My Space

Bécassine, c’est ma cousine

Comme beaucoup de personnes originaires de Bretagne, je suis montée à Paris pour chercher du boulot – en l’occurence, un stage dans mon cas. Comme beaucoup de personnes originaires de Bretagne, je vis dans le Quartier (Montparnasse, voyons !)…

Car il est une grande tradition depuis la fin du XIXe siècle : les paysannes bretonnes, faute de trouver une situation au pays, migrent à Paris pour trouver une place de bonne ou un mari, c’est selon. Même si le flux est moins important aujourd’hui. Rungis, puis les XIVe et XVe arrondissements témoignent encore de ce tourtan comme on l’appelle au pays.

Le plus gros de l’immigration bretonne à Paris était entre-deux-guerres. La plupart des filles, ne parlant pas le français,  naïves et bien serviables, tombaient sous la coupe des proxénètes. C’est sur le cliché qu’a été créée la fameuse Bécassine. Depuis, mai 68 est passé par là, et même les paysannes bretonnes se sont mises au français.

Voyant la situation misérable dans laquelle se trouvaient beaucoup de ces filles, une aristrocrate originaire de mon village (qui se trouve dans les Côtes-d’Armor, et non en Ille-et-Vilaine, comme a osé balancé le magazine Bretons du mois de mai), Geneviève de Blignières, a fondé le foyer où je vis actuellement.

Il est vrai que le Quartier ne remplacera jamais ma Bretagne. Mais je trouve que c’est un bon ersatz. La culture bretonne y reste assez présente pour que je ne sois pas dépaysée. Par contre, la galette, à part une petite crêperie dans le XIVe que j’ai répérée, Paris ne connaît pas. C’est quoi, ces manies parisiennes de faire des crêpes salées? C’est une crime, voyons! Rien de tel qu’une galette (crêpe de sarrazin, NDLA) avec de l’andouille et des champignons, ou mieux! avec du pâté Henaff. Mais le truc le plus vicieux, ça reste quand même la galette saucisse-fromage… Pfff.

Autre chose que j’ai à reprocher à Paris en tant que Bretonne, les pubs. Existe-t-il sur Paris un vrai pub irlandais, et pas comme tous ces pubs de style anglais, trop bourgeois? J’aime bien aussi, c’est mieux que rien, mais voilà, ça me manque…

Allez, Kenavo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>