Back Room

Un mec pour mon quatre-heure

ndlr : Cet article a été choisi par Pomme pendant sa semaine de rédaction en chef.

Je ne sais pas vous mais moi…
J’ai faim
J’ai la dalle
J’ai les crocs

Un mec pour mon quatre-heureJ’ai la dent sucrée, le désir salé. Je me ferais bien un 4 heures, un en-cas, un extra. J’aime quand ça tombe sur les hanches. Je rêve de gourmandises et de plaisirs voraces. J’ai toujours été contre les collations raisonnables. Entre nous, admettons-le, tout n’est que plaisirs de bouche. Et dieu merci pas besoin d’attendre une rediff’ de 9 semaines et demi pour se faire à l’idée. On s’embrasse goulument, on fait bonne chère des plaisirs de la chair. Les femmes passent à la casserole. Les hommes remettent le couvert.

On se cuisine, on se fait mijoter à petit feu, on se mange des yeux.
« Ma caille, mon loukoum, mon choux, tu es belle à croquer ! »… Le light faut oublier ! On imagine assez mal une anorexique au caractère torride. Tandis qu’une femme pulpeuse (oui, bon, ronde quoi…) évoque la sensualité. C’est normal, elle est appétissante. Et hop. Retour en cuisine…

Il n’y a pas si longtemps on choisissait bien son épouse sur ses qualités culinaires et pas uniquement pour s’éviter les diners Picard. Même les frères Grimm ont mis au point un conte pour bien choisir sa femme : si elle s’attaque chirurgicalement à sa croute de fromage, elle sera avare de sentiments, si à l’inverse elle a la précision d’une aveugle, elle sera dépensière…

Et du côté des prédictions sexo-culinaires, les hommes ne sont pas en reste. D’après une petite étude trouvée sur le net, 80% des éjaculateurs précoces mangent vite, parlent vite et marchent vite. Alors messieurs, un conseil : si vous souhaitez transformer l’essai d’un petit diner aux chandelles, mâchez lentement et évitez le fromage (non il n’y a aucune étude là-dessus, c’est juste pour l’haleine…) !

Quant à moi, l’érotisme latent de la recette du lapin sauté au Porto m’a aiguisée l’appétit, je m’en vais de ce pas enfiler ma tenue de Bunny et commander sur internet les légendaires pâtes en forme de sexe. Des fois que mon quatre heure et moi n’ayons pas les mêmes références culinaires.

Et cela étant fait, il reste quand même une dernière interrogation sur nos mœurs gastro-érotiques… Vaut-il mieux faire l’amour en cuisine ou prendre le petit dej au lit ?

(cc) Pink Sherbet Photography

18 Responses to “Un mec pour mon quatre-heure”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>