My Space

Il se souviendra de sa première Saint-Patrick…

Mardi 17 mars 2009. Je sors dans un pub avec mon « mari ». Nous avons décidé de boire une verre spécialement ce soir-là. Arrivés au pub vers 21h30, le bar est déjà bondé et l’ambiance lancée. En prenant notre première commande, c’est avec stupéfaction que nous voyons un nourrisson d’à peine 6 mois dans les bras de sa maman, avec un petit badge vert sur sa barboteuse. Il ne semblait nullement dérangé par le vacarme de la musique et des clients qui, au cours de la soirée, perdront de moins en moins leur calme…

Il se souviendra de sa première Saint-Patrick…Pourquoi ce 17 mars ? Parce que c’est la Saint-Patrick, et qui dit Saint-Patrick dit fête nationale irlandaise. Si en France, cela se résume le plus souvent à aller au Pub (irlandais de préférence, et non pas anglais ou australien) pour aller s’arsouiller de Guinness, vous aurez donc compris qu’en Irlande, et même en Angleterre, aux States (où il existe une forte communauté irlandaise datant du milieu du XIXe siècle, notamment à New York et Chicago) ou chez moi en Bretagne, c’est une institution et qu’on ne rigole pas.

C’est l’occasion d’écouter de la musique irlandaise, parfois bien loin des clichés.
Bon, bien sûr, il y a la musique traditionnelle, avec le violon, l’accordéon, le bodhran, le uilean pipe, la harpe… Mais aussi le rock celtique qui envoie le bois, le folk, qui tire quand même beaucoup du traditionnel… C’est aussi l’occasion de danser des danses un peu sautillantes. J’ai, pour ma part, été quelque peu frustrée sur ce point. J’étais donc au Glasgow (Fontainebleau), à écouter le Trio Celtic Band (qui sont six au final, allez, comprendre ^^), un groupe de rock celtique assez péchu. Et tout ce que j’ai trouvé, c’est de la groupie qui n’avait pas remis son soutif depuis ses quarante ans en 1968. J’ai tout de même dansé une polka avec une demoiselle aux boucles blondes qui faisait le Zébulon. L’honneur est sauf.

La couleur de la Saint-Patrick est le vert, et c’est beaucoup mieux s’il y a du orange avec
. Les deux couleurs du drapeau irlandais sont obligatoires pour créer l’ambiance. N’aimant pas le vert, et ayant un peu honte de porter mes cheveux en couleur orange (as the real Irish girls), j’ai participé à l’effort collectif en me faisant une coloration dans les tons rouges. Il y a aussi toute une imagerie à respecter : les trèfles à quatre feuilles, les déguisements de farfadets ou leprechauns, le drapeau vert-blanc-orange à placarder dans tous les coins…

Parce que c’est fête nationale en Irlande, ce jour y est férié.
C’est l’occasion pour voir des parades gigantesques à Dublin, New York et Chicago (pour les plus spectaculaires). Celle de New York, en particulier, attire deux millions de personnes sur la Cinquième Avenue. La première parade de la Saint-Patrick dans cette ville date du 17 mars 1762 : c’était une parade militaire d’Irlandais.

Mais qui était saint Patrick ?
C’est tout simplement un moine de Bretagne insulaire (Grande-Bretagne actuelle) qui vécut entre le IVe et le Ve siècle.  Fils de diacre, il est enlevé à 16 ans par des pirates irlandais, puis au bout de six années de captivité, il devient berger. Indemne, il retrouve sa famille et devient prêtre par la suite. Il commence à se balader en Méditerranée, avant de gagner l’Irlande à 43 ans et de l’évangéliser sans faire de mal. Mort à 72 ans, il repose à Downpatrick (République d’Irlande). Il est non seulement le saint patron de l’Irlande, mais aussi de plusieurs diocèses catholiques dans les pays anglo-saxons.

S’il n’a pas conscience de ce qu’il a vécu, sûr que ce petit nourrisson se souviendra de sa première Saint-Patrick… Et d’avoir réussi l’exploit de ne pas s’en sortir bourré ^^


Le livre à lire :


Ulysse
de James Joyce (1922).
Cet ouvrage qui raconte à la manière de l’Odyssée d’Homère les pérégrinations d’un Dublinois, Leopold Bloom, dans sa ville durant la journée du 16 juin 1904 est tellement culte en Irlande qu’il y a été tous les 16 juin le Bloomsday dans Dublin.

La chanson à écouter :

[deezer]http://www.deezer.com/track/692894[/deezer]

The Pogues, The irish rover
Voici un bon exemple de rock celtique, mené par l’ « homme le plus sexy du monde » ex-aequo avec Pete Doherty, j’ai nommé Shane Mc Gowan, qui est aujourd’hui tellement édenté qu’il fait même peur aux fans.

Article également présent sur
Storia Giovanna lit et écrit…

(cc) kaibara87

2 Responses to “Il se souviendra de sa première Saint-Patrick…”

  • Article très intéressant sur la St Patrick. Le vert est aussi la couleur de l’espoir. Je ne connais pas du tout l’Irlande mais j’aimerais y aller un jour peut etre pour la saint Patrick. Par curiosité j’irais écouter le morceau que tu as mis en lien.

  • (ça me donne HYPER envie)
    (par contre, il a juste 3 feuilles, le trèfle, je crois, rapport que c’est comme ça que St Patrick a expliqué la sainte trinité, toussa…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>