Histoires

On s’était donné RDV dans 10 ans

Article sélectionné par Kwelet lors de sa semaine de Rédaction en Chef.

Avec la rentrée et tout ça (reportages à gogo sur les cartables par les chaînes hertziennes), un brin de nostalgie m’a conquise. Mais nostalgie chez moi ne rime pas avec doux souvenirs d’antan et images d’enfants heureux qui courent partout avec une bonne odeur de vanille dans les cheveux. Nah nah nah nah.

sneaks2

Je me rappelle surtout des hormones en folie de mes camarades de classe. Des hormones qui dansent la cucaracha sur un trampoline dans l’organisme de mes chers compagnons de galère écolière.

Avec les hormones et tout ça… Je dis tout ça parce que je suis pas du tout pédiatre. Les filles de ma classe de 5e B se découvrent une certaine féminité. Qu’elles assument très bien parfois. “Ça sent le poisson, t’as tes règles ou quoi ?”, est l’une des remarques fréquentes. Je vous l’ai dit, féminité assumée. Les jeunes filles en pleine puberté préfèrent délaisser corde à sauter et billes, pour d’autres billes… Pas vraiment en verre, pas tellement de la taille d’une bille. Passons…

Vous l’avez compris, à cet âge là, on est plus du tout une jolie tête blonde mais plutôt une face de Sheitan. Les personnalités se révèlent. On distingue déjà les potentiels futurs loosers, les victimes qui prendront leur revanche 20 ans après, et celles qu’on ne verra qu’en état de gestation durant les 30 prochaines années. Non, je vise personne là et je critique pas… Bref, au collège on se cherche, on est cruel, car mal dans sa peau grasse et acnéique. Que du bonheur…

L’avantage d’avoir été éduquée en Z.E.P (Zone d’éducation Pourrie), c’est justement qu’on peut en avoir un, un pot pourri exhaustif, mais alors très pourri, de tous les comportements déviants et non déviants. Check it out !

Karima, musulmane fondamentaliste moudjahidin en culotte courte (15 ans) m’a dit qu’en période de Ramadan, je n’avais pas le droit de nourrir mes cheveux. 10 ans après : croisée à Velizy 2 en panoplie parfaite de Barbie fait la pute. Mini jupe rose, top moulant rose, chaussures… allez, je vous laisse deviner la couleur. Elle vit avec un boxeur.

Cécile, Romantique avec un grand Rrrrr, jure de donner sa virginité à son mari qui sera, bien sûr, l’amour de sa vie. 10 ans après : en est à sa 993e fellation dans la cave du bâtiment du 23 rue de la Grande Armée 92*** B*******. Elle est Aide à domicile. Sans blague.

Jean-Christophe, tête de turc de tout le monde, prédécesseur du mouvement Geek, victime collatérale. 10 ans après : travaille dans une boîte d’électronique, job sans prétention, loue un deux pièces à Jouy-en-Josas avec sa fiancée Marie-Jennifer.

Kevin, fils de prolétaires, traîne “trop” avec les-noirs-et-les-arabes. Ça plaît pas aux parents un peu beaufs. Caractéristique spéciale : super canon. Comme tous les fils de campagnards de toute façon. 10 ans après : prépare un doctorat en biologie moléculaire. Fait actuellement un stage en Israël. Le M.I.T (Massachusetts Institute of Technology) lui offre une bourse d’un montant à 7 chiffres pour des recherches. Ses parents préfèrent penser qu’il vend de la drogue.

Nora, Miss perfect, jamais vu un bouton, jamais vu hausser le ton, un peu de moustache mais pas de quoi sortir la tondeuse. 10 ans après : a réussi avec succès son agrégation d’allemand. Vit avec Jean-Charles de Mon Trou de Postérieur de Merveille 3e du nom dont la fortune s’élève à 1 0000000000000 de dollars pakistanais.

Aminata, du haut de son mètre 78, cassait tout le monde, chariait tout le monde, se faisait respecter par presque tout le monde. Faisait fantasmer les François et Michel en mal d’exotisme. Les traitait tous de Gimini Cricket. 10 ans après : travaille dans le service ressources humaines d’une multinationale. Le week-end, elle s’éclate au Palacio avec le Fatou clan*.

*Fatou clan : désigne un groupe soudé d’amies originaires d’Afrique Subsaharienne qui se déplacent en groupe de 4 ou 5. 70 à 80 % des personnes du groupe s’appellent Fatou. Prénom plus que très répandu, équivalent de Julie ou Sophie en France. Blaze passe-partout quand les parents n’ont pas d’idées. Le Fatou clan peut être démasqué par leur manière de laisser dépérir les mèches-rajouts sur leur tête. Suit la mode avec en général 1 à 2 saisons de retard. Caractéristique spéciale : Pshitent souvent / mettent l’ambiance / sont les meilleures amies que j’ai jamais eues.

Photo : (c) pinksherbet via Flickr

58 Responses to “On s’était donné RDV dans 10 ans”

  • Avatar de Lya
    Lya

    Des articles comme les tiens j’en redemande!
    Ah la période collège. Je l’ai mal vécue. Honnêtement les adolescents ne sont pas tendres avec leurs pairs. Et il n’y a en a pas un pour rattraper l’autre.

  • Super chouette! J’adore le prénom Fatou, je le trouve hyper doux.

    Dans la liste, il y a aussi le type un peu timide, hyper discret, que tu ne regardes jamais, qui est perdu dans ses sweets trop grands et que tu recroises dix plus tard en costard, qui est devenu un homme classe et assuré et qui te files sous le nez.

    Je suis d’accord avec Lya, pour rien au monde je ne retournerais au collège, qu’est ce qu’on était dur les uns avec les autres!

  • Comme leda et Lya, pas question de retourner au collège ! sûrement les pires années de ma vie..

  • Génial ton texte saroune :D j’ai aussi été en ZEP et confirme, y’a une sacrée branche de zigotos qui changent avec les années. le beau gosse en scooter… ben il est toujours en scooter 10 ans plus tard, et le mec timide 1er de la classe a bien changé. J’adore Aminata et Kévin, disons que j’ai plus connu de Kévin fils de prolo qui auraient subi une faible ascension sociale, eux :)

  • horrible, le collège…moment de volupté : les regards concupiscents de mes camarades de classe qui se fichaient de moi et me désirent aujourd’hui. J’étais la tête de turc, donc, ça ne pouvait que s’améliorer. Mais à l’approche de la quarantaine, on regarde tout ça avec nostalgie.

  • avec le recul il y a des gens que j’aimerai frapper :) aaaaaah nostalgie !

  • Je croyais être la seule à avoir vécu le collège comme une épreuve. Et en discutant avec d’anciens camarades retrouvés (merci fessebouc), je me suis aperçu que ça avait été pour tout le monde pareil. C’est fou.

  • Oups je fais tâche…en étant la seule à avoir adoré le collège :p

  • c’est pas grave, Lollipop… :) QU’ON LA PENDE !

  • On peut lui mettre du goudron et des plumes ? J’en ai toujours rêvé…

  • ah ben je me sens moins tarrée : moi aussi j’en ai toujours rêvé ^^

  • Ah ah, “tarée”, ah ah. Tar ça veut dire goudron en anglais. Elle est bien bonne.

  • ahalala les filles, pareil…le collège c’était la pire époque de ma vie. avec les mêmes personnages que tu mentionne Saroune :)

    ben vrai, dix ans plus tard jsuis bien contente d’être où je suis.

  • C’est complètement con et superficiel ce que je vais avouer, mais ma plus grande fierté, c’est qu’après avoir été isolée parce que je n’étais ni populaire, ni très jolie, maintenant ils ont du mal à me reconnaître parce que je suis devenue très très jolie (enfin, je trouve). Hi hi hi ! Fin de la pouffe attitude.

  • @La Fille: je te comprends TOTALEMENT et je suis ravie de ne pas être la seule conne superficielle ici :)

  • Aahhaha oui ceci dit je préfère la guillotine…efficace, rapide, pas de souffrance :)
    Je n’étais pas non plus la plus jolie (loiiiiiiiin de là) et j’ai pourtant adoré le collège, il y avait une certaine solidarité, personne ne faisait trop attention à ce que l’on portait puisqu’on venait tous d’un milieu relativement pauvre. Seule la personalité primait ainsi que et les franches parties de rigolades durant les cours ;)

  • Ah oui ! LaFille tu me fais penser que j’ai oublié de mentionner la chrysalide devenue papillon.
    Je me rattrape :
    Laura, noyée dans son bomber Scott ( c’était la mode dans les 90′s ), bégaye quand on lui demande son nom, du coup tout le monde l’appelle lololololo. Désespère de voir ses seins un jour pousser. Surnom : calculatrice. A cause des boutons.

    10 ans après : attachée de presse chez LVMH. La belle inconnue qui sort avec Edouard Baer dans le magazine Voici. C’est elle !

    PAS MIEUX

  • @Lollipop : tu habitais au pays des petits poneys.
    @La Fille : ça fait du bien d’être une pouffe superficielle parfois. à défaut de tapper ceux qui me faisaient chier, je les toiserais bien un peu, si je les croisais. na.

  • @zan: nop. Dans un collège de ZEP dans une banlieue nordiste. Et c’était pas des tendres, sauf qu’on était tous un peu barges, du coup ça aide :)

  • à croire que le monde se divise en deux catégories : Le collège privé Sainte-Marie et la ZEP ^^ y’a des gens normaux, ici ?

  • oui y a moi…. ni privé, ni zep….. et j’ai adoré la fin de l’équivalent collège, tout autant que j’ai détesté le début

  • moi je crois que j’aimais le début, genre les 3 premiers jours : j’étais encore naïve et ne savais pas ce qui m’attendais. lol

  • Eeeeeeh mais on est normale zan! hé ho, ça va pas de nous catégoriser??
    (je rigoule :p)

  • hop dans une case. rentre.

  • @]zan: tu me fais mourir de rire :)

  • deecurl: c’est moi qui lui ai tout appris ;)

  • je te dois tout et te voue un culte, sand.

  • ah quand même…. louez moi, encensez moi…. et envoyez moi des chèques, bordel!

  • non je préfère faire brûler de l’encens devant des bouteilles de vin (je fais ça devant ma bouteille de vinaigre parce que j’ai pas de vin chez moi) : c’est moins corrompu. tu préfères Lavande ou Patchouli ?

  • envoie du liquide alors…. lavande, of course

  • moi j’ai fait les deux écoles comme dirait l’autre et ça n’a rien changé comme dirait toujours l’autre. J’ai fait un collège public et après la troisième, je suis allée à paris dans le privé…

  • au fait, saroune tes potes ils ont vraiment tourné comme ça ? parce que c’est quand même des métiers de foly, tout ça…quoique attachée de presse chez LVMH, c’est quand même travailler pour le diable….(Arnault…)

  • @serena : les mêmes spécimens dans le privé et le public ?

  • ben en fait, non, mais c’était plutôt une question de ville. A paris, les gens étaient beaucoup plus tolérants (et/ou indifférents) que dans la petite vile pas mal snob où j’allais au collège. En fait, je parlais plutôt de mes études…ça a été un ratage dans les deux cas…mon grand regret.

  • Tout est vrai ( c un peu romancé pour pas être ennuyeux )! Sauf “Laura chez LVMH” : c’est le mix entre deux victimes du collège que je connais et qui (c’est vrai) ont des jobs de folie maintenant.

    Laura est en vrai une fille qui s’appelle Farah, qui a 25 ans maintenant, elle avait de la moustache épaisse et les mecs l’appelaient “Papa Farah”, maintenant elle est prof de français à l’université de New-York.
    à noter que Aminata est inspiré de ma grande soeur mais s’appelle pas comme ça en vrai. Elle a été assistante Ressources humaines à Siemens.

    Voilà vous savez tout !

    Les gens sont ma source d’inspiration

  • @serena : ah oui ça j’ai remarqué aussi la différence entre les villes. intolérance d’une part et indifférence de l’autre… entre la peste et le choléra… (c’est juste parce que j’aime cette expression)
    @saroune : j’aime beaucoup tout ce p’tit monde :) “Caractéristique spéciale : super canon. Comme tous les fils de campagnards de toute façon.” m’a beaucoup fait rire. mais je vais devoir te dire la vérité à ce sujet : tu te trompes…un mythe s’effondre mais ne pleure pas, Saroune.

  • @Zan : benh si je pleure, je pleure bcp même moi qui croyait que tous les fils de campagnard étaient aussi beau que Kevin et Brian Joubert ( le patineur )

    p.s : est-ce une coïncidence qu’il aient tous les deux des prénoms américains. Ou est-ce un exotisme de la campagne ?

  • c’est un exotisme. les parents sont tous fans de séries américaines, de hamburgers et détestent les noirs et les arabes qu’ils n’ont jamais vu (oui je caricature). ma cousine a appelé ses enfants Kevin et Shirley.

  • Pour avoir été pionne en collège pendant 2 ans, je confirme que les vrais beaux gosses ce sont les campagnards. Mais ceux qui ont le plus de succès sont les bad boys et donc les-noirs-et-les-arabes qui fument derrière le CDI.
    Et j’ai detesté le collège mais adoré le lycée et encore plus aimé être pionne en collège. Quel pouvoir.

  • mais….puisque vous semblez habiter en ville…qu’est-ce que vous appelez les campagnards ? (je sors un carnet , un stylo et… mes griffes au cas où)

  • ce que j’appelle campagnard :
    Un garçon avec des bonnes joues rouges, même quand il rougit pas. Qui suit pas la mode, donc qui porte un polaire ou un pull grosse maille en hiver comme en été. Un peu rebelle un peu naïf. Cheveux couleur paille ébouriffés. Un mec qui finit ton assiette à ta place à la cantine et qui s’en fout. Les-noirs-et-les-arabes l’adorent mais il le trouve un peu extraterrestre.

    PAS MIEUX

  • T’aurai du venir dans ma campagne : y’a aucun gosse qui ressemble à ça xD

  • argh. je rentre mes griffes parce que là je sais même pas quoi dire. * zan’ tombe à la renverse * (pour moi un campagnard est un homme qui vit à la campagne ou qui vient à la campagne. donc là ben y’a tous les genres)

  • C’est bien vrai, peut être que le mot campagnard n’était pas le plus approprié… Je tournerais plusieurs fois mon index avant de taper sur le clavier.

    P.S : j’avais cet image du mec de la campagne du genre Leatita Casta version mec. Vous avez brisé mon rêve. Bande de Méchantes femmes

  • à l’occasion (j’ai pas trop le temps cette semaine) je vous ferai le même topo version champs de blé et bouses de vaches :) (nan mais il y en quelques uns quand même, saroune !)

  • “les campagnards” lol. Vous me remontez 8 ans en arrière, époque lycéenne bénie, loin des vicissitudes de la vie de cravailleuse.

  • Au collège (et un peu au lycée aussi), on m’appelait “le mur” rapport à mon manque de fesse et ma poitrine inexistante.
    J’ai même une le droit à la fameuse blague “si t’avais pas de pieds, tu mettrais des chaussettes ? euh… Alors pourquoi tu mets un soutien gorges ?” hin hin hin
    Avec mes “copines” on avait un jeu très rigolo qui consistait à en choisir une, et à la faire pleurer dans la journée.

    Aujourd’hui, j’ai un groupe de potes que j’adore, et je me la pète avec mon décolté et mon bonnet D !!!
    (et si je retrouve les pétasses et les petits cons qui me traitaient de mur, je leur met le nez dedans)

    Et toc…

  • drôle de jeu… (on me l’a déjà fait le coup des pieds et du soutif)

  • “Avec mes “copines” on avait un jeu très rigolo qui consistait à en choisir une, et à la faire pleurer dans la journée. ” Quelle cruauté..

  • chez nous la cruauté était physique : pousser les poids-plume comme moi pour qu’ils tombent dans les buissons d’épines ^^ trop drôle.

  • On se faisait pas ça dans les écoles où j’ai été : y’avait des moqueries mais pas de trucs de ce genre…

  • Ouais enfin, les mots sont parfois aussi durs que les gestes…

  • La vengeance perso suprême, les anciens de mon lycée organisent chaque année la galette des rois. C’est vrai que je n’étais pas vraiment populaire au collège / lycée (même établissement, mêmes gens) et la dernière fois je me suis fait draguer par le “beau gosse du lycée” (qui n’est plus si beau que ça) et j’étais toute fière de le recaler.
    C’est con hein ? Mais c’est tellement délicieux !!!
    Tiens je devrais en faire un article :-)

  • Pareil, sauf que c’était en école d’Ingé.
    Arrivée en 1ère année, j’étais transparente pour le beau gosse de la promo du dessus.
    5 ans après, lors d’un Gala, il me demande si je suis tjs avec mon mec de l’époque, et semble hyper déçu de ma réponse.

    Une mini victoire, mais une victoire quand même !

  • Avatar de
    Petite_Bulle

    Hello !!
    J’adore ton article !
    Si je faisais une petite description de moi [ allons, je commence en CM1 ]
    Petite_bulle la pseudo-intello pas trop aimée, son père a une super moto … elle est toujours en jupe genre .; fille à maman

    10 ans plus tard : La redoublant qui pseudo-bosse. Bien aimée, son père a toujours une moto, mais personne n’en dit qqc. Elle est souvent en jupe… elle est de surcroit célibataire !

  • serena, la mal aimée bizarre qui adore thiéfaine et traine son mal de vivre en épatant secrètement tout le monde en français. 20 ans plus tard : est mariée avec le genre de mecs qui faisait baver ses “copines” a un fils qui fait baver les filles et une fille qui malheureusement lui ressemble beaucoup moralement. Cependant, n’a pas divorcé et vit toujours le “big love..” et adore toujours thiéfaine !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>