My Space

Seigneur, avec toi, j’irai au désert…

Article sélectionné par BritBrit lors de la semaine de rédaction en chef

Alors que Frenchi971, Polydamas et moi-même, nous nous faisons  rembarrer quand nous essayons sur LR d’exprimer nos opinions quant à la religion, je persiste et je signe. En effet, même si, en ce moment, je suis très inspirée concernant les articles de fesse, je reste malgré tout une chrétienne qui vit sa vie en essayant d’être en accord avec ses convictions les plus profondes.

Seigneur, avec toi, j’irai au désert…Si je vais vous parler de religion aujourd’hui, c’est que demain, mercredi 25 février 2009, commence la période la plus importante de l’année pour un chrétien : le Carême. Cette période de quarante jours de jeûne et d’abstinence (quarante-six jours, dans les faits, si on compte les dimanches) sont effectués chaque année pour se remémorer des quarante jours passés par Jésus-Christ dans le désert, puis la semaine à Jérusalem avant Pâques.

Ainsi donc, à l’image du Christ dans le désert, le but du Carême est de nous mettre à l’épreuve pour nous centrer sur la méditation. En ce qui me concerne, elle devient une période d’introspection, d’autant plus importante que mon anniversaire (cap fatidique s’il en est) tombe toujours pendant le Carême.

Attention, même si nous sommes jeûnes et abstinents durant cette période, cette période ne correspond pas au Ramadan musulman. En effet, nous avons quand même le droit de manger, mais certains aliments, tels que la viande, sont à proscrire. Personnellement, je marque l’entrée et la sortie du Carême par une journée de jeûne complet, afin de marquer une rupture avec ma période d’introspection.

Cette période est pour moi aussi une période de méditation de la Bible. Ça tombe bien : c’est mon métier de l’éditer. Depuis quelques années, je m’attache à méditer des livres de la Bible et d’établir un programme précis. Cette année, je vous annonce qu’après l’Apocalypse et la première lettre de St-Paul aux Romains, j’ai choisi de méditer le Cantique des cantiques. Pourquoi ? Parce que je suis amoureuse et que je pourrai ainsi méditer avec Tiny, qui est d’accord avec mon programme.

En ce qui concerne les détails pratiques de mon Carême : outre les restrictions alimentaires durant les vendredis, j’avais pris l’habitude de passer le Carême sans alcool (et c’est dur pour une Bretonne, surtout quand la plupart de sa famille et de ses amis fêtent leur anniversaire durant cette période ^^), sans chocolat et sans sexe (même solitaire). Pour cette dernière mention, il faut savoir que je me suis toujours débrouillée pour être célibataire pour le Carême. Cette année, il y aura un petit aménagement, car Tiny a quand même fait la gueule quand je lui ai annoncé mes dispositions.

Quarante jours, donc, pour arriver à la Semaine Sainte qui mène à Pâques. Elle commence avec la festivité des Rameaux (dimanche 5 avril 2009) qui célèbre l’entrée de Jésus dans Jérusalem. Elle se poursuit le jeudi soir avec la célébration de la dernière Cène, le vendredi avec l’arrestation et la mort de Jésus, le samedi et le dimanche avec la célébration de la Résurrection (Pâques, en gros).

Je sais, par exemple, que les protestants n’ont pas de disposition particulière quant à une éventuelle période pour cheminer vers Pâques. Je me suis justement retrouvée il y a quelques années dans une soirée d’adoration évangélique, où j’ai rejoint une copine après la célébration du Jeudi Saint. Ils se sont tous foutus de ma gueule quand ils m’ont vue refuser du cidre (Z’auriez pas plutôt du Perrier ?)

En général, je ressors du Carême lessivée physiquement, mais moralement plus forte. Et c’est bien ça le but. Car je vous entends dire que toutes ces restrictions sont vaines, allez Giovanna, profite de la life. Certes. Mais j’en profite pour observer le monde qui m’entoure avec un oeil neuf, de voir à quel point il est injuste et d’évaluer la manière dont je peux agir pour le rendre meilleur à ma mesure.

Je vous souhaite à toutes et à tous un bon chemin vers Pâques, si cela peut vous apporter du réconfort en ces temps troublés…

(cc) jalalspages

 

5 Responses to “Seigneur, avec toi, j’irai au désert…”

  • tres bel article. Effectivement les protestants n’ont pas obligatoirement la meme rigidite face au careme mais je tiens a rappeler ici que tout jeune se doit d’etre inspire et non oblige.
    Si ledit jeune est observe pour faire comme les autres il ne sert a rien (sinon a perdre du poids) voir a ce sujet mathieu 6:16-18:
    “16Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.

    17Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage,

    18afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.”
    Tout comme Tiny il m’est impossible de la garder volontairement en bandouliere pendant si longtemps.
    Dans notre denomination il n’y a pas d’epoque “reservee” au jeune, c’est quand le besoin s’en fait sentir et outre les restrictions alimentaires, ce peut etre aussi une privation de tele ou meme d’internet.( Nath in bristol nous a fait recemment un papier comme quoi ce serait un calvaire pour elle d’etre privee d’internet pendant 3 jours)

  • Hello
    Ho bah alors, tout comme Frenchi, tu n’auras pas apprécié le film-documentaire-satirique sur les religions avec Bill Maher “Religolous”.
    héhéhé

    En attendant, moi qui ne croit en rien, ça m’a bien fait marrer, qu’il y ait eu manipulations filmées de la part de Bill Maher ou pas, quand il demande à une figure religieuse (catholique par ex) pourquoi il croit en un serpent qui parle… he bien, les réponses sont plutot évasives et pas argumentées pour un sou… du genre : j’y crois car c’est comme ça.

    Mais point de polémique, en tout cas, merci d’avoir expliqué le carème.

  • @Badwitch : Justement, j’essaie pour ma part d’être la plus prosaïque possible. Je comprends bien que croire en un serpent qui parle (pour reprendre ton exemple) est un peu débile. Mais au final, quel sens doit-on donner à la parole révélée ? Une vérité toute crue ou le moyen de réfléchir au monde qui nous entoure, et par conséquent une fable philosophique comme une autre ?

  • “fable philosophique”, alors, là je comprend mieux ! :)

    pour en revenir à ce film, ce qui en ressort aussi, c’est que la tolérance prônée dans toutes les religions, devient quasi-inexistante quand il s’agit de tolérer ceux-qui-ne-croient-pas.

    c’est ballot, non ?

    bon je ne te fais pas procès à toi hein, tu l’auras compris !
    héhéhé

  • @Badwitch : À force de ne pas tolérer ceux qui ne croient pas, ce sont aussi ceux qui ne croient pas qui se sont mis à ne pas tolérer ceux qui croient…
    Mon compagnon ne croit pas, mais comprend tout à fait mon chemin de vie (de toute façon, nous sommes chacun bien forcés de faire avec, puisque nous nous aimons. N’est-ce pas le principal des commandements que nous a enseigné Jésus ? Le reste, c’est du bullshit comme dirait nos frères québécois).
    Je dis seulement, Badwitch, que le texte et le dogme sont là, ils sont importants. Mais le but n’est pas de suivre aveuglément le texte (surtout pas !) et le dogme, mais de méditer ce texte et ce dogme pour savoir comment avancer dans sa vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>