Humeurs

Because I’ve had the time of my life

Article sélectionné par electricalstorm lors de sa semaine de rédac’chef !

Quand on a annoncé la mort de Patrick Swayze (Patriiiiiiiiiiiiiiiick) ce matin y’a eu deux clans, celui des mecs qui ont hurlé devant la fin du mec-qui-est-trop-coooooooool-et-qui-se-recoud-tout-seul dans Point Break ou Road House. Et le clan des filles qui ont manqué un battement de cœur à la perte du plus beau torse (je fais un package torse/fesse, dans son cas c’est indissociable) des années 80, du mec qui dansait comme une bête, du mec qui nous a fait chouiner 2500 fois dans Ghost du générique de début au générique de fin. Du mec qui nous rappelle avec nostalgie ou horreur notre amour de l’époque.

Because I’ve had the time of my lifeFaut être honnête, des fois on s’en tape de la mort d’un people, on n’était pas pote après tout. Et des fois non. Ben là c’est non. J’ai jamais vu autant de statuts Facebook nostalgiques (ok, je ne parle pas du phénomène MJ sinon va y’avoir polémique).

Allez zou ma petite dame vous reprendrez bien un kleenex : la redif’ de Dirty Dancing va commencer. Ça fait bien huit ans que je l’ai pas vu… Revival… 1988, j’avais pas 15 ans, il était juste super beau (en fait juste méga bien gaulé mais quand on est jeune on confond toujours l’amour et le sexe…), il bougeait comme un dieu. On rêvait d’être BB, la petite meuf qui ressemble à rien et qui emballe le mauvais garçon. On rêvait que notre chope du mois nous entraîne dans un corps à corps endiablé sur la piste de danse, tandis qu’il nous envoyait bouler royalement avant d’aller pogoter. Pas grave on s’entraînait entre cop’s.

On chantait en yaourt pendant les soirées pyjama « aiie ève ze tahime of maïe laîfe », on l’a vu 1000 fois. On était capable de sortir toutes les répliques dont les cultissimes  :
« on ne laisse pas BB dans un coin »
« non Johnny, tu ne peux pas fuir comme un cheval sauvage »
Les mecs étaient navrés. Nous aussi, mais on se serait coupé une couette plutôt que de l’avouer.
Le film cul-culte était né.
Nos parents ont eu Grease, nous on a eu Dirty Dancing.

Et ce soir, ce sera ma tablette de chocolat (celle que j’ai achetée, pas celle qui est sensée se trouver vaguement autour de mon nombril), et mon plan couette (en fait le plan c’est la couette, pas un plan mec sous la couette… sinon Dirty Dancing t’oublie direct, y’a de quoi castrer un mâle). Je sens ma poitrine décroître, mon appareil dentaire ressurgir, mes envies de prince charmant reprendre le dessus. Et dieu sait qu’en ce moment le prince charmant et moi on est plutôt fâchés. Je serais plutôt d’humeur à lui cracher dessus pour le retransformer en crapaud ce con de prince et lui bouffer les cuisses moi. Bref je m’égare.

Je sens que je vais pleurer, mais pour la bonne cause cette fois, juste parce que c’est-beau-mais-c’est-triste, juste parce que c’est bon d’être une gonz’ et de planer devant une pauvre choré.

J’entends déjà le final. En fait c’est normal, il tourne en boucle sur Deezer depuis ce matin. Je sens que je tombe amoureuse de Johnny le rebelle, comme avant.

Je suis super triste. Pour tout plein de trucs. Je sais que je devrais éviter les mélos en ce moment, rapport à la rupture de stocks de Kleenex qui menace la petite dame en question. Mais m’en fous m’en tape, ce soir c’est The time of my lifeand I never felt this way beforeYes I swear it’s the truth, and I owe it all to you !

8 Responses to “Because I’ve had the time of my life”

  • « aiie ève ze tahime of maïe laîfe » Oui c’était tellement ça!!
    Et puis le slow de Ghost et puis La Cité de la Joie et puis Point Break et puis “la” série : Le Nord et le Sud….ahhh tu as tout si bien dit.

  • Kôaaaa? Patrick S. n’est plus? Magadit, suis triste, sniff, mon premier fantasme d’ado pré-pubère. Bouhh… Et c’est toi qui me l’apprends… Tellement nombriliste que les actus, j’évite en ce moment. (J’ai aussi épuisé le stock de kleenex, mais à cause des frasques financières de mon connard de conseiller financier… le prince grenouille est – pour combien de temps encore? – avachi dans mon canap’). Demain, tu te retrouves une grenouille, et puis si la transformation ne se produit pas, tu l’attaches devant Dirty Dancing et Ghost.

  • Oui, c’est super moche. Déja parce qu’a cause d’une connexion à la noix Dirty Dancing devra attendre ce soir, ensuite parce j’ai même pas l’intégrale des autres monuments du mecs.
    Hey Lili si tu colles une Grenouille devant Dirty Dancing il devient direct ton meilleur pote gay. Suis pas sure sure de l’efficacité de l’incantation ;-)

  • dirty dancing, les outsiders, point break…..roh….sacré acteur quand même…
    il me reste la bo pour l’entendre me chanter she’s like the wind….

  • Je découvre ton article avec délectation, Mag. Joliment écrit. Je ne m’appelle pas Baby Haussmann pour rien, ya know… ♥

  • Elémentaire, mon cher Watson! Et dire que j’avais jamais percuté sur le pourquoi du comment de ce joli pseudo.
    Super article Magadit, je me souviens encore du moment où j’ai appris son décès. Une vraie tragédie!

  • Je sais pas trop si j’ose avouez que j’ai pas vu ce film ! Mais je pleure devant love actually ca compte ?

  • Noooooon pas possible!!! En plus, ils font que le rediffuser sur la tnt en ce moment. Bon, quand on se voit, on se fait une session Dirty dancing!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>