Histoires

Natacha, 15 ans, emopunk

Après Annabelle et VodkaRose, voici Ceci n’est pas une parodie #3 avec Natacha, 15 ans, emopunk.

Elixie, membre éminent du comité de rédaction, coproduit avec Ladies Room « Ceci n’est pas une parodie ». Depuis maintenant 3 numéros, Elixie s’amuse à croquer des filles accros à internet.

Nous avons eu le loisir de découvrir les galères que rencontre quotidiennement Annabelle, une bloggueuse influente puis les tentatives de débauche d’internautes lubriques de Vodkarose, une bloggueuse érotique.

« Ceci n’est pas une parodie » nous propose cette fois-ci d’entrer dans l’univers d’une emopunk qui en a marre d’être prise pour une goth. Ce nouvel épisode contient des scènes fortes (engueulades avec le père de famille) voire violentes (tentative de suicide avec un objet contendant). Comme toute jeune rebelle de son âge Natacha a un skyblog sur lequel elle exprime son mal de vivre.

Nous avons co-produit depuis le début de l’année plus d’une quinzaine de programmes courts et ce n’est qu’un début…

Des confessions d’un nouveau genre avec les pères craquants de Ecoute ma fille (en co-prod avec La controverse), en passant par le shopping intelligent de Green my life, et les leçons de mode avec style de fille.

Vous retrouverez bientôt toutes ces vidéos dans la rubrique TV room. En attendant, vous pouvez voir ou revoir tous les programmes Ladies Room ici.

Aulive pour Equipe Ladies Room

20 Responses to “Natacha, 15 ans, emopunk”

  • Une ode aux années rebelles ;)
    Allez, mes passages préférés, pour le fun: le père qui souhaite une bonne nuit à s

  • (rah saleté de pc)
    Je disais donc, avant d’être grossièrement interrompue par mon clavier, le père qui dit bonsoir à sa fifille, la dite fifille lui rétorquant froidement un “casse toi” tellement ado-perturbée-goth.
    La fille rentrant dans sa chambre et qui s’effondre en larmes hystériques genre tragédie cornélienne, c’est tellement beau :)
    (je me suis retrouvée dans mes époques noires)

  • Mais alors, notre chance dans notre malheur, c’était de ne pas avoir de plateforme communautaire pouvant garder les traces de notre mal-être.

  • Oh, il y avait les journaux intimes…

  • oh mon dieu……
    dire que j’ai été comme ça, heureusement il en reste pas de traces…

  • Oui c’est vrai, La Fille m’a ôté les mots de la bouche…Je ne sais pas s’il vous est arrivé de refeuilleter vos journaux intimes (si vous en aviez), c’est super édifiant.
    (ah il manque peut être les grandes déclarations de désespoir à ses parents genre acte I, scène III, genre “moi j’ai pas demandé à vivre” ;))
    Ceci étant c’est vraiment bien vu (le mépris total des parents, les mèches rebelles…Les combats qui ne servent à rien mais pour lesquels on s’enflamme en croyant qu’on va sauver le monde…)

  • maintenant j’en rigole, mais sur le coup c’était grandes crises de larmes….

  • Avatar de Vio
    Vio

    J’adore !! tellement ressemblant … oui heureusement que les blogs n’existaient pas (moi ils sont arrivés juste après), et j’ai déjà réouvert un journal intime, j’ai eu envie de le brûler (la honte il faut pas que quelqu’un tombe là-dessus!) et puis finalement … non. Je sais pas pourquoi je peux pas m’en débarrasser. ^^

  • Ahah Exellent… ça fait pas si longtemps que j’étais comme ça moi… gasp

  • I’m lovin’it. Par contre moi j’ai pas connu ça dans mon entourage, aux antilles les filles ont un autre genre de crise d’adolescence, I guess

  • c’est certainement que ce genre de mise en scène est plus spécifique au cadre familial….non?

  • hé bien au niveau des histoires (que l’on me raconte), de la façon de s’habiller, du caractère, de la culture quoi, tout est différent. C’est vrai aussi que ni le courant emo ni le courant punk ne sont très développés sous mes latitudes. Mais le style rebelle qui n’a pas peur de la mort et qui défend les vachettes envers et contre tout, bin c’est pas répandu aux antilles. On serait plutôt du genre: ouais mes parents me cassent les couilles (bon ça c’est universel), je vais aller coucher avec une racaille ou m’acheter des vêtements provoquants. Ça ne va guère plus loin que ça. Même la cigarette est peu répandue.Seule l’herbe circule en masse, les racailles ont en toujours sur eux, mais ça ne touche pas les filles.

  • mais pour les trois quarts des jeunes ( et surtout les filles) la rébellion, c’est surtout en parole, parce qu’en général, il n’y a pas plus conformiste que des jeunes filles….que ce soit d’un style emo, comme now, ou à mon époque, style grunge, en fait on était toutes fringuées pareil et on pensait toute pareil et ce qui représentait pour nous le summum du cool, n’était en fait qu’un autre genre de conformisme idiot, c
    c’est clair ce que je dis, ou bien ? ;-)

  • Wai je te suis complètement. Le paradoxe du conformisme qui se veut rébellion, total vrai

  • bon t’as compris….je suis pas encore trop larguée alors…;-)
    je crois que ça se trouve un peu à toutes les époques et ds ts les milieux, sur le coup on s’en rend pas compte parce qu’on n’a pas le recul nécessaire et puis, l’âge venant, on s’interroge sur ce qu’on veut vraiment en tant qu’individu et on se rend compte que la soit disant liberté de nos idéaux et de nos idées d’ado n’était qu’un acte de soumission au groupe, étendu ou non

  • Oulà, j’ai jamais été comme ça moi, toujours trouvé les goths, les gratteurs à dreadlocks, les pétasses qui couchent pour coucher, et les geeks qui jouent à Tétris en cours de maths et aux échecs pendant les récréations, ridicules.
    Bref.

  • Avatar de Mab
    Mab

    Vraiment excellent ! J’adore… Je crois que son blog devrait être un truc sur fond noir écrit en rose foncé complètement illisible.
    En tout cas, on en veut encore !

  • Je t’adooooooooore !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>