My Space

J’y étais… Au cabaret de France Musique

Tout d’abord, je voudrais souhaiter une bonne et heureuse année 2009 à mon lectorat, qu’il soit habitué ou de passage. Pour célébrer cette nouvelle année, je ne suis pas allée à Bruxelles rejoindre mes frères chrétiens, mais à Épernon chez une copine à danser et chanter toute la nuit déguisée en prince indien, ce qui est tout aussi dément.

En ce début d’année 2009, étant donné l’avenir peu radieux que propose le gouvernement français à l’audiovisuel public, j’ai décidé d’en profiter pour participer à une vraie émission de service public comme j’aimerais qu’il en existe plus pour justifier la redevance. Je me suis donc rendue ce soir, dimanche 4 janvier 2009, à la Maison de la Radio, dans le 16e arrondissement. J’ai patienté un petit moment dans le hall, puis, avec un tout petit groupe (genre une vingtaine de personnes), nous nous sommes rendus vers 17h55 au studio Sacha Guitry. Et là… Un bonheur absolu. Je me rend au premier rang toute excitée… Putain, je suis dans la même pièce que mon idole, à 3m de LUI!!!!

Comme vous le savez tous, Jean-François Zygel est un petit peu la mascotte (pas encore) consentante de mon blog dédié à la musique… Ce sémillant pianiste et compositeur de 48 ans est en effet l’une des incarnations les plus vivantes de la musique académique qui se joue de manière non académique… Bref, pour moi, il est l’équivalent d’un dieu vivant, à l’image d’Eric Clapton ou d’Angus Young. Il se fait connaître depuis quelques années avec des petites actions telles que les jeudis de la musique à la mairie du XXe arrondissement, ses petits cours didactiques sur les principaux compositeurs, et, depuis l’été 2006, son émission La boîte à musique de Jean-François Zygel sur France 2 les vendredis soirs en été.

Depuis quelques années aussi, il présente Le cabaret classique sur France Musique. Et depuis septembre 2008, il a changé le titre de cette émission en Cabaret de France Musique. En effet, il présente désormais alternativement avec son vieux pote de trente ans Antoine Hervé, un jazzman assez inspiré avec lequel il a fait ses gammes au Conservatoire national. Mais c’est donc avec mon idole Jean-François que j’assiste à cette émission spéciale nouvelle année et Épiphanie.

L’émission commence donc par un générique artisanal, joué par le maître en personne, accompagné des commentaires de Jean-Yves Patte, musicologue. Après la description du  whisky préparé pour l’émission (avant, c’était le thé…), l’éphéméride musical commence, entre évocations de l’Épiphanie en musique et tour des créations d’opéras un 4 janvier. Maintenant, il est temps d’élire le roi et la reine de l’émission avec une galette des rois (si, si!) et du champagne… Choueeeeette! Même si ce n’est pas moi la reine, ce n’est pas grave, on apprécie les efforts du service public :)

Ensuite, évocation de la nouvelle année avec les Oiseaux : Jean & Johnny, deux imitateurs très très mignons de chants d’oiseaux, qui nous expliquent que le nouvel an n’est pas le même pour toutes les créatures de la planète. Ensuite, Jean-Yves Patte nous ressort une archive du 4 janvier 1971 : Salvador Dali qui fait la pub pour le Crédit Commercial de France. Après explication des délires de Dali par un économiste (si, si!), Jean-François nous fait une petite impro sur ces termes de “divine diarrhée de dollars”…

Bref, en sortant de l’émission, je dis : NON, NON, NON! NE TUEZ PAS L’AUDIOVISUEL PUBLIC !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>