Back Room

Sommes-nous toutes condamnées à devenir des salopes ?

Il y a quantité de choses qui font de nous des salopes face aux hommes : trop de relations, jupes trop courtes, langage trop châtié, j’en passe et des meilleures. Le fait est que, entre femmes, nous ne sommes pas plus tendres. Entre la fille qui est très amie avec votre ex, l’autre qui fait des allusions coquines face à votre mec, et la fille qui a brisé votre couple, celles qu’on qualifie communément de « salopes » sont en passe de devenir une vraie communauté, voire un clan. Mais ne sommes-nous pas toutes des salopes ?

salope1

Et d’abord une salope, c’est quoi ? D’après le Wiktionnaire, c’est une femme méprisable, garce sans scrupules, aux mœurs corrompues et prête à tout pour réussir, avec, en général, une connotation sexuelle. De plus, la salope peut être, par extension, une femme coupable de traîtrise. Si on veut aller plus loin, alors si une femme a déjà quitté un homme pour se mettre en couple avec un autre, c’est une salope. C’en est une aussi si elle a déjà brisé un couple, si elle a déjà couché avec deux hommes ou plus dans un laps de temps court, voire très court, et bien d’autres situations.

C’est cette notion de traîtrise que je ne saisis pas tout à fait. Il y a bien, et ça arrive beaucoup de fois, des situations qui en apparence ont l’air d’être ce qu’on appelle des « sales coups » mais qui, en réalité, sont seulement des concours de circonstances, non ?

Je parle là de la fille qui quitte son copain pour le mec qu’elle croyait être l’homme de sa vie,
de la fille malheureuse au point de coucher avec deux hommes dans une même soirée juste pour oublier ses problèmes ou de la fille qui n’a pas choisi de tomber éperdument amoureuse du mec de sa meilleure amie… Et est-il vraiment mal de se laisser séduire par un homme encore en couple si cet homme nous correspond vraiment ?

Je me demande même si la conception de salope ne serait pas, la plupart du temps, qu’une image qu’on se fait d’évènements qui se seraient passés par hasard, un coup de foudre au mauvais moment, d’un bad timing au mauvais endroit, mais vraiment très bad en fait…

Et à l’heure où il reste quand même difficile pour les femmes de se libérer sexuellement,
d’assumer le fait qu’elles aussi ont le droit de faire de nombreuses conquêtes pour leur plaisir, sans tomber dans le panneau de l’homme-vampire, sans pour autant devenir une femme-vampire, il est de plus en plus facile qu’on nous prenne pour de vraies salopes.

Alors quoi ? Maintenant dans une situation qui a l’air un peu trop simple, on y verrait plus des personnes à part entière mais des étiquettes ? Don Juan, salope, pouffiasse, gentil, méchante ? Attention mesdemoiselles, mesdames, aujourd’hui les salopes ne sont pas forcément celles que l’on croit.

Tags :

37 Responses to “Sommes-nous toutes condamnées à devenir des salopes ?”

  • j’aime cet article, hop bookmarké ^^ J’avoue, ça m’est déjà arrivé de dire d’une file très vulgaire et conne à la fois que c’était une salope, mea culpa. Quand aux filles qui tombent amoureuses d’un mec en couple (surtout si il y est heureux), je dirait surtout qu’elles sont surtout malchanceuses ^^

  • Il y a un truc qui m’énerve profondément dans ma condition masculine:

    Les femmes passent leur temps à se traiter de salopes entres elles mais c’est les hommes que l’on traite de macho (quoiqu’on dise ou pense).

    si je dit que les femmes doivent pouvoir coucher avec qui elles veulent et mettre des mini-jupes ultra courte si ca leur dit => on est un affreux macho obsédé sexuel qui imposent sa domination en imposant une dictature sexuelle aux femmes.

    et ceux qui considèrent l’inverse sont aussi des machos

    bref en la matière les hommes ne doivent surtout pas dire ce qu’ils pensent … et après on s’étonne que certains ne soient pas honnête.

  • @Le mâle, comment te dire… Pour ce qui est de la différence salope/macho, je te traite de salope quand tu veux ;D.

    Plus sérieusement, bien sûr, il n’y a pas d’équivalent au machisme au féminin, on dirait plutot le féminisme, mais ça n’a rien à voir! Dans mon article, en un sens, je dis aussi que les femmes devraient pouvoir assumer leurs goûts vestimentaires ainsi que leur sexualité sans avoir peur de l’image qu’on leur renverra. Mais quoi qu’on fasse, d’un côté ou d’un autre, ce seront toujours les étiquettes qui domineront, et c’est là le réel sujet de l’article!

    Donc je vous en supplie, plus de “macho” ou de “salope” dans vos discussions, traitez des sujets comme les histoires de coeur avec intelligence et oubliez les étiquettes!

  • @tevouiille : je conteste le début de ton article “Il y a quantité de choses qui font de nous des salopes face aux hommes: trop de relations, jupes trop courtes, langage trop châtier”

    moi j’aime les femmes qui ont de l’expérience, des jupes courtes et qui parle ouvertement de sexe sans tabous.

    mais j’ai pas le droit de le dire en public sinon je passe souvent pour un salop ou un macho => tu trouve pas qu’il y a problème ?

    sinon pour moi une salope est une garce ca n’a rien de sexuel …..

  • @Le mâle, Le début de mon article ne fait bien évidemment pas référence à toute la gent masculine! Mais il est vrai que beaucoup d’hommes ne sont pas de ton avis et que les jupes trop courtes et la franchise ne sont pas les meilleurs atout en général pour séduire un homme (encore que la jupe très courte est un argument très discutable xD).
    Je trouve bien évidemment déplorable que tu sois qualifié de macho pour tes idées certes originales, mais tout a fait contestables pour bon nombre de femmes… As-tu déjà essayé de t’expliquer?

  • Chère tevouille, je ne crois pas que nous partageons le même dico. Voici ce que je comprends par le mot “salope”

    I. − Adj., vx, fam.
    A. − [En parlant d'une pers.] Qui est très sale, très malpropre. Cet enfant, cette petite fille est salope, est bien salope (Ac. 1835).
    B. − [En parlant d'une chose] Qui est vil, bas; qui inspire de la répugnance. Synon. abject, ignoble. Cependant, la guerre salope [contre Léopold et Clotilde] continuait avec une violence plus intolérable (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 260).
    II. − Subst. fém.
    A. − 1. Fam. Femme, fille très sale. (Dict. xxe s.).
    2. Populaire
    a) Femme débauchée, de mœurs dépravées, ou qui se prostitue. Je déguisais ma chère maîtresse en bardache, je la grimais en vieille salope sinistre et poivrée; je traînais mon amour au lupanar, je baignais mon cher archange dans les latrines (Milosz, Amour. init., 1910, p. 105). Et tu le diras à tout le monde, que c’est une salope, qu’elle faisait la vie pendant que j’étais au front… Je la maudis, t’entends, et je voudrais qu’elle crève comme moi, avec son type (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 235).
    ♦ Empl. adj. Est-ce que tu es malade? Des femmes, il te faut des femmes, maintenant (…), tu sais, moi je m’en fiche! S’il y a des femmes assez salopes pour avoir envie de ton cuir, grand bien leur fasse! (Courteline, Train 8 h 47, 1888, p. 54).
    − [Injure à l'adresse d'une femme que l'on méprise] Ah! salope, hurla-t-il, je t’ai suivie, je savais bien que tu revenais ici t’en faire foutre jusqu’au nez! Et c’est toi qui le paies, hein? Tu l’arroses de café avec mon argent! (Zola, Germinal, 1885, p. 1332).
    b) P. ext. [Sans implication sexuelle] Personne qui se conduit mal. Merde de merde, je ne veux pas dans ma maison d’une petite salope qui dise des cochoncetés comme ça (Queneau, Zazie, 1959, p. 26).
    B. − Pop. [S'adressant à un homme, notamment à un homosexuel, pour marquer un profond mépris] Il voulait observer le manège des tantes (…). La kermesse du boulevard Sébastopol, était une célébrité dans son genre, c’était là que le contrôleur des Finances Durat avait racolé la petite salope qui l’avait occis (Sartre, Âge de raison, 1945, p. 131).
    − Empl. adj. Marco était mort par ma faute (…). Aussi salope que les autres, j’avais pensé qu’à moi (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 221).
    C. − Pop. [Pour désigner ce qui est méprisable, ce qui est source d'ennuis] Une sortie furieuse de Saint-Victor contre tout ce qui est, y compris la nature, « cette salope qui prodigue avec insouciance les insectes et les astres, les morpions et les planètes » (Goncourt, Journal, 1860, p. 707). L’angélus se défit dans la chaleur, Jean Pélouegre entendit Cazenave gronder: « Salopes de cloches » (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p. 159)

  • @Zadig, et le fait que nous ne partagions pas le même dico a quoi a voir avec mon article?

    Non parce que c’est sympa d’apporter tes sources, hein, nan super, mais heu, kof kof, j’vois pas en quoi apporter une nouvelle définition du mot “salope”, qui est, disons-le, totalement déconnectée du langage populaire et d’une différence radicale avec ce qu’on peut comprendre aujourd’hui par le mot “salope”, peut me faire comprendre pourquoi aujourd’hui les gens mettent des étiquettes et veulent se qualifier les uns et les autres avec des termes péjoratifs sans se pencher sur la complexité d’une situation.

    Alors, oui, merci d’apporter d’autres sources… Mais sincèrement, non, j’vois pas le rapport.

  • @tevouille: quand c’est possible je m’explique …

    Mais un Mâle qui défend une femme classé de “salope” c’est très vite mal interprété.

  • @Le mâle, voilà pourquoi je déteste qu’on mette des étiquettes aux gens, c’est tellement facile de dire du mal de quelqu’un sans meme avoir plusieurs versions et des avis différents qu’on en finit par oublier que chacun est justement différent.

    A bas les étiquettes!

  • moi ce qui m’étonne c’est que “salope” ne soit pas seulement le féminin de “salaud”, pourquoi, en le mettant au féminin (d’ailleurs vous avez dû pour le masculiniser le remplacer par “macho”); “salaud” n’a jamais la connotation d’homme facile, de “pute”. On retrouve l’équivalent avec “chienne”… ou “cochonne”, “cochon” en étant presque exceptionnellement le masculin. Pourquoi une femme si elle est “bonne”, ce n’est pas comme un homme qui est “bon” ?

    Non, Tevouille, nous ne devons pas accepter qu’on nous traite de “salope” parce qu’un homme a quitté sa femme pour nous… car jamais on ne dirait la même chose d’un homme pour qui une femme quitte son mari. Pourquoi la femme est-elle toujours la coupable (la salope) ?

    Le Mâle, je suis d’accord avec toi, le cliché de l’homme salaud (non pas “le pute”, mais le traître, le lâche… l’anti-héros, et pas forcément le “don juan”, car ce qui est critiqué chez l’homme n’est pas sa vie sexuelle trop libre, mais le fait qu’il abandonne son foyer… forcément pour une… salope…) c’est sans doute aussi lourd à porter.

  • @luciamel: on considère à tort que tous les hommes sont facile et ne pense qu’a ça, cette pour cette raison qu’on ne le dit pas.

    On dit d’une femme qu’elle est bonne …d’un homme qu’il est un bon coup simplement parcque dans l’inconscient collectif la femme reste encore la plupart du temps passive et l’homme actif.
    la femme est pénétrée / l’homme pénétrant.

    bref il ne vous reste plus qu’a nous b…. tous joyeusement.

  • Je sais que ça va avoir l’air bête et naïf, mais je me suis toujours posé la question, a savoir pourquoi une fille qui se tape plusieurs mec est elle une salope, et un mec qui se tape plusieurs nana, c’est un exploit?
    Aussi je me suis toujours demandé aussi pourquoi les nanas étaient aussi méchante (salope aussi) entre elles, alors que beaucoup d’elles prônent le “girl power” et se disen “on est des filles on se soutient koaa” et a côté elles se font des sales coup?
    Pourquoi quand une fille sort avec le mec de sa copine, c’est elle qui prend tout dans la gueule et au mec on lui dit “bravo”?
    Et d’abord pourquoi quand une fille se venge d’un sale coup qu’on lui a fait (genre en vendant les fringue de son ex sur EBay (je parle avec expérience) on la traite de salope?
    C’est beaucoup de questions que je me pose…

  • le terme de salope est souvent utilisé pour tout et pour n’importe quoi. Trop souvent on jsute une fille parce qu’elle est trop quelquechose ou pas assez quelquechose. On n’oublie souvent qu’une fille peut avoir des pulsions sans pour autant être une pauvre fille. D’ailleurs une fille qui couche facilement avec un mec est parfois traitée d’alumeuse, de fille facile , de Marie couche-toi-là. Au contraire un mec qui le fait peut être vu comme un tombeur, un homme à femme, un don juan et est rareement vu comme un salop. Eh oui notre société même si elle a évoluée, elle conserve les clichés, les idées reçues. Les moeurs évouent plus rapidement que les mentalités. Malheureusement notre société est toujours imprégnée de machisme trop souvent utilisé pour juger une fille ou un femme trop rapidement. Et bien souvent on se méprend sur les intentions, les sentiemnts et l’attitude d’une personne qui ne pense pas forcément à mal. Ainsi il faut arrêter de juger sans savoir et défendre aussi l’égalité des sexes. Une devrait pouvoir vivre ses pulsions comme les mecs le font sans se demander si cela est bien ou mal ou si cette attitude va nuie à sa réputation. Dans tous les cas on peut se sentir coupable ou craindre d’être jugée que sur cet acte qui l’on devrait appréciée à sa juste valeur sans se poser la question du regard des autres mais c’est difficilement possible. Ce qui compte c’est de ne jamais regretter ses actes car il n’y a rien de pire que les regrets. iL faut vivre sa vie de femme.

  • Cet article me fait penser à une chanson chantée par Christelle Bazooka : ” Voici une chanson pour dire que la langue française est beaucoup trop machiste ! [...] Un salaud, c’est un mec méchant, et une salope, c’est une pute !”, entre autres affirmations…

  • Je pense que pour être à même de réfléchir avant de juger quelqu’un et de traiter une fille de salope, il faut l’avoir vécu soi-même.
    Avant, comme bien des gens, je voyais tout homme/femme trompant son/sa partenaire comme un salaud/salope. Et un jour, ça m’est tombé dessus. J’ai rencontré quelqu’un dont je suis tombé amoureuse, j’ai quitté mon ex pour ce garçon là. Et on m’a traité de salope bien sûr. Mais qu’est-ce que j’y pouvais ? On ne contrôle pas ses sentiments. Ce genre de situation peut arrivé à n’importe qui.
    Maintenant, je ne juge plus sans connaitre la situation dans laquelle se trouve une fille qui a un comportement dit de salope.

  • et toi comment tu te juges? c’est quand meme cela le principal assumee et etre bien dans sa tete .il y aura toujours autour de toi des gens qui parlent pour user de la salive.a plus

  • Moi olivia 83? Ca va, merci. BIen sûr qu’il faut assumer et être bien dans sa tête, mais il y aura toujours des fois où le regard des autres se fera pesant… Et c’est dans ces moments là où j’aime écrire un bon article bien sanglant pour emporter avec moi quelques têtes.

    J’espère que tu te juges bien aussi :)

    Et vive la guillotine.

  • Merci merci merci pour cet article!
    Ayant été moi même étiquetée “salope” récemment pour quelque chose que je n’avais vraiment pas du tout prévu et que je ne peux plus empêcher, je crois savoir de quoi je parle. Les gens jugent sans savoir, parce que c’est bien plus facile de rejeter la faute sur celle qui a l’air d’avoir tout prémédité que d’avouer que personne ne peut contrôler ses sentiments. Surtout que quand finalement ça se passe mal, on considèrera toujours que c’est bien fait pour elle, cette salope, de toute façon elle n’a pas de coeur et elle l’a bien cherché, alors maintenant du balais!

    Alors voilà, depuis le début j’essaye de déculpabiliser et ton article m’a fait faire un pas de plus.

  • @LadyLys Mission accomplie pour super Tévouille!

  • si ton article recadre certaines femmmes et leurs aportent un certain soulagement dans leur vie( c’est bien ce que je fait ou le contraire) tant mieux .mais arretons de se poser des questions ,de savoir qui on es, le regard des gens ,vivons tout simplement,avec notre coeur.a plus tevouille

  • @ tévouille: merci pour cet article, ma puce ça fait du bien de te lire
    @ storia : j’adore la référence
    Pour moi une salope, c’est une fille qui a un comportement malsain (mais pas sur le plan sexuel), qui passe sa vie à faire des coups bas et des crasses, et qui fait du mal, mais en aucun cas j’attribue ça à une femme aux mœurs légères sinon on traiterait 50 % au moins des femmes de salopes (si ce n’est plus).

  • @olivia 83 Si j’arrêtais de me poser des questions, je ne posterai pas d’articles ici. Bien sûr, si il n’y avait pas d’articles comme le mien qui circulaient peut être que les femmes arrêteraient de se poser des questions sur le regard des autres et la façon de l’appréhender, et vivraient tout simplement leur vie sans se soucier de qui regarde ou non au dessus de leur épaule…

    Mais malheureusement, tant qu’il y aura autrui, il y aura le regard d’autrui.

    Et même si notre regard a nous compte beaucoup dans notre développement personnel, le regard des autres compte encore plus, puisque se dire qu’on n’y fera plus attention nous rend d’autant plus forte.

    Alors non, olivia 83, je n’arrêterai pas de me poser des questions, mais ma vie, je la vis “avec mon coeur” comme tu l’as si bien dit… Et pas qu’un peu :p

    @ xena, ça me fait du bien de te lire aussi, madame anti-glamour très glamour! :p

  • tu as certainement raison, beaucoup de femmmes on besoin de ces articles et continu de te poser des questions moi j’ai decouvert le site hier ,donc je suis nouvelle je vais explorer ce site qui me semble super sympa a plus tevouille

  • Etre ou ne pas être le salaud ou la salope de quelqu’un(e) qu’elle que soit la définiton qu’on en donne peu importe mais ce qui résonne le plus pour moi dans ce mot, sexe ou pas sexe à l’appui, c’est “être sans scrupule”.

  • Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le cliché véhiculé par cet article.
    Même si l’étiquette expéditive “salope de base” reste un concept rassurant par sa bêtise pour les hommes comme pour les femmes, on ne peut pas nier le fait que cette considération imprimée dans l’inconscient collectif a perdu de sa vigueur. Nous sommes à l’ère de la libération des moeurs et la femme se découvre des pouvoirs jusque là insoupçonnés…et les hommes sont tout simplement plus ou moins désarçonnés face à cela. Car la femme est un être profondément complexe et manipulateur. Mesdemoiselles ce serait mentir que d’affirmer que nous ne tenons pas les mâles par les cacahouètes…
    En ce qui me concerne j’ai croisé beaucoup plus de salopes dans ma vie que de connards. Les hommes me paraissent plutôt prévisibles et fidèles (en tous cas par l’esprit, pour l’entrejambe ça dépend vraiment du garçon) alors que les filles sont des hyènes hystériques capables d’oscillations vertigineuses, à base de je t’aime, je pars puis je reviens, indécises et pénibles que nous sommes. Oui je suis bien une fille. Ni féministe, ni misogyne, j’essaie juste d’être lucide d’après ce que j’ai pu observer autour de moi.
    Dans mon entourage on peut être salope au même titre qu’un mec sera un salaud. Donnant-donnant.
    “Salope”, pour moi c’est très souvent ce que disent les gens jaloux ou décontenancés face à des filles libérées. Ni plus ni moins. Si j’ai envie d’être salope ça ne regarde que moi. Cela m’énerve d’autant plus quand cette attitude vise à faire culpabiliser des filles qui assument leurs envies et leur liberté. Personnellement j’ai toujours obéi à mes pulsions lorsque c’était possible, mais ça n’a jamais fait souffrir personne car c’était toujours en connaissance de cause. C’est le plus important. Quand on se respecte mutuellement, il n’y a rien d’une attitude de salope là-dedans. Et si j’ai envie d’être salope avec mon mec, bah, je crois qu’en fait il aime ça ! Et cela ne regarde que nous.
    Je sais pas j’ai toujours appris à me mettre à la place des autres et j’avoue que dans la vie, ça m’aide beaucoup.

    Alors réconcilions les connards avec les salopes, chaque connard cherche sa moitié salope après tout ! Le monde est bien fait finalement.

  • Euh, il y a des jugements assez expéditifs dans ton article, ce qui est d’autant plus paradoxal que tu affirmes en même temps une plus grande modération collective face au label de la “salope de base”. Cette considération aurait perdu de sa vigueur ? Rien n’est moins sûr en lisant ta prose.

    Quand tu dis que : “la femme est un être profondément complexe et manipulateur”, ou que ce sont des “hyènes hystériques capables d’oscillations vertigineuses”, je trouve que tu retombes dans le stéréotype habituel. Un Eric Zemmour aurait pû faire ce genre de raccourci. Les femmes ont dû te malmener ma parole, pour tu sois aussi tranchante avec elles.

    Je crois qu’en fait, tant que ce fameux inconscient collectif considèrera que les femmes doivent être moralement supérieures aux hommes, on tournera en rond jusqu’à la fin des temps avec des clichés de ce genre.

  • Zazouu, s’il te plaît quand tu t’adresses a quelqu’un, recopie son pseudo et rajoute un @ devant.
    J’ai failli te trancher virtuellement la tête et me mettre a jouer au foot virtuel avec pour m’avoir fait dire ce que bittersweat avait dit.
    Je persiste et signe: Vive la guillotine.

  • @ zazou : Bien sûr que je caricature…tout comme le mot salope est une caricature non ?
    Je suis désolée, ce n’est pas péjoratif quand je dis que les femmes sont des “hyènes hystériques”, c’était une expression à visée humoristique :) une façon d’affirmer simplement que nous les femmes, nous sommes sujettes aux variations d’humeur et névroses en tous genres bien plus que les hommes…
    et excuse-moi mais je ne pense pas qu’il soit faux d’affirmer que beaucoup de femmes sont calculatrices, arrivistes et manipulatrices, de façon plus ou moins consciente! notre complexité nous pousse à utiliser des méthodes souvent bien plus farfelues que les hommes pour arriver à nos fins. Mais bien sûr ne généralisons rien, mon point de vue était volontairement caricatural.

    Je veux dire par tout ça qu’il faut qu’on arrête de se renvoyer mutuellement là balle, 90% des hommes qui ont croisé ma route se révélaient être des anges serviables, tout ce que vous voudrez. Trop gentils peut-être (encore un autre débat, le masochisme féminin?). Et la sincérité (d’une manière générale) me paraît bien plus évidente dans le comportement masculin que le comportement féminin. C’est tout.
    La différence vient simplement du fait qu’on fréquente des gens ouverts d’esprit ou non. Quand la religion ou la morale pseudo bien pensante viennent s’en mêler, ça donne autre chose forcément.

    Par pitié pas de comparaison avec Zemmour, c’est une injure. :(

  • @ tevouille : oups, désolée, en effet j’aurais clairement indiquer à qui je m’adressais.

    @ bittersweat : je t’avais pondu un petit texte tout ce qu’il y a de plus argumenté, et pfuiiiit, ça moulinait tellement tout à l’heure que tout est parti-i-i, ouinnnn. Tristesse et désolation.

    En gros, je te disais que je préférais raisonner en termes de “genre humain” plutôt que d’opposer systématiquement la nature profonde des “hommes” et des “femmes”. Et j’enchaînais sur d’autres idées super chouettes lol.

    Je retire la comparaison sur Zemmour, mea culpa. :)

  • @bittersweat:
    faible et trop gentil je suis ….ca me perdra

  • @à_toutes_les_femelles:

    [mode bittersweat on]
    Ayez pitié de nous, pauvres mâles sans défenses …
    Svp n’abusez plus de vous pouvoirs féminin, pour faire de nous ce que vous voulez.
    Prenez soin de notre petit cœur fragile : Arrêter de nous dire “je t’aime” juste pour notre baiser.
    [mode bittersweat off]

  • @ le mâle,
    / mode salope on/
    Y’a pas moyen. J’userai de mes charmes dévastateurs cette année pour briser tous les coeurs purs que je rencontrerai: mâles; femelles, animaux, végétaux, liquides et solides, et même insectes s’il le faut.
    Je ferai de ce monde un vaste champ de batailles pour coeurs ésseulés, et je demanderai une fois de plus, ce soir, a cortex si oui ou non nous allons conquérir le monde!!!
    niahaha
    / mode salope off/
    De quoi j’me mêle hein? D’où tu me casses mon rêve et tu dis qu’il y a des hommes qui ont un coeur?!! Nan mais t’as fumé tes cuticules ou quoi?
    Allez j’te pardonne si tu me fais un lap dance et que tu nous emmènes toutes au resto.
    Nan mais.

  • @ tevouille:
    Ha ben non, tu ne peut pas avoir les deux à la fois.
    Si je te fais un lap dance …. C’est toi qui emmènes au resto
    (sisi maintenant c’est les femmes qui baisent et qui paient le resto)

    Ps1: je suis un mâle sensible au cœur fragile
    Ps2 : je ne fume jamais, je délire suffisamment sans (surtout ce soir)

    :-*

  • @tevouille: j’avais oublié
    ps3 : en mode salope tu es une sacrée perverse …je m’incline

  • @ le mâle, t’as bien raison de t’incliner tiens, Tévouille reine des salopes ordonne a sa cour de s’incliner devant elle!

  • j’arrive un peu tard dans la conversation mais….

    l’article commence par cette phrase : “il a quantité de chose qui font de nous des salopes faces aux hommes”….

    J’insiste sur le “Face aux hommes”
    je ne sais pas si une jupe trop courte ou une vie sexuelle débridée en sont les véritables causes… elle sont peut être plus profonde…
    Notamment cette féminisation de la société actuelle, la place de l’homme qui évolue au point que certains (surement pas la majorité) ne savent plus sur quel pied danser. Alors la le “salope” signifie plutôt peur ou frustration, ou juste une plaisanterie pour réhausser son image…

    La réponse de bittersweat est vraiment intéressante parce que finalement le mot “salope” ont l’entend plus souvent dans la bouche d’une femme que dans la bouche d’un homme. Exemple : Vous vous souvenez de cette chanson de Diam’s “confession nocturne” ou vita raconte une fois de plus que son mec l’a trompé et bien sur la fille avec qui il a fait ça c’est une “salope” (ca ne pourrait pas être chose puisque ici la fille trompée est la gentille l’autre doit être la méchante). La plupart du temps ça se passe comme ça les gens regardent tout en noir et blanc jamais en gris et on avance pas… Même moi je l’ai fait alors que je suis loin d’être une sainte.

    En conclusion (rapide parce que la j’ai sauté des étapes) on ne peux pas se plaindre du “machisme” des hommes parce que la plupart d’entre nous (les femmes) on arrête pas de se traiter de “salope”….
    La société ne reflètent que ce que nous sommes…

    Bref c’est un point de vue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>