My Space

Le Seigneur est vraiment ressuscité, et j’en suis vraiment convaincue…

Ça y est, c’est Pâques !

Bien que ce triduum pascal soit un peu particulier (puisque je n’ai pas participé à la célébration des Rameaux, ni à la Veillée pascale, pour cause familiale), je suis heureuse de revivre encore ce mystère qui construit ma conviction la plus intime.

Car oui, si je célèbre Pâques autrement qu’en allant chercher des oeufs en chocolat dans le jardin, c’est aussi parce que je crois que Jésus Christ est ressuscité d’entre les morts. Pour un esprit purement cartésien et dénué de toute occurence à un semblant d’obscurantisme, tel que la société occidentale semble le dicter, cette chose est aberrante. Certes. Après la mort, on finit tout simplement dans l’estomac des vers.  C’est une réalité physique, qui existe depuis que le monde est monde.

Alors qu’est-ce qui me pousse à croire à la résurrection ? Tout simplement parce que cette croyance me donne espoir. En effet, à travers la résurrection, je crois que la mort n’est pas la fin d’un tout, mais plutôt un passage d’un état à un autre (d’où le sens de Pâques, qui vient de l’hébreu Pessah – passage), en l’occurence le passage de la terre des hommes au royaume du Seigneur mon Dieu.

En ce qui concerne le précepte de vie éternelle, je me suis faite parfois tancer par mes amis. En effet, j’ai une vision extrêmement prosaïque de ce précepte. Je le lie à la recherche de célébrité sur la terre : plus on est célèbre de son vivant, plus sa vie sera éternelle. Certains de mes amis ne conçoivent pas de cette manière, mais depuis mes études d’histoire, je vois la religion de manière beaucoup moins mystique.

La croyance en la Résurrection est l’un des principes qui conditionnent le christianisme. J’ai encore entendu Tiny me dire : Si Dieu existe, pourquoi m’a-t-il enlevé mon père (NDLR : Tiny est orphelin de père depuis son adolescence) ? Pour qui prend la Résurrection d’entre les morts au sens premier, la mort reste encore un scandale. Dieu, en effet, ne devrait plus permettre aux hommes de mourir, puisque Jésus Christ a vaincu la mort.

Mais ce n’est pas la Mort que Jésus Christ a vaincu, mais la fatalité qui en découle. Je le disais au début, pour les chrétiens, la mort n’est pas une fin. Il n’y a donc aucune fatalité à mourir. Ce qui a changé par la Résurrection, c’est la considération que les chrétiens portent à leurs défunts. C’est à travers le souvenir des défunts que s’opère la Vie éternelle proposée par Dieu. Seulement, il faut du temps et beaucoup de maturité à un chrétien pour comprendre.

J’ai perdu mon cousin de 5 ans 1/2 en 2002. Je vis encore ce décès comme une injustice. Autant dire que, lorsque j’ai vécu le Carême l’année suivante, ce fut un Carême douloureux, du fait de l’incompréhension qu’il y avait entre ma croyance et ce que ce décès avait provoqué en moi. Durant la Veillée pascale, j’étais en larmes. Au moment de la communion, le prêtre de mon village me dit Le Seigneur est vraiment ressuscité. Je suis ai répondu sans vraiment en avoir conscience Et j’en suis vraiment convaincue.

J’ai établi ce jour-là, à 20 ans, mon premier véritable acte de foi. J’avais enfin compris le mystère de Pâques. Cela m’a permis d’envisager la mort, donc le deuil, de manière plus apaisée. Bien sûr, je continuerai à considérer la mort comme une injustice dans certains cas, mais j’ai décidé que le deuil ne détruirait plus ma vie. Au contraire, puisque certaines personnes n’ont pas pu réaliser ce qu’elles auraient dû vivre, cela me motive pour réaliser ces choses.

Sur ce, je vous souhaite de joyeuses Pâques.

 

2 Responses to “Le Seigneur est vraiment ressuscité, et j’en suis vraiment convaincue…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>