liste du jour

Playlist d’un DJ esseulé

Lorsque je suis née, en 1983, ma mère était fan de Jean-Michel Jarre et de Ryûichi Sakamoto, et mon oncle écoutait Bérurier Noir, Trust et New Order. Alors quand l’électro a débarqué dans les dance floors, j’étais au premier rang.

Mes parents organisaient avec diverses associations des bals disco dans les années 1980 et 1990. Ma soeur et moi, en bonnes party girls dès l’âge de 4 ans, nous dansions près du bar pour que Papa-Maman nous surveillent, mais nous aimions déjà le son des floors en 1985.

Dans les années 1990 est venue la dance, et surtout les concerts Dance Machine diffusés sur M6. Ma soeur les a tous enregistrés et toutes les deux, on répétait les chorégraphies… Si bien que, dans mon village, ont été organisés les soirées Dance Magic avec Boudine et Miguel Derennes, tuyautés par un garçon de chez nous qui était stagiaire à Fun Radio.

Encore aujourd’hui, nous faisons toutes les deux nos kékés dans la bagnole en écoutant à fond du son dancefloor. Ma soeur est très DJ français, moi plutôt DJ anglais et italien, à l’ancienne. Et quelquefois, je m’imagine mixer du breakbeat/big beat toute seule dans ma chambre, en attendant que Fat Boy Slim vienne me repérer…

En attendant, si je mixait en soirée, voici ma playlist :

  • Playlist d’un DJ esseuléFatboy Slim, Gangster tripping (Parce qu’en 1998, le cerveau de ma soeur a été crâmé par du son anglais. Et elle m’a fait découvrir ce sémillant DJ…)

  • Playlist d’un DJ esseuléBeastie Boys, Intergalactic (Versant newyorkais du big beat, vous aurez remarqué donc cette différence entre son anglais tourné vers l’électro et le son américain tourné vers le hip-hop… Et pourtant, c’est la même chose)

  • Playlist d’un DJ esseuléBeastie Boys, 14th St. Break (On s’aperçoit davantage dans ce morceau de l’orientation big beat des Beastie…)

  • Playlist d’un DJ esseuléThe Chemical Brothers, Hey boy hey girl (L’hymne de la famille depuis 2002 : à chaque fête de famille, on saute sur les tables, on fait la chenille et on fait des courses de chaises sur ce son… Du délire)

  • Playlist d’un DJ esseuléThe Prodigy, Diesel Power (Versant hip-hop de l’album The fat of the land, un morceau puissant tel que peut le porter Liam Hewett et sa clique)

  • Playlist d’un DJ esseuléThe Prodigy, Firestarter (Et voici son versant plus free party. Je n’ai pas osé mettre Smack my b*** up, on est quand même sur Ladies Room ici)

  • Playlist d’un DJ esseuléRune, Calabria (Il existe différentes versions de Calabria, mais celle d’Enur feat. Natasja fut longtemps ma sonnerie de portable et mon hymne de l’été 2007)

  • Playlist d’un DJ esseuléMartin Solveig, Hard beats (Je ne sais pas vous, mais je préférais le son de Solveig avant qu’il soit archi-connu…)

  • Playlist d’un DJ esseuléLaurent Wolff, No stress (La marotte de ma soeur en ce moment… Ca change de David Guetta)

  • Playlist d’un DJ esseuléMadonna, Isaac (Parce que Confessions on a Dancefloor était quand même plus efficace que cette bouse de Hard candy)

  • Playlist d’un DJ esseuléFedde Le Grand, Put your hands up for Detroit (Du son un peu lourd, mais il en faut bien un peu en soirée pour prendre un coup au bar…)

  • Playlist d’un DJ esseuléJames Brown, Sex Machine (Get upaaaaaaaaaaaaaaaa…, comme dirait l’idiot du village argentin…)

  • Playlist d’un DJ esseuléDanzel, Pump it up (En mémoire des Black & White Brothers, et de la période de clubbeuse roubaisienne de ma soeur…)

  • Playlist d’un DJ esseuléYves Deruyter, The Rebel (En mémoire de notre période clubbeuse briochine et des amis belges de ma soeur…)

  • Playlist d’un DJ esseuléDa Hool, Meet her at the Love Parade (La Love Parade, c’était un petit peu notre Graal de lycéens quand on étudiait l’allemand…)

  • Playlist d’un DJ esseuléZombie Nation, Kernkraft 400 (Vous vous seriez demandés : Puisqu’elle aime le son allemand, pourquoi n’a-t-elle pas mis directement Kraftwerk ? Réponse : parce qu’essaie de danser sur du Kraftwerk aujourd’hui en boîte)

  • Playlist d’un DJ esseuléEstelle feat. Kanye West, American boy (Reprise par Brisa Roché, ce morceau tue…)

  • Playlist d’un DJ esseuléLucy Pearl, Don’t mess with my man (Morceau un peu groove pour faire patienter et pour favoriser le rapprochement des corps…)

  • Playlist d’un DJ esseuléFireball, What I want (Mon actuelle sonnerie de portable, qui stresse un petit peu Tiny quand je la mets en sonnerie de réveil…)

  • Playlist d’un DJ esseuléLa Compagnie Destroy, La chenille (Reprise punk du fameux écueil des fêtes de famille et de club du 3e âge… De quoi réveiller un peu).

    [deezer]http://www.deezer.com/#music/playlist/8676476/2140522[/deezer]

 

One Response to “Playlist d’un DJ esseulé”

  • cool… moi c’est mon frère qui est DJ, il est très dance, trance, techno. (moi aussi mais dans une moindre mesure)

    quand il organise des fiesta, c’est un bordel sans nom !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>