My Space

Imprimé Zebra

Comme vous le savez, je suis assez friande de métissage musical. Afro-celt, électro-musette, punk-yodl, rien ne me fait peur. Et un jour, au détour d’une édition de Taratata où était invité le groupe de ragga allemand Seeeed, j’ai découvert un truc qui allait bouleverser ma conscience des mélanges des genres : le bootleg.

Parallèlement, j’ai découvert le désir et le sexe avec Internet, puis avec un vrai homme, barré de son état. Entre autres bizarreries, il était fan d’un DJ d’un genre particulier : DJ Zebra. Ce sémillant bidouilleur qui sévit aujourd’hui sur la radio Virgin du lundi au vendredi de 22h à 0h s’amuse à associer des artistes aux univers très divers pour détourner de manière joyeuse toute institution de la musique.

Mais qui est-ce ? Oh joie, il est Breton d’origine… Le petit Antoine commence par la guitare à 9 ans, puis rejoint Rennes et les groupes punks. En 1992, il rejoint le groupe Billy ze Kick et les Gamins en Folie en tant que DJ et bassiste. Après la dissolution du groupe en 1995, il commence ses bidouillages, jusqu’à en avoir composé environ 350 aujourd’hui.

Reprenant la tradition qui sévit en Jamaïque depuis les années 1960, certaines de ses œuvres ont une sonorité ragga. Alors qu’avant lui, le bootleg avait une saveur fortement contestataire et illicite, il y met tellement de talent que certains des artistes dont il bidouille les œuvres se retrouvent avec lui quand il mixe en concert. Et ceci, c’est une première, car les artistes ne sont d’habitude pas enclin à se mêler avec des bootlegs. Évidemment ses amis de Billy (qu’il a mixés avec notamment les Wampas et Téléphone), mais aussi Cali, Dyonisos et Joey Starr. Dans ses mixes, on notera tout de même une prédilection pour des artistes tels que Noir Désir, Dyonisos, Serge Gainsbourg, M et Katerine.

Bon, après la théorie, voici la pratique en quelques petites friandises.

  • Imprimé ZebraJoey Starr Wars (Joey Starr vs. John Williams vs. Daft Punk) (Alors que le morceau original J’arrive de Joey Starr avait tendance à avoir une bande-son un peu molasse, malgré des guitares électriques, Zebra a eu la bonne idée d’associer l’inénarrable Thème de l’Empereur de John Williams composé pour l’inénarrable trilogie de George Lucas à la basse et à la rythmique de l’inénarrable Da funk de Daft Punk. Et voilà comment Joey Starr s’en sort grandi…)
  • Imprimé ZebraCamille as you are (Nirvana vs. Camille) (Mix entre Come as you are et Ta douleur, j’aime la prise de risque… Elle s’avère payante)
  • Imprimé ZebraMachistadance (-M- vs. Eminem vs. Kelis vs. Louise Attaque) (En général, un bootleg associe deux artistes, mais Zebra fait fort en associant Machistador, Without me, Trick me  et Amoureux, si c’était hier. Ce dernier morceau a également été associé à Daft Punk. Bref, c’est illimité…)
  • Imprimé ZebraL’obstacle de Mister Chat (Interpol vs. Dyonisos) (Là, il a eu de la chance que ça collait, parce que ce n’est pas toujours le cas… C’est le risque du bootleg)
  • Imprimé ZebraM- & Clyde (Serge Gainsbourg vs. -M-) (C’est drôle, l’instru de Bonnie & Clyde déniaise de façon sympathique Je dis aime)
  • Imprimé ZebraJim nous portera (The Doors vs. Noir Désir) (Quand deux morceaux aussi planants que Riders on the storm et Le vent nous portera sont associés, Zebra nous emmène au pays des rêves sous stupéfiants… En tout cas, Tiny et moi sont ultra-fans)
  • Imprimé ZebraDyonisos in Babylon (The Melodians vs. Dyonisos & Olivia Ruiz) (Un morceau dans la pure tradition bootleg reggae…)
  • Imprimé ZebraAlice en France (Noir Désir vs. Indochine) (Les guitares d’Un jour en France défont le côté pop goth sucré d’Alice et June pour lui donner une force revendicative…)
  • Imprimé ZebraBelieve Tostaky (Noir Désir vs. the Chemical Brothers) (Associer un Believe sautillant et un Tostaky militant était couillu. On sait maintenant que les gauchistes n’ont plus aucune raison de ne pas mettre le feu au dancefloor…)
  • Imprimé ZebraTake me out saturday night (Franz Ferdinand vq. Neimo) (Pour ce morceau, Zebra a préféré faire appel à un chanteur pour reprendre Saturday night d’Oliver Chatham et l’associer au marrant Take me out)
  • Imprimé ZebraInitials B(eastie) B(oys) (Serge Gainsbourg vs. Beastie Boys)  (Comment dire ? Celle-là, elle était facile…)
  • Imprimé ZebraO Brother Ray (Ray Charles vs. Soggy Bottom Boys) (Curieusement, ce n’est pas ridicule, ce petit mélange de tubes des années 1940-50 : What I’d say et I’m a man of constant sorrow, reprise par George Clooney pour le film O Brother des frères Coen…)
  • Imprimé ZebraBoulevard of broken songs  (Green Day vs. Oasis vs. Travis) (Celui-là n’est pas un bootleg de Zebra, mais je l’aime bien, donc c’est cadeau)

[deezer]http://www.deezer.com/#music/playlist/15752047/2140522[/deezer]

 

 

 

 

Et pour finir, une petite vidéo avec l’un de mes bootlegs préférés de Zebra… J’adore ton daddy (Boney M vs. Philippe Katerine)

http://www.youtube.com/watch?v=KglXW7b7nak

Tags : ,

3 Responses to “Imprimé Zebra”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>