Humeurs

L’Enfer de la connexion

Comme quoi, on peut poster sur vraiment n’importe quoi, vous aviez remarqué? Mon énervement du jour porte sur le nombre de fois où je dois montrer patte blanche par jour, le nombre de serrures, virtuelles ou réelles que je dois crocheter, où je dois donner mon matricule complet…

Je me lève (et je le bouscule), je me douche, je m’habille. Jusque là, OK. Ceci dit, le jour où ma douche me demandera mon mot de passe pour, au choix, me mettre directement la température que j’aime ou contrôler la consommation d’eau de l’appartement en refusant tout élément liquide à un inconnu non préalablement inscrit, je crois que je fais un meurtre douchal.

Je sors. Le verrou de l’appartement à déverrouiller. OK, je peux ne PAS être parano et ne pas verrouiller l’appartement, mais je suis parano. Descendre 3 étages. Ouvrir la porte de l’immeuble qui est, elle aussi, verrouillée ( source intarrissablesde colère s’il en est que je raconterai plus tard… Ou pas).

J’arrive au boulot. Je sonne. On me regarde avant de m’ouvrir. Je passe mon sac aux rayons X, je me déleste de tout élément trop métallique, comprenez que j’ôte l’essentiel de mon look : chaussures, ceinture, bijoux. Je passe moi-même aux rayons X, je remets l’entièreté de ma quincaillerie. J’arrive à une seconde porte, que je ne peux passer que si je m’identifie avec mon badge. Une troisième porte, idem, sans badge, on ne passe pas. Ensuite deux portes commandées électroniquement donc je dois demander l’ouverture par une sonnette… Là aussi, on me regarde avant de m’ouvrir.

Je déverrouille enfin la porte de mon bureau.

Quand je pense, naïvement, que je vais enfin pour faire ce que je veux sans devoir décliner mon identité complète, ma fonction, mes tares génétiques et répondre à la question secrète sur le nom de jeune fille de ma mère, je commets la LOURDE erreur de me détendre.

Parce que les choses sérieuses (ou non, ça dépend de comment on considère l’élément “travail”) commencent maintenant. Pour récupérer ma radio et mes dossiers je dois déverrouiller mon armoire. Jusque là, tout va bien. L’horreur commence maintenant :

J’allume mon pc, je m’identifie. Je lance mon mail pro, je m’identifie. Je lance mon messenger, et je m’identifie. Je lance Ladiesroom et je m’identifie. Je lance Facebook et je m’identifie. Je lance mon blog, et je m’identifie toujours. A ce stade, je frise la schizophrénie.

Sachant que les plombs sautent deux fois par jour minimum, je recommence la dernière étape autant de fois que le compteur démissionne! Je n’en peux plus, il est 7h30.

3 Responses to “L’Enfer de la connexion”

  • vu que ton ordi est sous mot de passe, pkoi ne pas sauvegarder tes mots de passe et identifiants sur ton navigateur ?

    Je ne sais pas si ca peut t’aider mais pour les feignasses comme moi il y a des plug in qui te permette de remplir automatiquement et de maniere intelligente tous les formulaires, on gagne un temps précieux.

  • j’osais pas le dire .. en meme temps si ton ordi est au boulot …si tous tes logs sont automatiques autant ne pas avoir de mot de passe …
    enfin jdis ca jdis rien :=)

  • faut se dire que ça fait travailler la mémoire tous ces codes à retenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>