Histoires

Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglante

Non non non, je n’ai pas repris le résumé de Baltard avec les demoiselles de compagnie. Car hier soir, j’ai regardé la Nouvelle Star avec Tiny. Depuis le temps qu’il attendait ce moment… Oui, toutes ces semaines où je prenais la tension de Baltard chez mes compagnes au logis, Tiny était en effet jaloux de ne pas débattre des performances des apprentis artistes avec moi de visu. Mais comme il est très à cheval sur la propriété intellectuelle, il a refusé hier soir que je prenne en compte ses réactions pour écrire mon résumé de Baltard.

Donc hier soir, mardi 2 juin, soir de Ste Giovanna, nous nous sommes installés sur le canapé pour regarder notre émission débile préférée. Et ça, regarder une émission débile ensemble (à part les émissions sportives, bien entendu ^^), je considère cela comme une étape du couple. Nous n’irions pas jusque débattre devant Secret Story 3 (enfin, je ne l’espère pas), mais un peu de légèreté dans notre couple ne nuit pas.

Certes, j’ai trouvé les coupures pub un peu plus courtes que d’habitude ^^, mais je l’avais prédit, ce fut un combat titanesque. En effet, CJ, Leïla et Soan ont rivalisé hier soir pour assurer le show. Je trouve que, même si comme à l’accoutumée, la production a quand même biaisé le jeu par le choix des chansons, pour une fois, elle a quand même bien fait son boulot, ne serait-ce que pour le stylisme des candidats, que je trouve moins grave qu’à l’accoutumée.

  • Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglanteCJ pour commencer

Toujours aussi parfaite selon le jury qui lui accorde les quatre bleus à chacune de ses prestations. Tiny pense que leur jugement n’est pas objectif, et cite Dédé et Patron à comparaître pour flagrant délit de matage à la vieux pervers.

Foundations  de Kate Nash comme première chanson. J’aime quand elle chante comme ça, quand on ne lui laisse pas de latitude vocale dans son phrasé. Tiny pense qu’elle n’a aucun charisme, même si elle a une très belle voix. Judicieux. En même temps, on se répète, mais mademoiselle a 16 ans.

S’en suit un Mistral Gagnant (qui, de toutes façons, me fait pleurer – petit souvenir personnel –, même chanté par Didier Super) un peu fade, où Tiny commence à en avoir marre de voir sa gueule de première de la classe, et surtout de voir le jury lui accorder des bleus. Et là, je souligne le gros problème de CJ : elle se présente à la Nouvelle Star comme elle passe son bac à l’oral. J’explique : dans sa tête, elle est toujours dans son lycée d’Hyères, et elle n’attend plus qu’une chose, que l’examen se termine pour débriefer avec ses copines. Si en plus, elle n’a que des bonnes notes…

Pour terminer la soirée, un désastreux Paint in black des mythiques Stones. Si j’avais été le Patron qui aurait gardé son objectivité de rocker, je serais montée sur scène lui péter ses Wayfarer qui n’ont même pas de verres correcteurs (quand on sait, comme moi, à quel point c’est chiant de porter les lunettes correctrices, on se révolterait devant cette mode des lycéens à Wayfarer « de vue » et à frange grasse). Au lieu de ça, tel Georges Brassens, mon Patron se fait tout petit devant une poupée. M’enfin, Patron, comment peux-tu t’extasier devant une reprise bâclée des Stones ? Toi, quand même ? Tu sais, Patron, tu vieillis. Je ne sais même plus si tu as ta place à la tête de Rock & Folk après ta piètre prestation d’hier soir…

  • Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglanteLeïla… Ben ma cochonne !

Il semblerait que La danse des canards se soit transformée en joli cygne de prime en prime, ce qui n’est pas pour déplaire à Tiny qui a cru en elle depuis le début. En ce qui me concerne, je n’aurais pas donné 3 centimes d’euros sur sa poursuite à Baltard lors du premier prime. Force est de constater que Baltard l’a révélée à elle-même et que les stylistes, sentant le vent tourner, semblent de moins en moins pervers avec elles. Même si, dixit Tiny, elle ressemble à une vache lors de sa prestation en duo avec Soan, avec ses leggings rose bonbon et sa robe noire qui l’aurait avantagée sans lesdits leggings.

Leïla commence doucement avec Ma révérence de Véronique Sanson. Tiny, depuis la cuisine où il prépare les fraises (miam, dessert !), aime mieux que l’original (de toutes façons, il n’aime pas Véronique Sansom !), tandis que je trouve que l’étudiante en histoire de Bourgbarré (au nord de Rennes) a la voix trop blanche pour chanter ce genre de truc, même si je salue la prestation. Lio en pleure – comme à l’accoutumée, dirons-nous – et le jury est dithyrambique. C’est par ce genre de prestation tout en sobriété, même si je ne suis pas d’accord en ce qui concerne la signature vocale – cette chanson est trop attachée au répertoire de Véronique Sansom –, que Leïla a fini par me convaincre moi-même.

Elle poursuit ses prestations solo avec Perhaps, perhaps, perhaps popularisé en anglais et espagnol par Nat King Cole. Et là, j’ouvre ma bouche de bonheur. C’est une prestation parfaite, ce que j’attendais de Leïla depuis le début des primes. C’est frais, c’est pas trop diva, c’est tout à fait adapté à sa signature vocale. Et le jury applaudit à tout rompre. Tel le grand Quelqu’un m’a dit par CJ ou Les mots bleus par Soan, Leïla a enfin trouvé SA prestation de référence à Baltard.

Comme il ne fallait pas finir sa soirée en apothéose non plus – c’est bon, on n’est pas en finale ! –, la production lui a imposé Mon coeur, mon amour d’Anaïs. Et elle retombe dans ses travers qui m’ont fait l’appeler le gros dindon avec les demoiselles de compagnie. Elle redevient trop diva, too much everything. Et le jugement du jury s’en ressent : ils sont mitigés quant à cette prestation. Dommage, elle aurait peut-être dû chanter cela en premier et finir en apothéose…

  • Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglanteSoan : au sabordage !

De son propre aveu, Soan en a marre. Marre de se faire bouffer par un système, lui le chanteur des rues. Marre qu’on lui impose des chansons qui ne correspondent pas forcément. Pour se venger et ne pas se laisser bouffer par le p*** de système comme Steve Estatoff (vainqueur de l’édition 2004, retombé dans le quasi-oubli depuis, et il ne se porte pas plus mal de faire des concerts underground…), il a décidé pour ce 9e prime de se saborder. Oh non, pas aux portes de la finale…

Cette opération sabordage commence avec Poupée de cire, poupée de son de France Gall, façon punk. C’est tout bonnement ridicule et ça me fait mal au cœur. Il oublie ses paroles, et Lio en est toute peinée pour lui. Il n’est plus qu’une caricature de lui-même, encore pire que sur sa reprise de Seven nation army. Bref, l’envie n’est plus là. Tiny et moi, nous assistons impuissants à cette déchéance, et cela nous déchire le cœur. Je suis sûre aussi que Christian Olivier, chanteur des Têtes Raides et parrain de Soan dans le milieu, regrette à ce moment précis de l’avoir sorti du métro. Le jury ne s’y trompe pas : à part le Patron qui a toujours été indulgent avec son punk à chien préféré, les autres membres sont attérés par la prestation. Il y a de quoi. Soan, en bonne grande gueule, en rajoute en balançant qu’il en a marre de ces conditions de travail. Mais ta gueule…

Le calvaire de Soan continue avec L’accordéoniste de la môme Piaf. Alors qu’en temps normal, il aurait porté le truc jusqu’à faire pleurer ma sœur – et il en est tout à fait capable, il nous fait un truc tout plat, preuve qu’il ne s’implique même plus dans son propre répertoire. Il s’essouffle, on dirait qu’il n’a même plus envie de chanter dans le métro, tant la Nouvelle Star l’a acculé et dégoûté du métier. Au final, il convainc quand même Dédé du bien-fondé de sa prestation, mais Lio et Sinclair sont toujours aussi intraitables. Lio, pour une fois, montre qu’elle est sincèrement malheureuse que Soan se saborde de la sorte, et Sinclair, comme d’hab, n’a jamais aimé Soan.

Malgré tout, après un très bon Take a walk on a wild side avec CJ – ce qui a peut-être sauvé sa soirée – il revient à lui-même et propose une version osée de Personal Jesus de Depeche Mode. Osée, car je l’attendais sur un truc très très indus, comme la VO. Et pourtant, Olivier Schulteis a pris le parti de faire une réorchestration assez Nashville. Ce qui a eu pour résultat de me dérouter complètement. En effet, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cette version un peu dichotomique à mon goût, entre un arrangement country et une voix qui revenait à son essence punk. Ce n’était pas du meilleur Soan, mais au moins, ça a le mérite d’être du Soan et de l’interprétation sentie. Le jury l’a bien compris : à part Sinclair qui semble limite rancunier, les membres redeviennent favorables au chanteur des rues.

  • Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglanteAmandine Bourgeois, enfin !

La gagnante de la Nouvelle Star 2008 était attendue, et son album 20m² sort enfin. Oui, elle était attendue comme le Messie. En effet, déjà que la NS a mis du temps avant de trouver un vainqueur de qualité en la personne de Christophe Willem et de réiterer avec Julien Doré, la pauvre Amandine se doit de présenter quelque chose d’impeccable.

Déjà, elle illumine par sa première prestation, une reprise de Georgia on my mind avec Dédé au piano. Déjà que nous étions enthousiasmés par le concert que nous avions vu ensemble lors du festival Jazz à Saint-Germain au mois de mai, Tiny et moi, nous regardons Dédé s’emparer du piano comme il caresserait une femme (désolée pour la comparaison, mais c’est exactement ça). Tiny s’exclame encore Mais p***, qu’est-ce qu’il joue bien, le s*** ! Et Amandine ? Mis à part que je suis persuadée qu’elle s’est faite refaire le nez, elle est sublimissime. Elle mérite largement sa place de Nouvelle Star, et surtout face à Benjamin Siksou, qui s’est dépêché de faire un truc merdique pour ne pas tomber dans l’oubli. C’est raté, bonhomme.

Et l’album, alors ? D’après L’homme de la situation, je ne sais pas si ça va marcher, mais c’est plaisant comme son. On l’attendait sur des trucs très rock ou très jazz, finalement, elle y va à la one again avec des trucs folk, voire reggae. J’attends d’écouter.

Voici maintenant l’heure des résultats. Toujours aussi Maître Najar – Tiny le trouve coincé, il est persuadé qu’il est gay –, toujours aussi tension hitchkockienne de pacotille.

À ma grande surprise, c’est Leïla la première appelée en finale. Comme je vous le disais au début, je n’aurais pas parié 3 centimes d’euro sur elle. Je me plaignais d’elle après l’élimination de Damien le dépressif. Car oui, si vous lisez le résumé de Baltard 6, les deux casseroles que je déplorais en pleine colère en fin de papier, c’était elle et Thomas. Me voilà décontenancée et, pour tout vous dire, sur le derch’, même si, avec le recul, elle a fait un parcours assez atypique et exceptionnel pour se retrouver en finale.

Cela se joue maintenant avec ceux que je pronostiquais pour la finale, à savoir CJ et Soan. Déjà, à ce moment précis, il me fallut vite fait faire le deuil d’un de mes deux favoris. Je ne concevais même pas que l’un d’eux chute à ce moment précis… Tiny prie secrètement pour que Soan soit privilégié à CJ.

Et à ma plus grande surprise, le public a viré CJ. Lio et Sinclair semblent fous de joie, Patron et Dédé sont attérés. Mais l’intéressée le prend avec le sourire, en serrant Soan dans ses bras. De toute façon, dès lundi prochain, elle retourne au lycée pour préparer le bac de français.

Bref, c’est une finale assez surprenante qui nous attend. Que faut-il finalement en retenir ?

- Soan n’a pas réussi à se saborder et c’est tant mieux. Même si, en grande habituée de la Nouvelle Star, je suis un peu échaudée par l’expérience Steeve Estatoff en 2004, je soutiens Soan depuis le premier prime. J’admets qu’il ait eu envie de se saborder. En effet, la production veut en faire un rocker, avec son look gothique. Sauf que lui, c’est la chanson de rue qui lui convient. Selon moi, et contrairement à ce que le Patron lui suggérait hier soir, je le verrais beaucoup plus proche d’un François Hadji-Lazaro qu’un Bérurier Noir. Le capital sympathie que lui porte le public prouve qu’on a plus que jamais besoin en France de groupes tels que La Rue Ketanou ou les Ogres de Barback. Et je suis foncièrement heureuse que la ligne éditoriale de la Nouvelle Star, malgré une grande volonté de mainstream, ait accepté ce pari.

- J’avais prévenu que le public allait se lasser de CJ, mais de là à la larguer aux portes de la finale… Au fil des primes, il était manifeste qu’elle compensait son manque de charisme par une voix et une fraîcheur exceptionnelles. Finalement, je pense qu’une certaine vérité vient d’être rétablie. À savoir qu’il est quand même préférable d’avoir un vécu assez conséquent pour entamer une carrière artistique. On pourra dire tout ce que l’on veut, dire qu’à 16 ans, on a quand même vécu des choses qui permettent d’avoir une certaine empathie avec les autres… Mais CJ n’avait pas cette capacité-là. Elle n’était qu’une petite fille qui minaudait, une Shirley Temple en puissance. En ne montrant pas une certaine féminité et une certaine émotion qu’on aurait volontiers accolée à sa voix surpuissante, elle n’aurait pas tenu bien longtemps face à un public. Et Dieu sait si elle se serait cassé la gueule avec pertes et fracas…

- Le jury/la production et le public divergent enfin. C’est ça qui est bon, c’est ce qui fait la force de la Nouvelle Star. Alors qu’il paraissait évident au jury que CJ aurait gagné, je pense que ce soutien un peu trop appuyé a fini par saborder la lycéenne. Comme quoi, pour une fois, la production n’a pas forcément eu le dernier mot, comme elle l’a eu pour Thomas la semaine dernière.

Allez, rendez-vous mardi prochain, ça risque de saigner pour de vrai ! J’ai vraiment hâte…

6 Responses to “Baltard 9 avec Tiny : Une finale qui s’annonce sanglante”

  • Elle a enfin perdu, bien fait! Depuis le début elle aurait dû apprendre à “performer” plutôt que de se reposer sur sa voix! Halte aux chanteuses plates, vive les chanteurs qui en envoient sur la scène! Et avec Leïla et Soan on est servis, donc il peut se saborder tant qu’il veut, il est l’heure de le révéler!

  • C’est ce que pense Tiny. Là, l’homme de ma vie est fou de joie. Il a ses deux préférés en finale.

  • Le souci de CJ, c’est que, malgré sa jolie voix, elle ne sait pas chanter (d’ailleurs, elle avait dit ne jamais avoir pris de cours… Et cela s’entend !)… Une belle voix ne suffit pas !
    Le jury m’a fait rire, tout à sa déception que le public ait l’oreille plus musicale qu’eux !

  • @maguelone : ah si ! Elle sait chanter. Elle chante juste ET bien. On peut juste lui reprocher techniquement de ne chanter qu’avec sa voix de gorge, mais c’est bien tout.
    Le public, contrairement à ce que tu crois, n’a pas l’oreille musicale, bien au contraire. Mais il a une certaine empathie vis-à-vis du charisme que peut avoir le chanteur. C’est ce qui, à mon sens, a fait la différence en défaveur de CJ qui n’émettait aucune émotion.

  • CJ je l’aimais bien au début. Sa voix me plaisait beaucoup mais elle m’a soulée de prime en prime. J’avais l’impression qu’elle nous faisait la même chanson over and over again. Pas de qualité d’interprète whatsoever! [Ouais I know j'aime bien faire mon JCVD dans mes comments!!!]

  • Franchement, je viens de mater la vidéo et chanter Foundations en minaudant comme CJ le fait est totalement hors-sujet, zéro pointé, thank you and good night! Déçue, je suis déçue. C’est dommage elle a une voix géniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>