Humeurs

Antoine, je suis ta fille !

Quoi ? Vous ne connaissez toujours pas J’irai dormir chez vous ? Vous ne savez toujours pas qui est Antoine de Maximy, ce sémillant reporter-réalisateur qui parcourt le tour du monde avec sa DV, sa Webcam et son sac à dos à la recherche d’un toit pour la nuit ?

Antoine, je suis ta fille !Alors qu’il a fait ses armes justement dans l’Armée pendant la Guerre du Liban, il devient réalisateur pour CBS pendant l’opération Tempête du désert. Mais comme il en a ras-le-casque de la guerre, il se lance dans le journalisme animalier, avant de prendre son sac à dos et de faire son Kerouak dans des pays aussi exotiques que le Cambodge, le Maroc ou le Québec. Il va même jusque Hollywood pour nous livrer une aventure en cinémascope qui n’est pas passée inaperçue pour un documentaire. Il arrive même à s’infiltrer dans des endroits bizarres pendant les Jeux Olympiques de Pékin. Osé.

Ce qui fait le charme d’Antoine de Maximy, c’est son absence d’a priori sur les habitants du pays où il se trouve. Il en a bien, évidemment, mais son approche dans la rue est tellement naturelle que n’importe qui lui ouvre la porte, même si cette personne reste persuadée que celui qu’elle accueille est un espion ou un hurluberlu. Conscient de l’inconscience de son entreprise, Antoine de Maximy n’est jamais bégueule quant à ce que la personne qui l’accueille a à lui offrir. Cela n’empêche qu’il se demande vraiment ce qu’il a, quelquefois, dans son assiette…

Ma grand-mère me raconte souvent comment elle accueillait les vagabonds dans sa jeunesse. Dans les temps anciens, les SDF étaient la plupart du temps itinérants. Quand ils cherchaient du boulot, ils traversaient la campagne à la recherche des fermes pour ne serait-ce qu’avoir un morceau de pain. Quand elle en voyait un, ma grand-mère préparait le bouillon pour lui et, s’il tombait au moment des récoltes, le prenait pour aider à la cueillette des pommes. Elle m’a toujours expliqué la philosophie de l’accueil, et elle l’a bien transmis à ma maman qui n’hésite pas à ouvrir l’école où elle enseigne quand elle voit passer une troupe scoute.

À mon sens, Antoine de Maximy tente de réhabiliter dans les sociétés occidentales, ces gestes de l’accueil. Certes, les grandes fermes sont devenues des appartements moins propices, les personnes sont davantage méfiantes quant aux itinérants… C’est pourquoi il émet quelques réticences à aller dans les pays européens ou nord-américains, pour privilégier l’Afrique et l’Asie. Ne serait-ce qu’en Belgique, quand des personnes l’accueillent, ce sont souvent des personnalités borderline, voire en marge de la société occidentale.

Pour toutes ces raisons, je revendique ma filiation avec Antoine de Maximy quand je pars en voyage :

- Il ne sait jamais s’il ne va pas dormir dans un champ à la belle étoile. Je ne sais pas si je vais dormir à l’hôtel, dans la Logan de ma mère, dans un gymnase, chez des bourgeois suisses ou des ouvriers croates…

- Il s’incruste dans les soirées et les gens lui racontent toute la petite vie du village. Avec Tiny, on tombe dans un resto et un petit couple nous fait la conversation sur la vie du quartier, la réputation du resto…

- Il effectue des actes de bravoure en mangeant des sauterelles au Mali. J’effectue des actes de bravoure en mangeant une espèce de bourguignon avec du cèleri et du chou rouge cuit en Allemagne. Je suis à deux doigts de vomir, mais je finis mon assiette (je suis polie). Je dis simplement Non merci  quand mon hôtesse m’invite à en reprendre.

- Il n’a même pas peur quand un Amérindien du Québec lui fait fumer un truc bizarre, puis lui montre ses armes. Je n’ai même pas peur quand on me fait boire du vin rouge à 8h du matin un premier janvier en Croatie. Allez, vous êtes Française, vous allez bien apprécier ça… Et dire qu’eux le coupent avec du Fanta.

- Il rigole avec des gens dont il ne comprend même pas la langue. Je rigole avec des Polonaises qui me racontent des blagues de fesse.

- On le prend pour un taré avec son attirail et ses caméras. On me prend pour une tarée quand j’essaie de m’exprimer en portugais.

Alors, Papa Antoine, maintenant que tu sais que je suis ta fille, où m’emmènes-tu cet été ?

6 Responses to “Antoine, je suis ta fille !”

  • Avatar de Aud
    Aud

    j’aime vraiment beaucoup ce mec, et son émission…faut vraiment avoir des couilles (pardonnez moi l’expression^^) pour partir à l’aventure comme ça…RESPECT!

  • pareil je suis supra fan de ce mec, jamais lourd, avec une pêche incroyable ! j’adore !

  • En fait, on colle une caméra à ma mère, ça fait le même effet…

  • Avatar de
    Petite_Bulle

    Moi aussi j’adore !!
    Je regarde souvent, et son accent français quand il parle anglais me fait mourir de rire.

    @Storia Giovanna : Je sais pas si ca fait le même effet, mais si t’essayes, je te suis … avec la mienne … Mais je suis pas sûre qu’on l’accepte partout. Mouahah.XD

  • euh me sens seule là…connais pas…vais activement aller sur youtube…..( des corbeaux passent devant ma fenêtre:§)

  • Bonsoir.J’adore ce mec pour tout ce que tu as dit.Je l’adore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>