Humeurs

Elle

J’ai 29 ans dans un mois donc 30 ans dans un an et un mois. J’ai déjà parlé de ce que cette date butoir représentait pour moi et… je fais mon petit bonhomme de chemin. Je crois que j’ai entamé un bilan de fond généralisé, histoire d’avoir fait place nette avant de pouvoir construire d’autres choses. Et ces temps-ci, je fais le bilan sur mes rêves…

ElleJ’ai détesté aller à l’école même si j’adorais apprendre, surtout par la lecture. Je n’avais jamais de notes excellentes, je m’en fichais comme d’une guigne. Je ne rêvais pas à cette époque-là. J’étais prise dans mon marasme familial puis dans ma construction personnelle qui n’avançait pas. Une fois aux études supérieures, il s’agissait de s’étourdir en faisant la fête, puis de réussir 3 ans pour avoir ce fichu diplôme que je n’avais pas choisi.

A force de ne pas rêver et de courir vers l’avant, de cacher et de me perdre, je suis tombée. J’ai mis deux ans à me relever. Et j’ai découvert à 24 ans que je vivais avec une Inconnue et que cette Inconnue en avait marre que je refuse de la voir. Elle rêvait, Elle. Et elle s’était faite sentir dans certains choix, Elle avait guidé certains de mes pas et Elle avait envie de recueillir le fruit de ses efforts.

Alors j’ai bossé, avec le diplôme vers lequel Elle m’avait orienté. J’ai découvert qu’Elle rêvait d’être utile. Elle recelait en elle la force de la conviction, un solide esprit pratique et le sens de la formule choc. Elle aimait écrire aussi… Dès lors, un métier où je soutiens et j’écris des rapports… Ça me convenait bien. Elle était passionnée par la deuxième chance aussi, Elle me le fit savoir bien plus tard…

Puis, j’ai découvert les joies et les revers de la vie active… J’ai pris mon indépendance, d’abord avec quelqu’un, puis avec un autre mais dans une colocation. J’ai découvert que je savais faire tourner une maison, que j’aimais exercer une sorte de gestion et, ne nous leurrons pas, de pouvoir. Parallèlement, Elle m’a rappelée qu’elle voulait bosser en prison. Alors je l’ai suivie et je suis arrivée en prison… Assez facilement, d’ailleurs.

Aujourd’hui, j’ai réalisé un grand rêve : j’ai réalisé un de Ses rêves, un des miens, tout en gardant la sécurité dont j’ai besoin.

Je me suis souvenue qu’il y a longtemps, j’ai rêvé d’ouvrir une maison d’hôte et de vivre de mon plaisir à accueillir et cuisiner… Et pas après pas, sans m’en rendre compte, mon rêve devient réalisable. Je suis tombée amoureuse de l’Italie, je suis avec quelqu’un qui me pousse vers l’avant et qui m’y suivrait pour m’aider. Je vais m’inscrire à des formations qui, indirectement, préparent à l’expatriation… J’expérimente des amitiés fortes, qui résisteront à l’éloignement.

J’ai découvert que j’aimais follement cuisiner, que ça ressemble à une passion qui me nourrit physiquement et moralement. Elle m’a aussi appris que j’aimais définitivement le sport, même si j’ai du mal à trouver le chemin de la salle de sport, parfois.

Elle m’a rêvée en femme adulte, occupée, avec des soupers entre copines, des passions, une relation énergifère et non énergivore, du sport et pas une minute à moi. Et je suis cette femme-là.

J’ai bien fait de réaliser mes rêves : ils me permettent d’en créer d’autres, que je réaliserai aussi. Ou pas. L’angoisse de cette liberté d’adulte me rattrape parfois la nuit, me lançant la question du “Et si je me trompe ? Et si je ratais ma vie ?” Et quand le matin revient, la réponse est claire : Est-ce qu’on peut rater sa vie, si on la vit intensément, si on est dans ce qu’on fait, si on Est ? Non. On ne la rate jamais en étant soi-même.

Et je me sens légère comme une plume…

Photo : (c)  Mareen Fischinger via Flickr

Tags : , , ,

12 Responses to “Elle”

  • ton article sonne comme une réponse au mien, Miss Lili! c’est une formidable note d’espoir que tu me donnes.

    je comprends aussi que le temps passé à se chercher n’est pas une perte de temps puisqu’on apprend forcément sur soi, sur ce qu’on veut…je comprends bien?

  • DeeCurl > C’est une réponse… :) Je ne voulais pas en faire un commentaire, parce que ca aurait tourné au jugement péremptoire et je sais que tu (ni personne) n’en as pas besoin même si c’est un travers humain courant.

    Mais oui, j’ai voulu expliquer comment je faisais pour lutter contre cette fameuse angoisse de la liberté… tout en sachant qu’il existe au moins 3 millions d’autres façons de faire! L’important, c’est de construire ta façon à toi…

  • je ne trouve pas que c’est péremptoire en tout cas.

    et j’aime vraiment beaucoup ce que tu dis à la fin.

    j’imagine qu’il faut que je me dise que je ne suis pas obligée de suivre indéfiniment la voie ce que je choisirai, qu’on peut toujours bifurquer.

  • Exactement… On peut TOUJOURS bifurquer… Et ce sont même ces bifurquations qui sont intéressantes. Qui rêve d’une vie monolythique où rien ne change jamais, les choix que l’on pose à 18 ans dans TOUS les domaines seront réalisés sur le lit de mort avec la constance d’un métronome? Pas moi… Je suis bien trop fantaisiste pour ça.

  • déjà qu’il y a un an et demi, je ne m’imaginais pas dans cette ville, ni dans cette boîte…alors dans plusieurs années oulala.

    sinon, est-ce que comme moi tu es au boulot et que ton humeur du moment t’incite peu à travailler mais beaucoup plus à traîner sur ladiesroom?

  • Je n’ai JAMAIS envie de travailler parce que je travaille avec passion… Et on n’a pas envie d’être passionnée, on l’est ou on ne l’est pas. Donc, dès que je DOIS, ca prend mille fois plus de temps. Mais il ne faut pas croire, je travaille beaucoup… J’ai un rythme de travail imposé par mon institution qui me laisse beaucoup de temps morts…

  • Avatar de Vio
    Vio

    ton article me mets de bonne humeur !! ^^

  • Alors, bonne journée Vio!

  • Avoir des rêves, des envies, et surtout les réaliser… pas forcément sur un coup de tête, mais savoir que ce sont eux qui te font avancer et apprécier le quotidien qui peut parfois s’avérer morose en surface seulement, cultiver sa richesse intérieure et profiter de sa liberté, c’est ce qui compte !!
    Très bel article, merci.

  • Bel article Miss Lili, surtout la dernière phrase qui résume si bien les choses :)

  • T’es pas toute seule dans ta tête, toi! :) En même temps, c’est la preuve qu’à deux, on est plus fort.

  • J’ai pas toutes mes frites dans le même sachet! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>