Humeurs

Tian’anmen : joyeux non-anniversaire grâce au « Great Firewall of China »

20 ans tout rond. L’âge de la jeunesse. Ça tombe bien c’est d’elle dont on parle. Voici un anniversaire que l’on célèbre le plus souvent à grand renfort de champagne et de bonne humeur.
Pas cette fois cependant. Pas en Chine. Pas pour les manifestations étudiantes de la Place Tian’anmen en 1989. Pas pour les massacres, pas pour les chars qui écrasent littéralement les contestations démocratiques de la jeunesse de ce pays si puissant, si rentable.

Tian’anmen :  joyeux non-anniversaire grâce au « Great Firewall of China »20 ans après, les répressions durent encore. 20 ans après les contestataires croupissent toujours en prison. 20 ans après la censure fait toujours rage concernant ce lamentable épisode de l’histoire chinoise. Partout dans le monde nous commémorerons ces jours sanglants. Partout dans le monde sauf là-bas. Là-bas où les jeunes de 20 ans connaissent à peine l’histoire à défaut de libre information.

Difficile à comprendre et à imaginer pour nous qui surfons, twittons, RSS-ons, google-ons comme nous respirons. Difficile aussi de rester de marbre devant les accords de censure entre les tout puissants Yahoo et Google par exemple, avec les autorités chinoises. Rien ne doit filtrer, everything is under control grâce à la grande muraille virtuelle (“The Great Firewall of China“). Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne va pas en s’améliorant… Wikipedia ? Censuré depuis 2005 ! Youtube ? Censuré depuis mars 09 ! Skype ? Filtré, censuré depuis octobre 2009 ! Un mot sur le Tibet ? La liberté politique ? Et voici votre adresse IP enregistrée avec vos propos délictueux !

Et la Chine ne s’arrêtera pas là : depuis peu c’est la sphère du micro-blogging qui est en ligne de mire avec Twitter, Hotmail, Live.com, Blogger, WordPress, la plateforme communautaire dédiée aux photographes, Flickr, et le nouveau moteur de recherche Microsoft, Bing.com. L’accès à ces sites à littéralement été coupé depuis le 1er juin !

En effet en 2008, la Chine comptait 298 millions d’internautes, dont 162 millions de blogueurs, selon les statistiques officielles. Et le cache-cache avec la censure s’intensifie jusqu’à devenir un simple jeu quotidien pour les internautes. Chaque bloggeur se fait l’écho de l’actualité. La vraie. Un mode d’emploi pour le contourner, La Grande Muraille, est même disponible sur Wikipedia.

Ne pouvant tolérer une telle dispersion de l’information sur certains événements sensibles comme Tian’anmen, La Chine a donc mis en place ces mesures drastiques. La plus grande opération de censure jamais observée…

(cc) Leonski

3 Responses to “Tian’anmen : joyeux non-anniversaire grâce au « Great Firewall of China »”

  • pour moi la chine c’est une dictature, et franchement hier je regardais sur internet des témoignages de chinois Par rapport au massacre d’ il y a 20 ans qui ne “peuvent pas en parler c’est tabou” et que “nous les occidentaux on amplifie tout”, franchement c’est ridicule et je trouve que le peuple qui suit son gouvernement comme ça, ca fait pitié, aucun recul par rapport à la politique de leur pays, des marionnettes… Oui je suis dure dans mes propos mais quand on abat de façon arbitraire des gens, pour moi ça relève du crime contre l’humanité.

  • le peuple est longtemps resté fermé au reste du monde, mais c’est le gouvernement qui les a enfermés. il faut juste imaginer une oppression telle que même dans le cercle familial on ne parle pas de politique.
    la bas, encore aujourd’hui la politique est un sujet tabou et il serait vu comme tres déplacé qu’un etranger parle politique avec un chinois.
    aujourd’hui, des jeunes étudient, de plus en plus, à l’université, et des étudiants partent également faire un échange à l’étranger ou juste un voyage, c’est ces voyages qui vont les ouvrir à d’autres modes de pensées. c’est aussi la rencontre avec les étrangers qui viennent en chine, car il y en a de plus en plus également.
    mais ça prendr

  • mais ça prendra du temps pour que les mentalités évoluent… ils n’ont pas appris à avoir un recul sur leur pays parce qu’on ne leur a pas laissé la liberté d’avoir ce recul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>