My Space

Hot in here…

Hier, pour une fois, j’ai pris le tram. Parce que le métro, à 18h, c’est invivable. N’empêche qu’encore une fois, j’ai sué à grosses gouttes. Mon lecteur MP3 sur les oreilles, je me suis mise à repenser au clip I’m a slave for you de notre Britney décatie.

Et oui, les filles, c’est enfin l’été, avec son lot de poncifs érotico-musicaux. Vous allez me dire : “Giovanna, elle est encore plus obsédée maquée que célibataire”, ce en quoi vous auriez parfaitement raison. Au point de mettre Tiny sous tension hier soir sur MSN, m’enfin ça, c’est une autre histoire. Je disais donc que l’été, en musique, rime avec Caliente.

En témoignent beaucoup de tubes de l’été, dont le clip, souvent, se réduit à Mmmm… Il fait chaud… Viens danser sur la plage, et si le tempo est bon, on se reposera sous le cocotier…. mmmmmmm… Et ce n’est pas le pionnier du genre, la célèbre Lambada de Kaoma, qui me contredira, même si c’était encore soft. Je vois des trucs, du genre Obsession d’Aventura… Depuis que j’ai appris le pas de base de la patchenga, cette chanson est un peu synonime de ouh lou lou.

Mais les Latins, surtout quand ils viennent des Caraïbes ou du continent américain, sont très forts à ce petit jeu-là. En effet, la plupart des morceaux sont soit faits pour la sieste crapuleuse (cf. l’inénarrable Chan Chan par le Buena Vista Social Club… A chaque fois, je rêve de hamac et de Tiny qui me titille ^^), soit pour le corps à corps très ouh lou lou, à travers la salsa, le cha cha, la rumba, la patchenga et même le ragga si le coeur nous en dit…

Oui, si le ragga et le dancehall viennent de Jamaïque, toutes les Caraïbes ont été touchées par ce genre de chaleur. Notamment Porto Rico, où les toasters sont plus bling bling que les rappeurs Dirty South (Vous me dites, si vous ne comprenez pas…). La pop d’Amérique du Sud apporte aussi son lot de bombasses atomiques pour faire suer dans les chaumières, la première d’entre elles étant bien sûr la Colombienne qui fait fantasmer le plus d’hommes au monde, après la feuille de coca, j’ai nommé Shakiiiiiiiiiiiiraaaaaaaaaaa….

Pour finir, partons à Ibiza. Là, point de rythme caribéen, juste un peu de dancehall, mais surtout du son house poussé à fond les ballons par les DJ du monde entier. Il paraît que ça facilite aussi le rapprochement des corps… ^^ Moi, je m’en fous, désormais, mon corps a trouvé le bon tempo…

 

6 Responses to “Hot in here…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>