Histoires

L’orgie calorique

Avant 30 ans c’était plutôt ça : « Hey les mecs on part une semaine. Pour la bouffe : budget 20€, on se fera des pâtes on s’en fout. Qui a pensé à la caisse de vodka par contre ? »

L’orgie caloriqueDepuis on chante une autre histoire. Une histoire d’amour et de calories, une histoire de traditions et de bon goût.

Déjà parce que dans notre tribu on abrite un gourou culinaire, un esthète de la fourchette qui ne sort pas de Paris sans son guide Michelin, qui connait les spots de cuisine fusion au fin fond du Vietnam, de cuisine moléculaire aux tréfonds de Barcelone. Alors forcément ça aide, car s’il ne dédaigne pas un bon Mc Do les jours de flemme, il penche plutôt pour le burger au foie gras de Daniel Boulud à New York. Autant dire que la barre est haute.

Ensuite parce que les vacances et WE en tribu, c’est une zone libre. Une espèce de zone franche où l’on ne compte plus les calories, où l’on met entre parenthèses les sports et autres fat-burner. On vit. On est bien. On profite, du soleil, de la mer, de la piscine, des enfants (rayer la mention inutile). On se dira bien plus tard dans la voiture le train ou l’avion que oui, vraiment c’est décidé : la diète, le sevrage, le sport c’est pour maintenant. On a déjà le bronzage et l’air épanoui. Pour le reste, on a la vie devant nous.

Alors depuis quelques années nos escapades ressemblent de plus en plus à une nouvelle de Philipe Delerm. On ne laisse rien au hasard. On cherche notre madeleine partout. On passe des plombes à errer dans les supérettes des autochtones. On retourne toute la boutique pour trouver les langoustines qui vont bien avec la mayonnaise de notre maitre Sauces. On délègue notre caviste attitré pour dégotter des perles vinicoles dans la cave. On adopte les coutumes locales avec une mention spéciale pour la cuisine corse. On se régale, on passe 4 heures à table avant d’aller à la plage, et on revient affamé, et plein de nouvelles idées. Après tout il est déjà 16h, c’est l’heure de l’apéro.

C’est dantesque, c’est le Banquet, c’est beaucoup de fous rires et un max de calories. Notre journée type ferait défaillir le Dr Cohen :
- Lever, petit déj’, Nutella, confitures, brioches = 1 500 calories
- Ballade sur les marchés provençaux = -200 calories, parce que porter les cabas c’est du sport
- Pré-apéro dans les primeurs corses, rosé et charcuterie, melon pour la conscience, les Corses savent décidément recevoir = 400 calories
- Apéro au bord d’une piscine, et tiens ? Si on sortait le foie gras, le moelleux, puis la mayonnaise, les crevettes, des tartines ? Des anchoïades ? Des tapenades ? = 900 calories
- Déjeuner gastronomique du terroir : trop difficile à détailler = 1000 calories
- Vin = 1000 calories
- Le fromage qui fond sur la tartine de pain couverte de figues, sur le barbecue = 400 calories

- Sieste = -80 calories. Sieste crapuleuse = -200 calories. Choisissez votre camp.
- Escapade à la plage = – 300 calories, Escapade à la piscine = -200 calories.
Non, non je ne suis pas partiale, simplement, pour accéder à la plage qui va bien, il faut ramper sous le grillage après le grand pin, compter encore 3 arbres, tourner à gauche, sauter les dunes, ne pas regarder dans les dunes, car oui ce sont les cigales qui crient…
- Retour à la casa, debrief de la journée, comparationnage de traces de maillots, de targets, lecture des cahiers de vacances et autres carnets d’envie = -500 calories.
Car oui refaire le monde est une activité physique à part entière.
- Prendre sa douche avec ses cop’s, muscat et chips à portée de main, rire à en pleurer, glisser, s’exploser par terre, briser les verres, rire à en hurler.
- Prendre un bain avec 8 cop’s, et une bouteille de champagne, chanter à tue-tête pendant une heure pour tester la résonance d’un Ryad, glisser, s’exploser, rire encore = – 1000 calories

- Re apéro, re diner, re vin, re dijo, re-refaire le monde, re-refaire nos vies, tout changer sauf notre tribu, nos amis, nos amours, re-projeter nos meilleures années, nos meilleurs moments, ré-inventer les prochains, faire plein de projets, des projets de voyage, des projets de partir, des projets de boulot, de vacances, danser, re-chercher des menus pour demain, des trucs qu’on n’a pas encore goûté, des trucs qu’on aimerait encore goûter. = 1000+ 2000 + 500 + 100 – 500 – 300 -800 -200 calories.

Bilan des courses = 3 kilos par semaine, quelques bleus (rapport aux glissades), des courbatures dans les abdos, des traces de maillots, 3 tubes de Biafine, des caisses de champagne, autant de souvenirs, 3 grinçages de dents, 1 compile de l’été, 1 ou 2 engueulades pour pimenter et des millions de miles au compteur.

Le bonheur… si je veux !

(cc) chaps1

11 Responses to “L’orgie calorique”

  • super ton texte!

  • « Une histoire d’amour et de calories, une histoire de traditions et de bon goût »
    .
    Je ne connais que trop ! :-)
    Avec les quelques menus inconvénients qui « vont avec »
    .
    (je *hais* ma balance …qui s’en balance, d’ailleurs !)

  • la ? comment tu dis ? balance ?
    heu je connais pas ;-)
    regle n°32425 : ne jamais grimper sur un tel engin apres une escapade gastronomique. ça risquerait de mettre un poids sur l’estomac !

  • lol, mais oui, c’est du bonheur, tout ça. Oublier le sport pendant les vacances, je connais, (d’ailleurs, mes jeans aussi) les petits restos sympas, idem. Le copain gourmet, aussi. Mais quelles vacances tu as!! Bref, profite!!

  • snif on est quasiment pas partis ensemble cette année. ça me manque grave !

  • Miam !
    J’adore les orgies surtout les caloriques au goût de coppa, de lonzo et de rosé landry !

  • J’imagine… les projets de chacun, le quotidien, les trucs à régler, tout ça prend le pas sur les projets que vous pouvez former ensemble; ça reviendra…

  • tout ça me fait penser à l’ete de mes 19 ans, on a été avec toute la troupe de théatre en montagne passer des vacances, on avait fait une caisse commune et le budget alcool et cigarette était beaucoup plus élevé que le budget bouffe, alors que maintenant si je me fait pas un repas consistant (mais au fond plus équilibré que ce que je mangeais à cette époque là) par repas, je fais la gueule et menace de tomber ds les pommes! D’ailleurs je cuisine beaucoup alors que je ne pensais jamais cuisiner et je me lasse pas d’un diner presque parfait!

  • en général, budget bouffe et alcool même combat…qu’est ce que j’aime manger, mais bon, je viens du sud….on aime manger des bonnes choses!
    Je pars en Corse le 10août, je crois que je vais me défoncer le bide^^

  • Je suis fan de ces mots :) Pour tout ce que ça m’évoque, pour l’amour de la tribu, pour le plaisir du gourmet et pour le goût du sel sur la peau. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>