Humeurs

Apologie du vide

Avant, pour être célèbre, il fallait au choix :

- Avoir remporté des batailles (ou les avoir perdues, c’est selon)

- Avoir un don que l’on exploite (d’où la propension de parents qui sont persuadés que leurs enfants sont des génies, mais n’est pas Mozart ou Edward Norton qui veut)

- Avoir le sens de la gouvernance et de l’ambition (et c’est bien ce que l’on peut reconnaitre au petit Nicolas, même si on ne l’aime pas)

Apologie du videTout ça, c’était avant les années 2000. Depuis la généralisation d’Internet et de l’exposition médiatique, n’importe qui peut à l’envie devenir un “happy few”, qui finalement, ne sont plus si few que ça. Avant, si on n’avait pas de talent à Hollywood, si on ne tournait pas dans des films bankable, ta célébrité, tu pouvais t’asseoir dessus. Bien sûr, il y avait des wannabe et des starlettes pour nourrir la presse à potins (tels que Paris-Match), mais leur bruit médiatique était quand même peu élevé.

Et puis est arrivée Paris Hilton. Aucun talent, sauf celui de gérer sa fortune et son image. Certains journalistes très sérieux qui se sont penchés sur la question de sa célébrité la résument par cette phrase : Paris Hilton est. Même un mannequin aurait pourtant le droit à un bruit médiatique supérieur, mais à l’heure actuelle, pour être célèbre, il suffit d’être.

Depuis, pléthore de célébrités ont bâti leur couverture médiatique sur ce constat. Cela est notamment bien exploité par les “fils de”. Autant, en France, les “fils de” arrivent quand même à faire quelque chose de leurs dix doigts et à en vivre (Anthony Delon, Julie et Guillaume Depardieu, Charlotte Gainsbourg, Paul Belmondo, Laura Smet, David Halliday pour ne citer qu’eux…), dans les pays anglo-saxons, c’est autre chose. Rumer Willis (et ses soeurs Tallulah et Scout La Rue), Nicole Richie, Calum Best, les soeurs Geldof (Peaches et Pixie pour ceux qui ne suivent pas), avant d’avoir un métier, sont. Ils occupent la place médiatique par leur ascendance, et se trouvent une pige au petit bonheur la chance.

Mais il ne suffit plus maintenant d’avoir quelque ascendance pour aspirer à être. La preuve en est la navrante ascension sur le Net, puis dans les médias, d’un type comme Mickaël Vendetta (non, pas le DJ résident de Fun Radio. Malin le petit…). Ce jeune homme se contente purement d’être, en l’occurrence, beau (selon lui). Et (toujours selon lui), cela lui donne tout simplement le droit d’être “célèbre” et de mépriser tout le monde. Seulement, il a oublié une seule chose.

Si ce genre de célébrité peut se concevoir dans les pays anglo-saxons, en France, il est fortement conseillé d’avoir un minimum de talent, d’humour ou d’intelligence pour persister dans les médias. Choses dont Mickaël Vendetta semble malheureusement dépourvu, au risque de passer pour une statue creuse. Certes, nul n’est prophète en son pays, et sa notoriété peut aisément toucher les États-Unis et le Japon. Mais pour être le nouveau Brad Pitt, il faut peut-être aussi avoir son charisme et son talent d’acteur. Or… vous connaissez la suite.

Je ne sais que penser de cette apologie du vide dont les médias semblent touchés. Faut-il que le monde soit bien triste pour qu’ils délaissent les gens qui ont réellement du talent…

(cc) Tanakawho

7 Responses to “Apologie du vide”

  • Chut, faut pas parler de lui, il n’attend que ça. J’aurais tellement eu envie de ne pas le connaître!

  • Je ne comprends pas que tout le monde ne comprenne pas qu’il s’agit d’un jeune comique surdoué. Je veux dire, Frantico nous a déjà fait le coup.

  • ”Paris Hilton est.” Et je trouve ça génial. D’avoir vu ça de mon vivant. Elle a réussi à fusionner essence et existence. Sartres doit se retourner dans sa tombe. Je ne connais pas cet illustre inconnu qu’est Michael Vendetta, mais je vais de ce pas m’injecter une petite dose de mass culture. Parce que tous ses feignants adulés pour leur oisiveté, il le valent bien.
    PS: La france est critiquée (et critiquable) sur son élitisme culturel, mais cet article révèle un petit paradoxe bien plaisant: n’est pas icône qui veut, au pays du camembert, la médiocrité se doit de rester anonyme… Et pour l’instant ça nous a préservé d’une ”New York Vuitton” (comprenne qui pourra)…

  • Comme je l’ai déjà dit ailleurs sur le même sujet: avis de grand vent entre les deux oreilles. Mais surtout, je suis d’accord avec leda… chut!

  • ha, Michael Vendetta ! Pour être franche, quand je suis tombée sur lui sur le net, je me suis dit qu’il avait une ironie et un humour certain, de casser l’image de la star-à-égo-surdimentionnée avec un tel naturel…Oui mais le petit est sérieux. Et là, franchement, ça en met un coup à mon égo de franchouillarde…

  • Je ne connais pas cet homme, et je n’irai pas chercher à le découvrir, puisque son ego n’a pas l’air d’avoir besoin de nouvelles visites sur son site ^^

  • @maia mazaurette: Frantico? Le mec qui fait un blog où il raconte ses fantasmes sexuels? Il a fait quoi exactement? Tu peux expliquer STP, ça m’intéresse..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>