My Space

Previously on TV…

Article sélectionné par JelizaRose lors de la semaine de rédaction en chef

Alors oui, évidemment on l’a entendu un million de fois, les séries TV, c’est nul, c’est naze, c’est bêtifiant… Mais ça, c’était avant. Quand on suivait dépité les exploits d’un Texas Ranger ou d’un Mickael Knight dans son auto noire. Depuis quelques années, c’est l’orgie, l’apothéose cathodique ! Messieurs les scénaristes (en grève ou pas), qu’importe à quoi vous carburez… faîtes tourner !!!

Previously on TV…Les séries ça instruit ! On avait déjà passé notre doctorat en médecine avec Urgences et estomaqué plus d’une fois notre généraliste de famille en demandant une NFS, chimie standard, un EGC et saturation à chaque début de grippe. Nous fantasmons désormais sur le toubib le plus odieux du PAF, qui relègue notre JP Bacri national au rang de Monsieur Sourire, et reluquons la moindre poussée eczémateuse douteuse avec le secret espoir de finir sous les sarcasmes brûlants du Dr House.

Les séries ça décomplexe ! Les filles de Sex & the City (on en a parlé 1000 fois, partout, tout le temps) ont réhabilité entre autre l’orgasme au cœur des préoccupations féminines (n’en déplaise à certains). Celles de Desperate Housewives ont magistralement brisé le mythe de la gentille femme au foyer (Non messieurs, préparer la popote du soir et changer les couches du bambin ne sont pas des plus épanouissants pour votre moitié)!

Et la révolution continue avec la victoire de la beauté intérieure sur la superficialité, ou l’épopée d’un gentil boudin dans le milieu de la mode. (Ugly) Betty, merci… grâce à vous, peut-être, les femmes dites “normales” (sous-entendu toutes celles qui ne ressemblent pas à Gisèle Bündchen) ont peut être encore une chance de réussir et de trouver le prince charmant. Et Dire qu’on reprochait à la TV de ne pas nous faire rêver…

Les séries ça cultive ! Ces dernières années, on a même révisé nos classiques botaniques, alors désormais plus d’excuse pour confondre la “Bubble” avec la “White Rhino”, ou la “Haze”… En bref, la culture idéale pour démarrer une soirée mondaine, et, s’il vous reste quelques lacunes en matière de “Joint-Beuh-Pot-Splif”, pas de panique: Foncez simplement réviser vos DVD de Weeds.

Les séries ça défoule ! Dire du mal c’est moche, tricher c’est mal… Enfin c’est ce qu’on nous répète depuis la maternelle et pourtant les vacheries de Lucy Spiller dans Dirt, sont plus jubilatoires que nos dauberies habituelles autour de la machine à café. Alors si au final, dire du mal c’est s’intéresser aux autres, inclinons-nous devant la grande humaniste qu’est devenue Courtney Cox dans sa nouvelle série People!

Les séries ça brise les tabous ! On peut désormais glousser sans rougir des blagues vaseuses sur les morgues, les morts et se régaler d’humour noir avec Dead like me et Six Feet Under: la fin de cette pauvre George écrasée par une cuvette WC venue de l’espace restant un must du genre.

On assume une lobotomie profonde devant les Buffy, Angel et autres Chroniques de Sarah Connor, dont les dialogues lénifiants font passer un « I’ll be back » pour de la grande littérature. (Profitons-en pour réviser notre anglais, pour une fois qu’on est au niveau !) Enfin, on a craqué sur les méchants et osé mettre un serial killer sur un piédestal. Parce que lui, franchement, c’est pas de sa faute. Le pauvre, il ne ressent rien… et puis il faut reconnaitre qu’il est bien éduqué. Miam ! S’ils pouvaient être tous aussi sexy que Dexter, il y aurait du laxisme chez les jurées…

Les séries ça fait rêver ! Bien qu’ayant largement dépassé l’âge des Marvel (quoique…) et autres contes de fées, on s’est toutes rêvées supers héroïnes dans Heroes (« Save the Cheerleader, save the world »), voyageurs intergalactiques (Battlestar Galactica, Stargate SG), justicière increvable en 24h chrono, présidente des États-Unis (Commander in chief), et naufragée aventureuse dans Lost (ahhhh Sawyer !!!) et j’en passe.

Les pieds sur terre toujours, on suit depuis peu et avec avidité les périples d’une télépathe amoureuse d’un vampire. Et si Jules qui lorgne avec vous sur la blonde Sookie de True Blood, savait qu’il s’agit d’une adaptation d’une série de romans Harlequin, il ferait moins le macho avec sa bière et sa gitane. Comment c’est immoral ? Comment ça c’est futile ? Comment ça c’est débile ? Mais c’est de la fiction, on vous dit ! Enfin de “l’Entertainment” comme on dit…

Et ceci dit consolez-vous, si vous doutez encore de la qualité de ces nouveaux programmes, il repasse encore et toujours La petite maison dans la prairie sur Teva …

(cc) Mabela

6 Responses to “Previously on TV…”

  • Je veux pas faire ma bêcheuse d’oie à plume blanche mais après tout ça il ne faut pas se plaindre si les jeunes filles offrent de faire des pipes à leurs copains de classe, si les étudiantes se prostituent pour payer leurs études, si ceratins autres disjonctent et flinguent tout le monde avant d’aller se jeter une toile ….La maison dans la prairie leur donnerait peut-être des raisons de voir la vie un peu plus rose.

  • mais bon, quitte à ne pas regarder des monuments de la culture à la télé rumeur, autant que ça ne soit pas aussi niais…

  • @ rumeur : alors hmm… quel rapport entre la prostitution, flinguer des gens au hasard, sucer des queues, etc, et les séries tv ? vois pas bien là

  • rôô gimmeshoes, t’es bête alors. C’est la faute de la mauvaise influence de la télévisiiiiion.

    mais on ne parle pas assez des dangers des contes de Grimm. Un peu plus et les enfants, influencés par les ogres, devenaient cannibales! On a eu chaud!

  • ha bah bien sûr, comment j’ai pas fait le lien de suite, merci brot ^^. (Cela dit, j’veux pas dire, mais ces hideuses robes dans la petite maison dans la prairie, ça peut rendre personne joyeux. Et je parle même pas de la pauvre fille qui devient aveugle, stérile et j’ai oublié le reste)(à tous les coups l’actrice avait couché avec le scénariste et l’avait largué après, cette traînée)(trop regardé sex and the city j’imagine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>