Back Room

Tu prendras bien un peu de plaisir anal, ma chérie ?

Le sexe est un marché, qui plus est, un marché qui rapporte. Le sexe est donc présent partout, seulement au bout d’un moment, les gens se lassent de voir, entendre, faire toujours la même chose car si le Kâma-Sûtra regorge de positions, peu sont réalisables si l’on n’est pas contorsionniste. Alors il faut innover, trouver des idées, réveiller sa libido, son couple. On n’a pas toujours envie de se cantonner à un missionnaire, qui pourtant est une position génialissime. Alors on décide de bouleverser nos habitudes en jouant la carte sexe osé, on s’inspire de la pornographie, de ce que l’on trouve dans les sex-shops car si ceux qui sont à côté de chez nous sont parfois un brin glauque, ceux sur le net sont tout à fait charmants. Alors on trouve un jouet ou deux, tel qu’un plug ou d’une poire anale au détour d’une page web et là qu’on se dit pourquoi pas ? Encore faut-il le faire accepter à son/sa partenaire. Et là ça se gâte.

Tu prendras bien un peu de plaisir anal, ma chérie ?Deux solutions :

1 – on décide qu’il faut y aller «  à l’ancienne » c’est-à-dire que l’on choisit de ne pas utiliser de joujoux mais plutôt son propre sexe ou le sexe de son partenaire. Mais il faut que le partenaire accepte car si cette pratique peut parfois être très alléchante pour certain(e)s elle peut parfois en repousser d’autres. Il faut donc amener le sujet sur le tapis en douceur pour le faire accepter.  Chacun y va de sa tactique pour jouer dans la cour des « grands ». Ces messieurs préfèrerons dire que leur sexe est de telle ou telle manière ce qui fait qu’il s’adaptera parfaitement à votre anatomie. Ils mettront en avant le fait que c’est bien de découvrir cela à deux s’ils ne l’ont jamais fait ou que, s’ils l’ont déjà fait, ils seront s’y prendre. Ces dames vous diront que c’est le fantasme de tous les hommes d’avoir le petit trou d’une femme, que vous n’y prendrez que plus de plaisir … Chacun ses arguments mais le but est le même : convaincre son/sa partenaire de jouer à un jeu interdit et longtemps décrié. Convaincre que cela n’est pas si douloureux, que le lubrifiant fera son effet.

2 – on décide de s’armer de gadgets, de jouets du plaisir vendus dans toute bonne boutique de charme en ligne. On craque pour les courbes rondes du dauphin, sur un chapelet anale ou n’importe quel sextoy du moment que les avis des utilisateurs ou le commentaire du site soient alléchants. Là aussi on recherche le jouet sexuel qui s’adapte le plus à l’anatomie de la personne qui va être sodomisée, car avec les jouets, dans un couple hétérosexuel, la magie est dans le fait que même l’homme puisse recevoir du plaisir par son petit trou. Ainsi là encore le but est le même : prendre un maximum de plaisir sans faire peur à sa/son partenaire. Il faut donc amener le jouet en douceur autant avant de l’insérer qu’au moment de pénétrer le derrière de sa/son partenaire. Un brin de tact est donc nécessaire. On peut l’amener à jouer avec le sextoy afin de la/le familiariser avec ce nouveau jouet. On prie pour amener le sujet dans la conversation, que l’autre accepte et surtout qu’il y prenne du plaisir car une nouveauté sans plaisir n’a aucun intérêt. Pour préparer l’autre il suffit souvent de tâter le terrain avec un film porno ou bien, en un peu moins trash, un détour sur une boutique coquine, et de lancer la phrase innocente « ça a l’air marrant ça ! », puis de lancer le débat.

La sodomie n’est pas la pratique que l’on exécutera à chaque rapport mais celle qui mettra du piment dans des soirées coquines particulièrement endiablées, celle qui rompra avec le quotidien, elle ne pourra être que l’expérience d’une nuit si elle ne conquit pas le cœur de ses utilisateurs mais, souvent les couples s’y essaieront par curiosité.

(cc)  Jiuck

4 Responses to “Tu prendras bien un peu de plaisir anal, ma chérie ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>