Coeur

De la drague estivale à Paris – I

Le grand penseur presque trentenaire A. M., plus connu de nos services sous le nom de Bakeneko, déclara dans les lignes de ce magazine : Paris l’été pour un garçon, c’est comme Toys’r'us pour un enfant de 5 ans. Mais qu’à cela ne tienne, Bake : comparer Paname à un magasin de jouets pour effectuer une allégorie de la drague en période estivale est osée. Et audacieuse. Tu viens de me donner une super idée…

De la drague estivale à Paris – IEn effet, mesdames parisiennes (ou pas ^^), je m’en vais faire un petit carnet subjectif de la drague parisienne arrondissement par arrondissement. En effet, nous, les jouets… euh… les femmes, nous devons nous mettre le plus en valeur et ne pas traîner dans les mauvais rayons.  

Dans un premier temps, nous allons nous intéresser aux cinq premiers arrondissements :

1er arrondissement

Aaaaah, le Louvre, la place Vendôme, la rue de Rivoli… Assurément, le 1er arrondissement est l’image que l’étranger lambda se fait du Paris luxueux et fastueux.

-          Qui y drague et qui y draguer ?

  • Tout ce qui n’est pas français et qui a du pognon : le milliardaire russe, l’émir qui s’assoit sur son pétrole, le magnat américain… Faites quand même gaffe aux insultes au bon goût. Car oui, il faut savoir que la fortune ne donne pas forcément la classe.
  • Le touriste japonais qui s’extasie devant le Louvre : pour peu qu’il ne vienne pas en voyage organisé et sans sa femme. On évitera donc le petit vieux avec le bob et le bermuda, ainsi que le romantique qui est venu à Paris exprès pour se marier

-                Où draguer et se faire draguer ?

  • Le jardin des Tuileries : de toutes façons, n’importe quel jardin prête à l’évocation des tendres sentiments. Mais celui des Tuileries est particulièrement fastueux et royal…
  • Devant le Ritz : car il faut aussi savoir repérer sa proie, et l’emmener tout de suite chez Boucheron, Dinh Van ou Van Cleef & Arpels pour sceller votre amour…

-       On évite

  • Afficher tout de suite ses intentions. Maman vous a bien éduquée : l’argent ne fait pas le bonheur… mais il y contribue. Par conséquent, il est interdit de s’attifer comme une Russe qui travaillerait tard le soir. Vous gagnerez en distinction et vous donnerez ainsi une caution classe à votre milliardaire chéri.
  • Faire la bégueule devant ce solitaire Cartier. Déjà, vous êtes entrée chez Cartier, estimez-vous heureuse. De même, il est fortement déconseillé de bouder ce succulent champagne rosé que l’on vous sert dès le petit-déjeuner.

2e arrondissement

Je buvais quelque Côtes du Rhône un soir avec un sérial dragueur qui me disait « On m’a dit que les plus belles filles de Paris étaient rue Montorgueil ». Ce en quoi je l’ai sûrement déçu (nous étions en effet rue des Petits Carreaux, c’était un soir où peu de membres de la gente féminine avaient daigné pointer le bout du nez). Malgré tout, c’est l’arrondissement des bouts de chiffons. Une fille ne peut qu’être alléchée par ce genre d’endroit.

-       Qui y drague et qui y draguer ?

  • Le marchand de tissus : le Sentier étant connu comme le quartier de la confection textile, les petites échoppes et les magasins d’usine y pullulent autour de la rue Réaumur. Il est toujours utile de jouer de son charme pour avoir un rabais sur quelques frusques.
  • Le financier, le trader et tutti quanti : car c’est aussi le quartier de la Bourse de Paris et du siège du Crédit Lyonnais.
  • Un intellectuel : l’ancien siège de la Bibliothèque Nationale de France (avant la construction du site François-Mitterrand) se trouvait rue de Richelieu.

-       Où draguer et se faire draguer ?

  • Dans le quartier de Montorgueil : car même si mon serial dragueur n’a pas trouvé son bonheur, le nombre de terrasses et de petits bars sympas ne saurait mentir sur la capacité d’y séduire.
  • Au 19, rue de Cléry, demandez une certaine Loou.

-       On évite

  • Trop marchander son bout de tissu : le but est de séduire le marchand de tissus, pas de vous griller dans le quartier ^^.
  • Faire comme moi et se ramener avec le Susan Boyle Style : ce serait une insulte à la réputation du quartier (car qui dit quartier de la confection textile dit filles super bien sapées).

3e et 4e arrondissements

Quartier de l’hôtel de Ville, de Châtelet et du Marais, c’est le centre de Paris. Entre les musées, les bars et les petites ruelles médiévales, vous trouverez bien quelqu’un pour accompagner vos nuits…

-       Qui y drague et qui y draguer ?

  • Un homme qui n’aime pas les filles : et oui, vous vous trouvez dans le Marais…
  • Un adepte de l’art contemporain : avec le centre Georges Pompidou, à vous les débats interminables sur Kandinsky, Malevitch et Louise Bourgeois. Au pire, vous pouvez toujours vous rabattre sur un des artistes qui viennent se produire sur le parvis.
  • Un catholique pratiquant qui vient à la messe le dimanche soir à Notre-Dame.
  • Un Parisien qui vient oublier qu’il est à Paris : Même si Paris-Plages n’est pas la plage de Pampelonne, c’est tout de même un dépaysement propice au rapprochement des corps, comme sur toute plage.

-       Où draguer et se faire draguer ?

  • À Paris-Plages : Pour peu que vous soyez assez libre pour vous exposer en bikini sur la partie gazon, vous vous ferez vite proposer une partie de boules. Non, non, pas au terrain de pétanque, ni au stand de beach-volley…
  • Sur le parvis de l’Hôtel de Ville : avec le festival FNAC Indétendances, on se croirait dans un vrai festival dans la cambrousse, les vieux en plus. Après tout, si vous aimez les vieux…
  • Aux Halles, pendant les soldes. Dans ce temple de la consommation, vous pouvez vous mettre au frais (ou plutôt à l’abri, durant ce mois de juillet 2009) et, pourquoi pas, demander conseil à ce beau brun sur cette robe très échancrée…

-       On évite

  • Se croire réellement à la plage : Par conséquent, de traîner en bikini dans les ruelles, surtout dans le quartier du Temple…
  • Insister avec ce jeune homme : mais puisqu’on vous dit qu’il n’aime pas les filles… Et si la demoiselle au bar vous regarde avec insistance, ce n’est pas parce que vous avez un bout de patate sur la joue…

5e arrondissement


Quartier de la Sorbonne et des grandes écoles prestigieuses de Paris, il est par conséquent un peu vide, l’été. Cela n’empêche pas de trouver quelques spécimens qui bachotent pour la rentrée et qui ont, par conséquent, besoin de se détendre.

-       Qui y drague et qui y draguer ? 

  • Un étudiant. Qu’il ait raté ses examens ou qu’il prépare déjà sa rentrée, l’étudiant est une valeur sûre du Quartier Latin. Il vous mènera vers les pubs les plus cotés de la Place Monge ou du Boulevard St-Jacques.
  • Un professeur. L’été, il traîne ses savates à la Bibliothèque Ste-Geneviève ou au Collègue de France pour donner des conférences. Il suffit que vous vous passionnez soudainement pour les chevaliers de l’an 1000 au lac de Paladru…
  • Une touriste américain qui traînera ses savates du côté du Boulevard St-Michel et de ses cinémas d’art et d’essai (pour peu qu’il soit plus Woody Allen que George W. Bush…).

-       Où draguer et se faire draguer ?

  • Au jardin du Luxembourg : Le Sénat pour point central, la magnifique roseraie, les coureurs très très sex, le soleil, les pelouses apparemment avenantes (se méfier tout de même des gardiens – ou jouer du charme)… Tout au jardin du Luxembourg invite à la volupté (mais y aller le soir, et pas le dimanche après-midi avec les gamins qui braillent…).
  • Sur le parvis du Panthéon : testé et approuvé par votre servante. Si on supporte la viande saoule, on peut s’asseoir, sortir sa guitare et regarder par la rue Soufflot la Tour Eiffel scintiller… So romantic.
  • Au musée de Cluny : Outre l’endroit qui est très frais l’été, toute bonne intellectuelle en villégiature saura sans nul doute trouver cerveau à son débat…
  • Chez Gibert Jeune : idéal pour repérer les nouveaux étudiants.

-       On évite

  • Se looker cagole : au mieux, vous vous ferez baser par ce normalien… Au pire, vous vous ferez même refouler aux portes de St-Nicolas-du-Chardonnay, à moins que vous en ayez fait exprès.
  • Passer à côté de Télérama : la drague dans le 5e arrondissement est impitoyable. Sans un minimum de culture ou au moins de connaissance sur l’actualité culturelle, c’est fini pour vous.

Et à bientôt pour de nouveaux spots de drague dans la capitale…

(cc)  S.HOPtalk

13 Responses to “De la drague estivale à Paris – I”

  • MDR ! j’adore
    tu pourrais passer directement au 12e ? j’ai pas mal d’historique là bas !

  • Attends, c’est bientôt, dans le volume 3 ^^

  • je suis cité! je suis cité!
    sympa comme guide, j’attends de voir ce que donne le 11e

  • Bake, on va presque (presque) être voisin ! hahahaha
    Et dites donc, Moi aussi je suis citée ! :)

  • @Bake : J’ai eu quelques petites aventures dans le 11e, mais tard le soir…

  • J’adore!! Je revisite Paris avec toi, c’est un vrai plaisir. En fait je ne connais pas si bien que ça la capitale quand j’y songe. Je dois y remédier! Je suis très intéressée par le 11e aussi, des souvenirs….

  • ah ! c’était donc ça… ben, oui je traîne trop dans le 4e… no chance, donc, de trouver “homme dragueur de femme” dans les parages. J’ai fait une excursion dans le 20e (expo géniale dans les rues et au “carré Baudouin” sur l’art urbain), à part des bonshommes blancs et noirs peints sur les murs… rien vu non plus à l’horizon pouvant faire office de dragueur… (beaucoup de cafés avec des Messieurs fumant la chicha). Es-tu sûre que le dragueur existe encore pour les femmes de plus de… 20 ans ? (dont je suis… ;-)))

  • J’ai hâte de savoir ce qu’il en sera dans les arrondissements du Nord, 18, 19 en tête !
    Normalement, devrait y en avoir pour tous les goûts ! :D

  • J’y passe tous les soirs, je suis assez inspirée pour le 10e arrondissement ^^

  • Disons que d’autres avant toi ont essayé de démasquer les dragueurs arrondissement par arrondissement…

    Pour assouvir d’emblée la curiosité des lectrices du 11ème, du 18ème ou autre, voilà LE tuyau de l’anée.
    Le cadeau en vogue chez les hommes qui aime les femmes est le
    Guide des jolies femmes de Paris de Pierre-Louis Colin, édité chez Robert Laffont.
    Le bouquin cartographie les lieux où l’homme doit être en y ajoutant le timing, et voilà en gros ce que ça donne!

    10-14H 14H-18H 18H-22H
    DIMANCHE Rue Cler Place des vosges Canal St Martin
    LUNDI Champs-El Tuileries Vavin
    MARDI Gds Magasins Luxembourg Montorgueil
    MERCREDI Le Bon Marché Faubourg St Honoré St Germain
    JEUDI Censier Palais Royal Gds Boulevards
    VENDREDI Luxembourg Montorgueil Odéon
    SAMEDI Passy St Germain Triangle d’Or

    C’est bizarre, on dirait que le dimanche les femmes ne sortent pas et que les hommes sont au repos!

  • ghs30 : Moi, ça fait 1 an 1/2 que je suis arrivée à Paris, en bonne Bretonne que je suis. Et je confirme les dires des précédents commentaires, à savoir que le 11e reste l’arrondissement le plus hot de Paris.

  • Et dire que je vais devoir attendre les prochains volumes pour avoir le plaisir de savoir ce qu’il en en dans mon nouvel arrondissement le 17ème.
    En tous les cas, tout ça est très instructif.
    Je suis également intéressée par le 11ème arrondissement. Souvenirs quand tu nous tient ;)

  • moi je me fais draguer dans le 17eme…. avis aux amateurs :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>