémités qu’avec les mecs pour que les filles passent une bonne soirée ?

- Pourquoi suis-je si hypocrite sur LR ? Bien sûr que je bavais sur les serveurs (sauf que Tiny veillait au grain…)…

(cc) Nicolas*

 

22 Responses to “Du Latin Corner comme lieu d’échange sur la condition féminine…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>